AMERICAN ASSASSIN de Michael Cuesta [Critique Ciné]

 

American Assassin

 

Cherchant à donner un coup de vieux à James Bond et Jason Bourne, la saga littéraire Mitch Rapp arrive sur grand écran avec American Assassin mais que les supers agents secrets se rassurent car ce nouveau venu n’est clairement pas à la hauteur.

 

 

SYNOPSIS : Après avoir échappé un attentat dans lequel sa petite amie a perdu la vie, Mitch Rapp décide d’infiltrer  les terroristes  afin de les abattre de l’intérieur. Repéré par la C.I.A., il se voit proposer de suivre l’entrainement intensif de Stan Hurley avant de rejoindre une nouvelle équipe d’élite de contre espionnage. Sa première mission sera de retrouver une bombe nucléaire volée avant que son explosion ne provoque une nouvelle guerre.

 

Cherchant clairement à surfer sur le succès de Jason Bourne, American Assassin est l’adaptation de la saga littéraire de Mitch Rapp écrite par Vince Flynn. Cette franchise initiée en 1999 compte désormais douze livres mais seulement le cinquième tome Memorial Day a été publié pour le moment en France. American Assassin est le nom du onzième livre de la saga qui racontait enfin comment Mitch Rapp est devenu l’agent secret d’élite que l’on connait. C’est à Michael Cuesta, réalisateur de Secret d’Etat en 2014 et surtout de huit épisodes de la série Homeland qu’a été confié la réalisation du film. Autant dire qu’il maîtrise déjà bien le sujet mais visiblement cela n’a pas suffit à faire un bon film.

 

American Assassin

 

Quand commencent les premières minutes d’American Assassin, on se doute que cette scène de romance dégoulinante va mal se finir. On ne s’attendait cependant pas à une telle maladresse. Nous mettre face à un attentat terroriste sur une plage filmé de manière si violente réveille des souvenirs bien trop frais pour en faire une fiction. La scène suivante frôle déjà le ridicule alors que Mitch Rapp fait semblant de se radicaliser pour rejoindre la tête pensante de cet attentat là où les services secrets ont jamais réussi à le localiser ! Tout cela pour montrer que le jeune homme n’est pas comme les autres.

En développement depuis 2012, il aura fallu épuiser quatre scénaristes pour réussir enfin à écrire l’histoire d’American Assassin qui prend beaucoup de liberté sur le roman du même nom. Généralement cette valse de scénaristes n’est jamais vraiment bon signe et le film de Michael Cuesta ne déroge pas à la règle. Alors que ce long métrage voudrait installer une franchise et s’imposer face à James Bond, Jason Bourne ou autre Mission : Impossible, il ne fait que cumuler les clichés déjà vu cent mille fois dans ce genre de production. Aucune surprise dans cette histoire que chaque rebondissement rend de plus en plus stupide comme par exemple la découverte subite d’un agent double dans leur équipe.

 

American Assassin

 

A vrai dire on aura rapidement envie de quitter la salle, tant le rythme est d’une lenteur insupportable. Bien trop bavard pour ne rien dire, le film n’est même pas capable de présenter bien en détail ses trop nombreux personnages secondaires. Résultat, on fini par voir parfois revenir des gens à l’écran sans savoir qui ils sont. Ce ne sont pas les scènes d’action qui sauveront le film, car elle n’ont vraiment rien d’exceptionnelles. Là encore on est dans le déjà vu le plus complet. Et que dire de la scène finale qui frôle le ridicule là où elle voudrait être spectaculaire. Cela fait tellement longtemps qu’on attend enfin cette conclusion pour quitter la salle qu’elle ne paraîtra être qu’un soulagement.

Ils sont nombreux à avoir été pressentis dans le rôle de Mitch Rapp mais les producteurs ont voulu miser sur un jeune acteur pour cet origin story. C’est ainsi qu’on se retrouve avec Dylan O’ Brien, héros de la série Teen Wolf et de la saga Le Labyrinthe au cinéma. Si il fait craquer les minettes, l’acteur n’a pas les épaules pour devenir le héros d’une franchie pareille à moins de la réserver aux adolescents. C’est dans Michael Keaton qu’on avait les plus grands espoirs pour donner de l’intérêt à cette histoire malheureusement, l’acteur est ici pour cachetonner comme dans Robocop alors que ses derniers rôles avaient réussis à le remettre sur de bons rails. Mais le plus transparent est sans aucun doute Taylor Kitsch censé être le grand méchant de l’histoire mais qui ne nous inquiétera pas un seul instant.

 

American Assassin

 

Avec un premier film aussi raté, il y a de fortes chances que la franchise Mitch Rapp tire déjà sa révérence sans connaître de suite. C’est tout du moins ce qu’on espère de tout cœur en sortant de projection. Tout le projet cumule les erreurs grossières que ce soit dans son intrigue téléphoné qui ne tient pas la route que dans son casting totalement insipide où même Michael Keaton arrive à être insupportable. Il n’y a vraiment rien à sauver de ce film totalement inutile qui restera dans les mémoires uniquement comme l’un des pires films de l’année 2017.

 

MON AVIS : 0/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Michael Cuesta
  • AVEC : Dylan O’Brien, Michael Keaton, Sanaa Lathan, Shiva  Negarn, Taylor Kitsch et Scott Adkins
  • SCENARISTES : Edward Zwick, Stephen Schiff, Michael Fin, Marshall Herskovitz d’après l’oeuvre de Vince Flynn
  • COMPOSITEUR : Steven Price
  • GENRE : Action, Espionnage
  • DURÉE : 1h51
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Metropolitan Filmexport
  • SITE OFFICIELhttp://american-assassin.com/
  • DATE DE SORTIE : 20 septembre 2017