FLEUVE NOIR d’Eric Zonca [Critique Ciné]

 

Fleuve Noir

 

Neuf ans après Julia, le réalisateur Eric Zonca fait son retour au cinéma avec le thriller Fleuve Noir, confrontation magistrale entre deux des plus grands acteurs français Vincent Cassel et Romain Duris.

 

 

SYNOPSIS : Lorsque Solange Arnault vient solliciter l’aide du commandant Visconti pour retrouver Dany son fils disparu, celui-ci ne croit pas à la thèse de l’enlèvement mais lorsque 24h plus tard le jeune homme n’a toujours pas donné de trace de vie, l’hypothèse de la fugue paraît s’évanouir. Alors que Visconti prend enfin l’affaire au sérieux, un voisin des Arnault qui donnait des cours de soutien à Dany va se mettre à sa disposition pour l’aider mais son trop plein d’intérêt pour cette enquête va finir par en faire l’un des principaux suspects…

 

Après avoir réalisé le téléfilm Soldat Blanc pour Canal +, le réalisateur Eric Zonca avait envie d’enchaîner avec un nouveau film de genre. C’est conseillé par des amis libraires qu’il a porté son choix sur une adaptation du roman Une Disparition Inattendue de l’écrivain israélien Dror Mishani. Ne gardant que la trame de cette enquête, le réalisateur également scénariste du film a pris tellement de liberté avec le livre que ceux qui l’ont lu ne le reconnaîtrons certainement plus. Mais au fond, ce n’est pas vraiment un problème car c’est certainement pour voir le face  à face inquiétant entre Vincent Cassel et Romain Duris que la plupart des spectateurs iront voir Fleuve Noir.

 

Fleuve Noir

 

Pour Fleuve Noire, Eric Zonca a choisi de transposer l’intrigue en France au lieu de la banlieue de Tel-Aviv mais c’est surtout le personnage du policier  qui a entièrement été modifié. Alors que dans le livre Une Disparition Inattendue, le Commandant  Avraham Avraham se démarquait en sortant totalement des clichés du genre, alcoolique et en conflit familial, pour un personnage au contraire totalement sain de corps et d’esprit, le réalisateur Eric Zonca a choisi de réutiliser ces bons vieux clichés pour créer le personnage du commandant Visconti. Un inspecteur bourru, sale, alcoolique en froid avec son fils qui a décidé de dealer de la drogue par défi, et une femme qui a choisi de le quitter. Initialement prévu pour Gérard Depardieu qui a du arrêter le tournage au bout de trois jours,  ce rôle a finalement atterri dans les mains de Vincent Cassel. C’est avec la même apparence que dans Gauguin, barbe et cheveux longs grisonnants, qu’il a composé ce nouveau personnage, sorte de version trash de Columbo, auquel on ne tardera pas à s’attacher malgré ses nombreux défauts. Le magnifique travail sur la photo éloigne aussi le film de ses origines du moyen orient pour lui donner un coté bien plus nordique à la Millenium.

Si au début, on sent le commandant Visconti bien mal barré dans cette enquête à force de voir son état se dégrader au fil de la journée par tout le whisky qu’il ingurgite. Un élément ne tardera pas à créer tous le suspense du film. Il s’agit du voisin de la famille Arnault, petit prof de français coincé qui révérait de devenir écrivain magistralement interprété par Romain Duris, qui même si il se propose d’aider dans l’enquête va rapidement devenir suspect par son comportement. Si le spectateur a une petite avance sur l’intrigue par rapport au commandant, on sera happé par le petit jeu qui s’installe entre les deux, en tentant de démêler le vrai du faux car même avec nos indices supplémentaires, il ne sera pas évident de deviner à l’avance le fin mot de cette enquête.

Toute la force du film repose vraiment sur la confrontation entre Vincent Cassel et Romain Duris. Leur méthode de travail totalement opposés collent parfaitement aux personnages qu’ils interprètent. Vincent Cassel qui n’a pas eu de temps pour préparer le rôle peut se lâcher complètement et improviser ses réactions tout en respectant le texte, cela donne le coté alcoolique et dérangé du commandant Visconti. Romain Duris qui aime creuser ses personnages a lui eu tout loisir de préparer en amont son rôle donnant plus de mystère et un coté vicieux à ce personnage d’apparence bien plus propre mais au fond beaucoup plus répugnant que Visconti.

 

Fleuve Noir

 

A coté de ce duo, il ne faut pas oublier non plus les rôles féminins très important dans cette histoire. A commencer par Sandrine Kiberlain qui interprète la mère désespérée du jeune disparu. En plus de cette disparition, elle doit en plus prendre soin de sa fille handicapée mentale jouée de manière incroyable par la jeune comédienne Lauréna Thellier découverte dans Ma Loute. Eric Zonca retrouve ici Elodie Bouchez qu’il avait déjà dirigé dans La Vie Des Anges. Elle tient ici le rôle de la femme du professeur joué par Romain Duris. Une femme visiblement pas très bien dans sa peau qui aura du mal à tenir tête à l’inspecteur. Il ne faut pas oublier non plus Hafsia Herzi, en policière malmenée par le commandant Visconti qui ne se laissera pas faire.

Alors que l’intrigue est bien prenante, on ne pourra s’empêcher de rester un peu sur sa faim lorsque apparaîtra le générique final. Eric Zonca semble en effet laisser en plan toute la sous intrigue autour du fils du commandant Visconti comme si il avait l’intention de poursuivre les aventures de ce policier, héros de deux autres romans de Dror Mishani. La dernière scène entre Vincent Cassel et Romain Duris, laisserait à penser qu’une suite loin des romans de base serait aussi tout à fait possible. Mais cela dépendra certainement du succès de Fleuve Noir dans les salles et l’envie du réalisateur et des acteurs de rempiler.

 

Fleuve Noir

 

En réunissant par chance Vincent Cassel et Romain Duris, Fleuve Noir tient toute sa promesse d’une rencontre particulièrement intense entre ces deux acteurs. Ils sont clairement l’atout majeur de cette intrigue policière captivante mais qui devrait être vite démêlée par les plus gros consommateurs de ce genre de polar. Il ne faut pas oublier non plus l’excellente prestation du reste des comédiens et le magnifique travail de réalisation d’Eric Zonca qui font effectivement de Fleuve Noir le polar choc à voir cet été comme c’est écrit sur l’affiche.

 

MON AVIS : 4/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Eric Zonca
  • AVEC : Vincent Cassel, Romain Duris, Sandrine Kiberlain, Elodie Bouchez et Hafsia Herzi
  • SCÉNARISTES : Eric Zonca et Lou de Fanger Signolet d’après l’oeuvre de Dror Mishani
  • COMPOSITEUR : Rémi Boubal
  • GENRE : Thriller
  • DURÉE : 1h54
  • NATIONALITÉ : Français
  • DISTRIBUTEUR : Mars Films
  • DATE DE SORTIE : 18 juillet 2018