MON KET de François Damiens [Critique Ciné]

 

Mon Ket

 

Pour son premier film en tant que réalisateur, François Damiens revient à ce qu’il sait faire le mieux : des caméras cachées. Mais cela veut il dire pour autant que Mon Ket est réussi ?

 

 

 

SYNOPSIS : Histoire de pouvoir retrouver son fils Sulllivan agé de 15 ans qu’il n’a jamais vraiment connu, Dany Versavel décide de s’échapper de prison. L’embarquant dans sa cavale, il va avoir à cœur de lui enseigner la vie à sa manière.

 

Rendu célèbre en Belgique au début des années 2000 pour ses caméras cachées qu’il avait du poursuivre en France car il fût rapidement trop célèbre pour piéger ses compatriotes, François Damiens s’est tout aussi rapidement imposé au cinéma avec des rôles dans Dikkeneck, L’Arnacœur et La Famille Bélier. Après avoir fait ses preuves dans tous les genres cinématographiques en tant que comédien, il passe désormais derrière la caméra pour devenir réalisateur. L’occasion de revenir à ses premiers amours en tournant son film entièrement avec des caméras cachées. Si l’on voudrait nous faire croire que cela ne s’est jamais fait, c’est vite oublier les films Borat et Bruno de Sacha Baron Cohen ou bien encore le Bad Grandpa de Johnny Knoxville dont il se rapproche le plus. C’est peut être parce qu’il ne leur arrive pas à la cheville que la promotion de Mon Ket cherche à éviter la comparaison.

 

Mon Ket

 

Toute la promotion du film repose sur le travail qu’à demandé le film entre les trois ans d’écriture avec Benoit Mariage, les douze prises par scènes qui ont nécessité à chaque fois un nouveau piégé, les quatre heures de maquillage nécessaire pour rendre François Damiens méconnaissable. Lorsqu’on voit le film on se rend rapidement compte que ces arguments commerciaux ne tiennent pas la route. Malgré le maquillage, l’acteur et réalisateur reste bien reconnaissable et son nouveau personnage ressemble à d’autres qu’il a pu interprété dans ses caméras cachées pour la télé. Quand au scénario, vous connaissez beaucoup de film dont le script ne fait que trente pages ? Alors certes, il était impossible d’écrire les dialogues des scènes de pièges mais la trame du film qui aurait du l’entourer se montre vraiment très faiblarde, pleine de trous et dénuée de toutes émotions.

A vrai dire, on ne croit pas du tout au coté improvisé du film. Dans la première scène, le piégé est un gardien de prison qui semble parler au personnage de Dany Versavel comme si il le connaissait déjà, à moins que François Damiens ait passé trois mois en prison pour le bien du film on voit mal comment cette scène est crédible. On verra dans des scènes coupées que plusieurs piégés ont tourné des scènes dans les mêmes pièces. C’est toujours la même cellule, la même salle d’hôpital,  le même bureau de banquier où le cabinet de sorcier où vont se succéder les différents piégés correspondant à la scène. Il y a de quoi se demander comment cela est possible !

 

Mon Ket

 

Au lieu d’être drôle la plupart des « sketches » tomberont souvent à plat et ne nous décrocheront pas même un sourire. Pour un avocat, un banquier ou une infirmière, le genre de personnage joué ici par François Damiens ressemble beaucoup aux illuminés qu’ils doivent croiser à longueur de journée. On ne les verra d’ailleurs pas s’amuser devant ces pièges ce qui les rend souvent dérangeants. Alors certes, il ont chacun accepté après coup d’apparaître dans le film mais seront ils pour autant satisfait de se voir ainsi à l’écran ? On se souvient encore des nombreuses plaintes que Sacha Baron Cohen avait reçu après coup pour Borat.

En dehors de François Damiens, quelques acteurs étaient au courant de la supercherie mais ce sont tous des comédiens amateurs qui semblent n’avoir strictement aucun talent. Matteo Salamone qui joue le Ket du titre n’aura pas une seule scène pour se démarquer. On se demande là encore comment les parents d’une des actrices ont pu être piégé sans se rendre compte de la supercherie. Peut être parce qu’il était trop occupé à cumuler les postes, François Damiens n’arrivera que  trop rarement à nous faire décrocher ne serait ce qu’un sourire tant ce nouveau personnage n’apporte rien de neuf par rapport à ce qu’il a déjà pu faire à la télévision avec bien souvent plus de réussite.

 

Mon Ket

 

Comme beaucoup avant lui, François Damiens s’est bien planté avec Mon Ket a cumuler les postes de scénariste, réalisateur et acteur principal. Avec quelqu’un d’autre pour apporter un regard extérieur, il aurait peut être pu se rendre compte à quel point le film est mal écrit, bancal, très mal joué par les pseudos acteurs amateurs et surtout jamais drôle et limite dérangeant dans ses pièges. Quitte à refaire des caméras cachées, il aurait de retourner à la télévision plutôt que prétendre réussir à en faire un film.

 

MON AVIS : 0/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : François Damiens
  • AVEC : François Damiens, Matteo Salamone et Christian Brahy
  • SCÉNARISTE : François Damiens et Benoît Mariage
  • GENRE : Comédie
  • DURÉE : 1h29
  • NATIONALITÉ : Belge, Français
  • DISTRIBUTEUR : StudioCanal
  • SITE OFFICIELhttps://www.facebook.com/MonKetLeFilm/
  • DATE DE SORTIE : 30 mai 2018