Critique Ciné : OUIJA de Stiles White

 

Ouija

 

Après les Transformers , G.I. Joe et Battleship inspiré par le jeu Touché Coulé, le fabricant de jouets Hasbro continue d’adapter ses licences phares au cinéma avec Ouija. La célèbre planche pour communiquer avec l’au delà n’est certes pas une invention d’Hasbro, mais ils ont permis de le rendre plus populaire et accessible pour tous les âges. Et quoi de mieux qu’un film d’horreur pour booster les ventes ?

 

INTERDIT AUX MOINS DE 12 ANS

 

Depuis leur enfance, Debbie et Laine s’amusait avec une planche de Ouija en respectant scrupuleusement les règles notamment en ne l’utilisant jamais seul. Des années plus tard, Debbie découvre une nouvelle planche en faisant du rangement au grenier. Prise par la nostalgie, elle utilise seule le Ouija qui la pousse à se pendre. Persuadée qu’il ne peut s’agir d’un suicide, Laine décide d’utiliser la planche pour entrer en contact avec son amie dans l’au delà. Sans le savoir, elle va ouvrir un portail qui va mettre en péril les amis qui l’ont accompagnés.

On ne compte plus le nombre de films d’horreur dans lequel figure déjà cette diabolique planchette en général source de nombreux ennuis. On a pu en voir une notamment dans le cultissime L’Exorciste ou dans la saga Witchboard qui portait déjà comme titre français Ouija. Pour cette adaptation, Hasbro s’est associé à nouveau avec Michael Bay, réalisateur de Transformers et sa boite de production Platinum Dunes, spécialiste des remakes des classiques de l’horreur. ainsi qu’avec Jason Blum, le prolifique producteur a qui l’on doit la majorité des films du genre qui sortent ces derniers temps au cinéma comme Insidious, The Conjuring ou American Nightmare 2 que les deux compagnies avaient déjà produit ensemble.

Ouija

Stiles White signe un film certes interdit aux moins de 12 ans mais réservé tout de même avant tout à un public d’adolescents. Un film d’horreur très aseptisé sans gore ni même la moindre scène un peu sexy. Ouija ressemble donc plus à une publicité pour un jeu de société qu’ à un véritable long métrage horrifique pour amateurs du genre. Pas la moindre once d’originalité ni de surprise pour nous intriguer un peu en dehors de rares « jump scares » bien mis en scène . On est bien loin de la réussite du récent It Follows qui mettait en scène une bande de jeunes ados porteur d’une étrange malédiction bien plus captivante.

Avant de passer à la réalisation pour la première fois, Stiles White s’est déjà faire remarquer en tant que scénariste du film d’horreur particulièrement raté Possédée et de Prédictions pas franchement plus réussi. Cela explique peut être pourquoi Ouija a du être remanié plusieurs fois pour arriver au résultat final. Des re-shoots ont même étaient nécessaires quatre mois après le tournage pour donner une toute nouvelle tournure au long métrage. Une tentative de sauvetage clairement raté pleine d’incohérences et de facilités.

Ouija

Après avoir débauché l’actrice Nicola Peltz pour le honteux Transformers 4, Michael Bay est encore aller puiser dans le casting de la série Bates Motel, la si mignonne Olivia Cooke. L’occasion enfin de voir l’actrice au cinéma après la sortie direct en DVD de Les Âmes Silencieuses des Studios Hammer. Même si elle tient ici le premier rôle, la pauvre n’a malheureusement pas grand chose à interpréter vu l’épaisseur de cette bande d’ados sans cervelles. Ce n’est certainement pas avec Ouija que les autres comédiens encore peu connus réussiront à se faire un nom.

Shelley Henning vue dans Teen Wolf ne fait qu’une brève apparition tandis qu’Ana Coto et Bianca Santos ne sont qu’au début de leur carrière. Parmi les garçons Douglas Smith est le plus connu même si il tient toujours principalement des seconds rôles. Dans le but de sauver le long métrage, l’actrice Lin Shaye a été appelé à la rescousse pour les re-shoots. Le problème c’est qu’ils ne lui ont même pas changé son look laissant presque croire du coup qu’il s’agit du même personnage que celui qu’elle jouait dans Insidious.

 

Ouija

 

 

MON AVIS :

 2/5 

Ouija est un film d’horreur qui s’adresse avant tout à un public adolescent qui s’empressera de vouloir acheter un exemplaire du jeu pour tenter de reproduire ce qu’ils ont vu. C’est clairement le but premier d’Hasbro en produisant le film qui se moque complètement de laisser sur leur faim les véritables amateurs d’horreur. Parmi toutes les productions de Jason Blum, on comprend pas trop pourquoi celui ci a si bien marché aux Etats Unis lui évitant une sortie direct en DVD qu’il aurait pourtant bien mérité. Le producteur nous promet déjà de faire mieux pour la suite déjà prévue, on aimerait bien pouvoir le croire…

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Stiles White
  • AVEC : Olivia Cooke, Ana Coto & Bianca Santos
  • SCÉNARISTES : Juliet Snowden & Stiles White
  • MUSIQUE : Anton Sanko
  • GENRE : Horreur
  • DURÉE : 1h30
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Universal Pictures International France
  • SITE OFFICIEL : http://ouijamovie.co.uk/
  • DATE DE SORTIE : 29 avril 2015

 

 

A LIRE AUSSI :