Critique Ciné : INHERENT VICE de Paul Thomas Anderson

 

Inherent Vice

 

Mais qu’arrive t’il donc au réalisateur Paul Thomas Anderson ? Alors qu’il a mis six ans pour sortir There Will Be Blood après Punch Drunk Love et qu’il s’est déroulé encore cinq ans pour voir The Master, le voici déjà de retour seulement deux ans plus tard avec Inherent Vice. Après deux films très sérieux, le réalisateur semble avoir besoin d’un peu de fantaisie avec ce polar situé dans les années 70.

 

 

Détective privé accro à l’herbe, Doc Sportello reçoit un soir la visite de Shasta Fey, une ancienne petite amie qu’il ne pensait jamais revoir. Elle lui demande son aide pour retrouver son amant, un puissant promoteur immobilier, que sa femme a fait interner dans un asile par jalousie. Déjà à tendance paranoïaque, Doc va avoir de quoi vraiment s’inquiéter en mettant les pieds dans cette histoire louche.

Pour la première fois, quelqu’un ose adapter à l’écran l’un des romans de l’écrivain Thomas Pynchon. Paul Thomas Anderson  n’a pas choisi l’une des oeuvres de ce romancier qui a toute sa vie chercher à rester anonyme mais il s’intéresse au contraire à son avant dernier livre Inherent Vice. Une plongée dans les années 70 avec des personnages haut en couleurs que le réalisateur à imaginer à la manière des Freak Brothers pour un film à l’univers à la fois déjanté mais sombre et à l’ambiance plombante.

Inherent Vice

A se fier à la bande annonce, on aurait pu croire qu’Inherent Vice serait une sorte de comédie policière entre les films des Frères Coen et les adaptations des livres d’Hunter S. Thompson Las Vegas Parano ou Rhum Express. En réalité, le marketing a bien fait les choses pour cacher les vices du réalisateur Paul Thomas Anderson qui nous livre une nouvelle fois un film très bavard et surtout beaucoup trop long.Des scènes drôles, il y en a bien quelques unes mais malheureusement elles étaient quasiment toutes déjà dans la bande annonce. On les voit donc arriver de loin et elles ne nous font forcement plus vraiment rire. 

Même la voix off narrative n’arrivera pas à nous faire comprendre toute l’intrigue de cette histoire très confuse. On perd vite pied dans cette enquête sans queue ni tête qui se traîne en longueur et multiplie les lieux et les personnages secondaires. Une fois complètement paumé, les pérégrinations de Doc Sportello perdent forcement beaucoup de son intérêt surtout lorsqu’on pensait qu’il était arrivé au bout de son enquête et qu’il reste pourtant encore une heure de film.

Inherent Vice

Prévu initialement pour Robert Downey Jr, le rôle de Doc Sportello a finalement été confié à Joaquin Phoenix qui retrouve le réalisateur pour la seconde fois après The Master. Un rôle de détective hippie stoner qui fait forcement penser au héros de The Big Lebowsky. L’acteur est amusant mais n’arrive pas à compenser les lacunes de cette intrigue un peu trop fumeuse.

Joaquin Phoenix renoue ici avec Reese Witherspoon, sa partenaire de Walk The Line, qui joue sa fiancée. Il a en permanence aux basques un inspecteur de police joué par l’excellent Josh Brolin. Dans le courant de son enquête, il croisera aussi la route d’Owen Wilson dans un rôle très secondaire. Le plus drôle de tous est cependant le Docteur Rudy Blatnoyd joué par Martin Short. Parmi toutes les très belles femmes que l’on croisent dans le film on retiendra Katherine Waterson qui joue l’ex-petite amie fantomatique de Doc Sportello.

 

Inherent Vice

 

 

MON AVIS :

1/5

Trop long, trop confus et trop bavard, les deux heures et demi d’Inherent Vice tourne vite au calvaire. Il faudra vraiment être un fan inconditionnel des oeuvres de Paul Thomas Anderson ou de Joaquin Phoenix pour savourer ce long métrage. Les autres reconnaîtront tout de même une superbe reconstitution des années 70 et une excellente bande son en partie signée par le guitariste de Radiohead. Reste à savoir si cela suffit à tenter l’aventure…

 

FICHE TECHNIQUE

  •  – REALISATEUR : Paul Thomas Anderson
  •  – AVEC : Joaquin Phoenix, Josh Brolin & Katherine Waterston
  •  – SCENARIO : Paul Thomas Anderson
  •  – GENRE : Polar / Comédie Dramatique
  •  – DUREE : 2h29
  •  – MUSIQUE : Jonny Greenwood
  •  – NATIONALITE : Américain
  •  – DISTRIBUTEUR : Warner Bros. France
  •  – SITE OFFICIELhttp://inherentvicemovie.com/
  •  – DATE DE SORTIE : 04 Mars 2015

 

 

BONUS : La playlist de la bande originale du film pour se mettre dans l’ambiance

 

 

 

A LIRE AUSSI :