COCO de Lee Unkrich & Adrian Molina [Critique Ciné]

 

Coco

 

Après Cars 3 l’été dernier, les studios Pixar sont déjà de retour avec Coco, une nouvelle histoire originale totalement enchanteuse qui a tout pour faire un carton pour la fin de l’année.

 

 

SYNOPSIS : Dans la famille du jeune Miguel, la musique est totalement bannie depuis plusieurs décennies sans qu’il ne sache trop pourquoi. Il est le seul à se passionner pour la guitare qu’il répète en cachette en regardant en boucle des K7 Vidéo du grand Mariachi Ernesto De La Cruz. Alors qu’il voudrait faire ses preuves dans un concours de talent, il va aller emprunter la guitare du musicien dans son tombeau et se retrouver immédiatement plonger dans le Pays Des Morts. Pour pouvoir en ressortir, il va devoir percer le mystère de sa famille en retrouvant la trace des ses ancêtres.

 

Comme en 2015 avec la sortie de Vice Versa et Le Voyage D’Arlo, Le Studio Pixar nous régale une nouvelle fois avec deux longs métrages animés en cette année 2017. Au mois d’août, le studio à la lampe tentait un come-back de la franchise Cars avec un troisième épisode plus réussi mais qui n’a pas eu le succès escompté au box office mondial. Après le carton de Vaiana l’année dernière à Noël, C’est un sacré challenge qui se présente à Coco, une toute nouvelle histoire inédite qui devrait séduire l’imposante communauté hispanique aux Etats Unis en se déroulant au Mexique durant la célèbre Journée Des Morts. A première vue cette nouvelle histoire  ne paie pas de mine car elle n’est pas sans rappeler Les Noces Funèbres de Tim Burton ou La Légende de Manolo, mais c’était sans compter sur le talent de Pixar pour savoir une nouvelle fois nous étonner.

 

Coco

 

Coco a toutes les chances de cartonner car ce nouveau film est réalisé par Lee Unkrich qui a déjà signé pour Pixar plusieurs de leurs plus grand succès comme Toy Story 2 et 3,  Le Monde De Némo et Monstres & Cie.  Afin de s’assurer une fidélité aux croyances de cette journée des morts, il s’est associé pour la réalisation de ce nouveau film avec Adrian Molina, déjà story-boardiste sur Toy Story 3, qui s’est chargé d’écrire le scénario en partant d’une idée de Lee Unkrich après avoir déjà apporté des améliorations au scénario de Le Voyage D’Arlo.

Il ne faut pas se tromper car Coco n’est pas le nom du héros du film prénommé en fait Miguel mais celui de son arrière grande mère Mama Coco. Le jeune garçon a une relation très proche avec cette mamie avec qu’il s’efforce chaque jour de passer un peu de temps. L’occasion d’un petit montage d’images souvent très drôles mais aussi déjà un peu émouvantes à la manière de La-Haut sans l’aspect tragique. Elle reste cependant un personnage secondaire du film mais de haute importance dans cette histoire de transmission entre générations. Miguel a en lui le gêne de la musique et un réel talent qu’il n’arrive pas à s’expliquer car dans sa famille, la musique est totalement bannie depuis que le père de Mama Coco a abandonnée sa femme et sa fille il y a très longtemps. Désormais dans la famille, ils sont cordonniers de père en fils et de mère en fille mais ce n’est clairement pas le rêve du jeune garçon.

 

Coco

 

Cette grande quête de vérité qu’il va vivre pour tenter de ressortir du Pays Des Morts est un spectacle sidérant. Pixar écrase vraiment la concurrence en terme de réalisation avec des images de synthèse d’une richesse sans égale. Il faut voir les textures de peau, de textiles, de cheveux ou même d’eau pour se rendre compte de l’incroyable travail délivré par Lee Unkrich et ses équipes. Même en 2D, on se rend compte que la version 3D est réellement prévue dans la mise en scène comme cela est particulièrement flagrant dans les scènes de poursuite à travers le village. Si le scénario fait parfois preuve de quelques facilités, on sera régulièrement surpris par les rebondissements et les twists de cette histoire. Une fois de plus petits et grands trouveront chacun un degré de lecture qui leur conviendra et ne devrait pas les laisser insensibles tant la fin est émouvante.

Histoire d’éviter toute polémique inutile,  Pixar a fait appel à des acteurs d’origine sud américaine pour prêter leurs voix à Coco. En France, ce n’est pas le cas puisque Ary Abittan remplace très avantageusement Gael Garcia Bernal dans le rôle d’Hector, un squelette qui va accompagner le jeune Miguel dans son aventure. Celui ci a la voix en français d’un tout jeune acteur Andrea Santamaria vraiment épatant car omniprésent de la narration de l’histoire en voix off mais aussi dans le chant et les dialogues des films. Juste pour l’immersion, il serait vraiment intéressant de voir ce que peut donner la version espagnole du film mais il faudra probablement attendre la sortie en Blu-Ray pour cela.

 

Coco

 

Une fois de plus Pixar arrive à nous surprendre avec une histoire qui ne paye pas de mine mais qui au final donne un nouveau chef d’oeuvre pour le studio à la lampe. En terme de film d’animation en image de synthèse, on a rien vu d’équivalent cette année même avec la sortie de Cars 3 en août. Coco est encore plus beau et réussi techniquement mais surtout c’est son histoire drôle, émouvante, dynamique et remplie de rebondissements qui en fait un film très intelligent et incontournable en cette fin d’année.

 

MON AVIS : 5/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEURS : Lee Unkrich et Adrian Molina
  • AVEC LES VOIX EN V.O. DE : Anthony Gonzalez, Gael Garcia Bernal, Benjamin Bratt, Alanna Ubach et Ana Ofelia Murguia
  • AVEC LES VOIX EN V.F. DE : Andrea Santamaria, Ary Abittan et François-Xavier Demaison
  • SCÉNARISTES : Adrian Molina & Matthew Aldrich d’après une idée de Lee Unkrich et Jason Katz
  • COMPOSITEUR : Michael Giacchino & Kristen Anderson-Lopez
  • GENRE : Animation, Aventure
  • DURÉE : 1h40
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : The Walt Disney Company France
  • SITE OFFICIELhttps://www.pixar.com/feature-films/coco/#coco-main
  • DATE DE SORTIE : 15 novembre 2017 au Grand Rex / 29 novembre 2017 dans le reste de la France