Critique Ciné : TRANSFORMERS, L’AGE DE L’EXTINCTION de Michael Bay

CritiqueCiné2014

http://nsm08.casimages.com/img/2014/07/18/14071812362217742612394456.jpg

Le réalisateur Michael Bay serait-il à ce point en manque d’inspiration pour rester ainsi scotché aux Transformers ? Alors que le troisième volet devait clore la saga,  le revoici de retour avec un quatrième épisode qui annonce une nouvelle trilogie. Difficile visiblement de lâcher un telle poule aux œufs d’or dont le troisième épisode a réalisé plus d’un milliard de recettes dans le monde mais ne frôlons nous pas l’indigestion ?

Après les événements de Chicago, Transformers comme Decepticons ne sont plus les bienvenus sur notre planète et tous ceux qui sont retrouvés sont sauvagement détruits. Caché dans un vieux cinéma sous la forme d’un vieux camion rouillé, Optimus Prime est retrouvé par un bidouilleur d’électronique qui veut le remettre en route pour toucher une forte récompense qui l’aiderait à envoyer sa fille à l’université. Il était loin de se douter que les hommes derrière l’éradication des Transformers ne laisseraient aucun témoins de ce genre de trouvaille. Sa famille en danger, il n’a plus d’autre choix que de s’associer à Optimus Prime pour sauver les Transformers de cette nouvelle menace.

Pour justifier cette nouvelle trilogie, Michael Bay nous fait le coup du reboot à la mode ces derniers temps mais en réalité le seul changement dans la saga est dans la distribution. Exit Shia Labeouf et welcome Mark Wahlberg qui joue ici un père de famille dans le but de rendre la saga plus mature. Au niveau de l’histoire cela ne change pas grand chose puisque le film prend place juste après les événements du précédent film. Ce n’était certainement pas en gardant le même réalisateur et le même scénariste que la saga aurait pu réellement se renouveler. Habitué à tromper son public, Michael Bay récidive encore mais on ne se fera plus reprendre.

http://nsm08.casimages.com/img/2014/07/18/14071812361317742612394452.jpg

De film en film, la longueur de chaque épisode se rallonge,  ce quatrième épisode culmine à 2h46 comme si le réalisateur n’avait absolument rien voulu laisser sur le sol de la salle de montage. Plutôt que nous en mettre plein la vue dès les premières scènes, Michael Bay prend cette fois ci un temps fou pour installer ses nouveaux personnages. Le premier Transformers en activité n’apparaît pas avant au moins vingt minutes.

L’intrigue de ce nouvel opus est franchement très confuse, les scénaristes ont  voulu trop en mettre dans le même film pour écrire une histoire qui tienne réellement la route. On compte pas moins de trois ennemis différents plus ou moins liés entre eux : L’armée américaine, un Steve Jobs créateur de clones de Transformers et des robots envoyés par le grand créateur pour capturer Optimus Prime. Sans oublier l’ajout.  très attendu par les fans, desDinobauts pour lesquels il faudra patienter quasiment tout le film avant de les voir enfin. On comprend du coup pourquoi le film dure si longtemps.

http://nsm08.casimages.com/img/2014/07/18/14071812361717742612394454.jpg

Sur les 2h45 on n’aura le droit au final qu’a très peu de scènes d’action mais comme à son habitude dès que ça bastonne vraiment, Michael Bay met le paquet sur les effets pyrotechniques. Une surenchère qui dessert totalement ces scènes en supprimant toute crédibilité  pour celles impliquant des humains.  Comme à chacun des films, la grande scène finale de plus de 25 minutes tourne au grand n’importe quoi, On en arrive même à plus savoir qui tape sur qui et pourquoi.

De plus l’équipe du film a du trouver un moyen pour étrangement délocaliser cette fin à Hong Kong alors que tout le reste du film se passait aux Etats Unis tout cela dans le but de faire plaisir aux producteurs chinois. Les ficelles sont grosses avec l’ajout de l’actrice BingBing Li à la distribution et de très probable caméos d’autres stars chinoises sur lesquels on peut voir des plans appuyés alors qu’ils la majorité des spectateurs à travers le monde ne les reconnaîtront pas. Le réalisateur a dût baisser son futal jusqu’à aller faire son avant première mondiale la bas pour satisfaire ses nouveaux investisseurs.

http://nsm08.casimages.com/img/2014/07/18/14071812362017742612394455.jpg

Après No Pain No Gain, Mark Wahlberg a signe à nouveau avec Michael Bay pour les prochains trois épisodes de la franchise. Malheur à lui qui vient de s’engager dans ce qui est probablement le pire rôle de sa carrière. Les humains ne servent tellement à rien dans ce film qu’il n’y avait franchement pas besoin d’un acteur célèbre pour porter le film. Il  a beau s’agiter dans tous les sens, ce n’est pas lui qu’on a envie de voir dans ce film.

A la place de l’habituelle bombe anatomique des précédents opus a été embauché Nicola Peltz vue dans Bates Motel qui joue la teenager de 17 ans en short sexy réprimandé en permanence par Mark Wahlberg qui joue son père. En dehors de cela elle ne sert qu’à être perpétuellement en danger pour pimenter le scénario. Le pire est certainement pour le rôle de son fiancé joué par Jack Reynor qui en dehors d’une poursuite en voiture n’aura jamais l’occasion de briller un moment dans cette histoire. Stanley Tucci est celui qui sort le mieux son épingle du jeu en incarnant une sorte de méchant Steve Jobs.

 

http://nsm08.casimages.com/img/2014/07/18/14071812361517742612394453.jpg

 

MON AVIS

1/5

Après nous avoir fait le coup des excuses pour sortir un troisième épisode, Michael Bay sort cette fois ci la carte du reboot. Encore une fois un beau tissu de mensonges pour un film qui copie pour la quatrième fois la même recette. Annoncé comme plus mature, ce quatrième épisode ne peut que séduire les enfants ravis de voir de gros robots à l’écran mais il faudra pour cela supporter près de deux heures de néant absolu. Avec ce quatrième opus Michael Bay touche le fond mais creuse encore, mais où s’arrêtera t’il ?

 

 

FICHE TECHNIQUE :

 – TITRE ORIGINAL : Transformers : Age Of Extinction

 – REALISATEUR : Michael Bay

 – AVEC : Mark Wahlberg, Nicola Peltz & Stanley Tucci

 – SCENARISTE : Ehren Kruger

 – GENRE : Science Fiction

 – DUREE : 2h46

 – MUSIQUE : Steve Jablonsky

 – SITE OFFICIELhttp://www.transformers-lefilm.fr

 – DATE DE SORTIE : 16 juillet 2014

A LIRE AUSSI :
 – la critique de TRANSFORMERS 3, LA FACE CACHEE DE LA LUNEhttp://xav-b.over-blog.com/article-78912969.html
 – la critique de TRANSFORMERS 2, LA REVANCHEhttp://xav-b.over-blog.com/article-33105053.html
 – la critique de TRANSFORMERShttp://xav-b.over-blog.com/article-6994673.html
 – la critique de NO PAIN NO GAINhttp://xav-b.over-blog.com/article-120041655.html