CinémaCritique Ciné

CREED III de Michael B. Jordan [Critique Ciné]

CREED III de Michael B. Jordan [Critique Ciné]

Spin off de Rocky, la saga Creed prend le large de la franchise avec un troisième opus 100% focalisé sur Michael B. Jordan.

Autant vous le dire tout de suite si vous allez voir Creed III vous serez les complices d’un vol caractérisé. Comme beaucoup de personnes âgées, Sylvester Stallone s’est fait totalement arnaqué sans le savoir en acceptant la belle proposition de Ryan Coogler de relancer la franchise Rocky avec le spin-off Creed. En guerre avec le producteur Irwin Winkler, auquel il avait été contraint de vendre les droits de Rocky après la sortie du premier film, il s’est vu en effet  évincé sans ménagement de ce troisième épisode. N’en déplaise à la Star qui appelle à boycotter le film alors qu’il est pourtant encore crédité comme producteur, il sera forcement difficile de résister à l’envie de savoir comment cette histoire va pouvoir se poursuivre sans lui.

S’il y en a un qui doit se réjouir de ce dépouillage en règle, c’est bien l’acteur Michael B. Jordan qui rêve depuis longtemps de devenir le héros d’une franchise. Désormais libéré de l’ombre écrasante de Sylvester Stallone, il peut maintenant profiter pleinement des projecteurs pour devenir le véritable héros d’une nouvelle génération de spectateurs et de tout le public noir en mal de reconnaissance qui s’était précipité pour aller voir Black Panther où il incarnait déjà le principal antagoniste. On pourrait d’ailleurs voit en Creed III une sorte de nouveau Multiverse du Marvel’s Cinematic Universe puisque son nouvel adversaire n’est autre que l’acteur Jonathan Majors qui incarne Kang Le Conquérant le grand ennemi de la Phase V du M.C.U. que l’on a découvert il y a seulement deux semaines dans Ant-Man Et La Guêpe : Quantumania.

Héritant également du poste de réalisateur de Creed III, Michael B. Jordan n’a pas caché ses ambitions de développer Creed comme une véritable franchise en elle-même en sortant encore de nombreux films. Pourtant c’est déjà un Adonis Creed en fin de carrière qu’il incarne dans Creed III où il raccrochera les gants après une dernière victoire dès le début du film. Il sera cependant obligé de sortir de sa retraite pour régler ses comptes à Damian Anderson, un ancien ami d’enfance qui sort de dix huit ans de prison où il a eu tout le temps de cultiver une grande rancœur en voyant Adonis réaliser ce dont il rêvait lui-même de devenir.

Il suffit de voir la bande annonce de Creed III pour se rendre rapidement compte que le scénario de ce nouveau film n’a réellement rien d’original. Reprenant à la lettre la trame des précédents épisodes, nous assisterons pour la neuvième fois à la même histoire de transmission où la partie dramatique prédomine toujours sur la partie sportive réduite encore une fois à peau de chagrin. le pire est que nous n’aurons absolument rien à faire des pleurnichages de la pauvre Bianca qui ne peux plus chanter. le film tente aussi de préparer la suite en développant l’histoire de leur fille qui semble destinée à prendre la relève de son père sur le ring. 

Tirant la couverture à lui, Michael B. Jordan ne prendra même pas la peine de développer comme il se doit l’histoire de son principal protagoniste. Nous serons surpris de le voir subitement entouré de sa propre équipe de préparateurs puis devenir une véritable star avec contrat pour une grande marque, villa et jolie fille dès qu’il remportera son premier grand match sans que personne ne  se soucie jamais de son passé tout récent de taulard.

Même si la promotion française n’a pas pu s’empêcher de mentionner le nom de Rocky Balboa sur l’affiche de Creed III, dans le film ce nom ne sera évoqué que très discrètement à une ou deux reprises sans que nous ayons l’occasion de voir une seule archive du célèbre boxeur. Histoire de ne pas se fermer les portes sur un éventuel retour, rien ne sera dit sur ce qu’est devenu l’ancien héros de la franchise annoncé comme aux portes de la mort dans le précèdent film. Alors que Sylvester Stallone aurait aimé encore faire un Rocky 7 même s’il a désormais 76 ans, qui ne dit que nous ne verrons pas un jour un improbable combat entre l’Étalon Italien et le fils d’Appolo Creed dans un futur film ? Véritable coup de balais sur la saga Rocky, Creed III enverra aussi à la retraite le tout dernier personnage de la franchise encore présent dans ce nouveau volet.

En tant que réalisateur, Michael B. Jordan semble avoir voulu rendre la mise en scène des combats de boxe plus moderne en s’inspirant clairement des films de super héros. Pour la première fois ce nouvel épisode semble vraiment abuser d’effets spéciaux numériques pour souligner à l’excès la puissance des coups échangés. Il osera même interrompre le match principal pour le transformer en une sorte de combat psychologique surprenant mais assez inapproprié dans ce genre de film qui devrait cependant réjouir la jeune génération nourri aux productions Marvel.

Cousu de fil blanc et sans aucune surprise, Creed III ne fait pas mieux que les précédents épisodes du spin-off de Rocky. Les plus jeunes qui connaissent peut être moins les films avec Sylvester Stallone y trouveront peut être leur bonheur mais les fans de longue date n’y verront sans doute qu’une espèce de soft reboot inutile d’une saga qui n’arrive pas à se renouveler.

MON AVIS :
2/5

A Lire Aussi

Vice Versa 2

VICE VERSA 2 de Kelsey Mann {Critique Ciné]

Pixar tente de se relancer avec Vice Versa 2, une suite attendue depuis 9 ans qui n’arrive malheureusement pas à la hauteur du premier.

The Bikeriders

THE BIKERIDERS de Jeff Nichols [Critique Ciné]

Après sept ans d’absence, le réalisateur Jeff Nichols revient sur grand écran avec The Bikeriders, film hommage à tous les motards.

Love Lies Bleeding de Rose Glass [Critique CIné]

LOVE LIES BLEEDING de Rose Glass [Critique Ciné]

La réalisatrice de Saint Maud revisite avec brio le genre du thriller dans Love Lies Bleeding.

Les Guetteurs

LES GUETTEURS de Ishana Night Shyamalan [Critique Cinéma]

Suivant les pas de son père, Ishana Night Shyamalan passe à son tour à la réalisation de son premier film avec Les Guetteurs.

Tunnel To Summer

TUNNEL TO SUMMER de Tomohisa Taguchi [Critique Ciné]

Interdiction de passer à coté du film d’animation japonais Tunnel To Summer qui vient enfin de sortir au cinéma en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.