DADDY COOL de Maxime Govare [Critique Ciné]

 

Daddy Cool

 

Daddy Cool n’est pas un biopic du groupe Boney M mais la nouvelle comédie de Maxime Govare avec  Vincent Elbaz et Laurence Arné.

 

 

SYNOPSIS : En instance de divorce, Maude et Adrien se disputent la garde de l’appartement. Pour prouver qu’il ne peut pas quitter les lieux, Adrien trouve la bonne idée d’ouvrir une crèche à domicile alors qu’il n’a aucune expérience avec les enfants. Si les débuts sont difficiles, il  finira par devenir un vrai Daddy Cool.

 

Daddy Cool c’est avant tout une chanson de Boney M qu’on ne manquera pas d’entendre dans le film. Mais cette chanson a aussi été utilisé comme titre de nombreux longs métrage à travers le monde dont encore récemment comme titre français pour un film avec Mark Rufallo. Une première preuve que la nouvelle comédie de Maxime Govare, le co-réalisateur de Toute Première Fois ne cherche clairement pas à faire dans l’originalité avec ce premier film en solo.

 

Daddy Cool

 

Daddy Cool commence par nous raconter en photo toute l’histoire amoureuse de Maude et Adrien de leur rencontre à la fin de leur amour. Un couple rock n’ roll qui profitait de la vie jusqu’à ce que Maude devenue dessinatrice de BD à succès ne trouve plus Adrien assez mature pour faire sa vie avec. Comme de nombreux couples en ces temps de crise immobilière, ils sont cependant encore obligé d’habiter encore dans le même appartement malgré leur séparation. Mais en fait c’est surtout en espérant reconquérir le cœur de son ancienne épouse qu’Adrien insiste pour ne pas lui vendre les 8% de l’appartement qui lui appartiennent.

Toujours écrit avec Noémie Saglio avec qui il avait réalisé Toute Première Fois, Daddy Cool voudrait encore s’inspirer des comédies américaines. Le thème de la maturité au cœur de Daddy Cool est en effet un des thèmes principaux de nombreux films de Judd Apatow. On aurait aimé que le duo ait le même talent mais nous sommes ici loin du compte. Cette histoire de maturité ne tient pas la route car il donne l’impression que devenir mature, cela signifie  être chiant. Parce qu’il s’est accroché à sa boutique de disques qui ne marchait plus, Adrien est considéré par Maude comme immature, incapable de construire quelque chose de stable et d’avoir les épaules suffisament solides pour avoir des enfants. On ne verra pas en fait ce qui dérange vraiment dans la vie de cet homme qui n’aime tout simplement pas se prendre la tête et qui est resté fidèle à lui même.

 

Daddy Cool

 

C’est toute cette comédie qui est en fait très mal écrite avec des rôles caricaturaux, des situations qui ne tiennent pas la route, du réchauffé et une majorité des gags qui tomberont à plat tellement ils sont prévisibles ou juste pas drôle. La seule chance de Daddy Cool, c’est d’avoir pu filmer cinq très jeunes enfants forcement mignons et bien souvent involontairement drôles. Impossible en effet d’espérer vraiment diriger des enfants de cet age. Et que dire de cette dernière partie qui voudrait se faire un peu plus dramatique mais qui est juste ridicule tant elle est mal conçue.

C’est franchement dommage car le casting de Daddy Cool avait tout pour nous laisser espérer un bon film. Vincent Elbaz  joue Adrien et Laurence Arné bien connue pour son rôle dans la série Working Girl et revue récemment dans Radin ! joue le personnage insupportable de Maude. Jean François Cayré joue encore le bon copain comme dans Situation Amoureuse : C’est Compliqué mais sans la puissance des vannes. Bernard Lecoq joue juste l’oncle et l’avocat de Maude sans une seule réplique drôle. Celle qui s’en sort le mieux est Axelle Laffont dans le rôle de son éditrice. Mais quelle erreur d’être allé chercher Michel Leeb totalement navrant dans le rôle du père d’Adrien. On comprend mieux avec ce rôle pourquoi l’humoriste n’a jamais fait carrière au cinéma.

 

Daddy Cool

 

On entend souvent dire que tourner avec des enfants est ce qui a de plus compliqué au cinéma mais alors pourquoi s’être donné autant de mal pour une histoire qui tient si peu la route ? A vrai dire, ces cinq très jeunes enfants sont probablement le seul intérêt de Daddy Cool tant le film est mal écrit. Malgré un casting qui avait largement le talent nécessaire pour une comédie enlevée et réellement trash, ils ne pourront rien faire pour tenter de sauver le long métrage tant il manque de matière pour de bons gags originaux. Maxime Govare devrait aller faire un stage chez Eric Toledano et Olivier Nakache pour voir ce qu’est une vraie comédie finement écrite et vraiment drôle.

 

MON AVIS : 1/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Maxime Govare
  • AVEC : Vincent Elbaz, Laurence Arné, Jean-François Cayrey, Bernard Le Coq, Vanessa Demouy et Axelle Laffont
  • SCÉNARISTES : Maxime Govare et Noémie Saglio
  • GENRE : Comédie
  • DURÉE : 1h37
  • NATIONALITÉ : Français
  • DISTRIBUTEUR : Universal Pictures France
  • DATE DE SORTIE : 1er novembre 2017