AFTER MY DEATH de Kim Ui-Seok [Critique Ciné]

 

After My Death

 

Marqué par le suicide d’un ami, le réalisateur Kim Ui-Seok  a eu l’idée du film After My Death pour éveiller les consciences sur un fait de société devenu bien trop fréquent en Corée du Sud.

 

 

SYNOPSIS : Toujours très discrète, la jeune Kyeong-Min a mystérieusement disparue. Alors que ses chaussures et son sac ont été retrouvé sur un pont, tout laisse à croire que la jeune fille se serait suicidée. Interrogées unes par unes, ses camarades de l’établissement pour filles où elles suivaient ses études semblent toutes un peu responsables de son acte. Mais c’est pour son amie la plus proche  Yeong-Hee que cette situation va devenir invivable quand ses camarades voudront lui faire porter le chapeau. Seule la vérité pourra alors la sauver.

 

Il y a en ce moment une vraie banalisation du suicide en Corée Du Sud. Pas moins de trente six personnes mettent ainsi fin à leur vie chaque jour dans ce petit pays où la pression sociale est insupportable depuis la tendre enfance jusqu’aux derniers jours de l’existence. Parce qu’il est temps d’alerter le monde entier sur ce drame, le réalisateur Kim Ui-Seok a eu l’idée d’écrire et réalisé After My Death après avoir perdu un ami. Grand bien lui a pris puisque ce long métrage a reçu le prix du Meilleur Film et de la Meilleure Actrice au Busan International Film Festival en 2017.

 

After My Death

 

After My Death commence quasiment par la fin alors qu’une jeune fille revient en classe sous les bravos de ses camarades. Incapable de parler, c’est avec la langue des signes qu’elle s’exprime sans aucun sous titres. Remontant dans le temps, on comprendra qu’il s’agit de l’héroïne du film, la pauvre Yeong-He qui était la plus proche de Kyeong-Min, une camarade de classe a qui elle avait fini par tourner le dos et qui est désormais portée disparue. Parce qu’une vidéo montre qu’elle est la dernière à l’avoir vue en vie, Yeong-He va subir une importante pression de la part de la police, de la mère de la disparue et même de tous ses camarades. Elle a visiblement un secret qu’elle refuse de révéler et qui nous tiendra en haleine tout le long du film.

Les amateurs de films sud-coréens savent que le rythme de ces productions est souvent bien lent. After My Death ne déroge pas à la règle pour nous raconter cette histoire plus proche du drame que du thriller. La première partie du film nous laissera encore l’espoir que  Kyeong-Min puisse être encore en vie montrant les recherches de la police, interrogeant une à une les lycéennes tout en utilisant différents moyens pour tenter d’éventuellement retrouver le corps de la jeune fille dans la rivière. Cette partie met en avant la mère de la disparue a la fois pleine de remords mais aussi pleine de haine pour les filles qui ont poussé son enfant à peut être commettre l’irréparable.

 

After My Death

 

Véritable 13 Reasons Why à la coréenne, où on tentera de découvrir qui est la responsable de l’acte qu’a commis Kyeong-MinAfter My Death n’est pas qu’une histoire sur le suicide. C’est aussi et même surtout une histoire sur le harcèlement scolaire comme l’est aussi la série Netflix. Le lycée américain laisse la place ici à un institut privé fréquenté uniquement par des filles mais dont les professeurs sont principalement des hommes clairement dépassés par les événements et qui ne veulent pas perdre face dans ce scandale. Sale temps pour le féminisme, le film souligne a quel point les filles peuvent être de véritables pestes entre elle, n’hésitant pas à pousser à bout gratuitement leurs camarades pour leur faire cracher une vérité.

Récompensée pour sa prestation, la jeune Jeon Yeo-bin impressionne par son aspect changeant parfois fragile lorsqu’elle doute et d’autrefois très forte lorsqu’elle va vouloir se venger. On sera aussi fortement marqué par deux scènes particulièrement violente voir sanglante qui la mettent en scène. Mais comme tout film asiatique, After My Death demande d’être vraiment physionomiste pour réussir à garder bien en tête le visage de chacune de ses lycéennes afin de ne pas perdre le fil. Avec leur cheveux bruns et des coupes très similaires, on fini parfois par se demander qui est qui dans cette accumulation de scènes montées un peu dans tous les sens sans donner vraiment de chronologie. Au final, le film nous laissera sur notre faim en restant très ouvert sur sa conclusion qui nécessitera une bonne discussion avec d’autres spectateurs où un second visionnage pour avoir une meilleure vue d’ensemble du projet.

 

After My Death

 

C’est certainement pour son sujet très fort que After My Death a reçu le prix du Meilleur film au Festival de Busan, car le premier film de Kim Ui-Seok n’est pas dénué de défauts. Le montage un peu foutraque et la durée du film aura tendance par moment à nous perdre dans cette intrigue qui aurait pu être bien plus simplifiée. On sera pris par le suspense et choqué par la violence du film  dans des scènes très graphiques et d’autres plus psychologiques qui montrent a quel point le système sud coréen est une machine à broyer dont seul les plus forts sont capable de résister. Des premiers pas au cinéma engageant pour le réalisateur dont on surveillera sans doute les prochains travaux.

 

MON AVIS : 2/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Joi Manhueun Sonyeo
  • REALISATEUR : Kim Ui-Seok 
  • AVEC : Jeon Yeo-bin , Go Wong-Hee , Seo Young-hwa Jeon So-Hee Jeon & Lee Taekyung 
  • SCÉNARISTEKim Ui-Seok 
  • COMPOSITEUR : Sunwoo Jung-a
  • GENRE : Drame
  • DUREE : 1h53
  • NATIONALITÉ : Sud-Coréen
  • DISTRIBUTEUR : Les Bookmakers / Capricci Films
  • SITE OFFICIELhttp://www.les-bookmakers.com/films/after-my-death/
  • DATE DE SORTIE : 21 novembre 2018