Critique Ciné : LA MARQUE DES ANGES – MISERERE de Sylvain White

critiquecin-.jpg

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1372727295.jpg

 

FICHE TECHNIQUE :

 – REALISATEUR : Sylvain White

 – AVEC : Gérard Depardieu, Joeystarr & Héléna Noguerra

 – SCENARISTES : Laurent Turner & Sylvain White

 – GENRE : Thriller

 – DUREE : 1h46

 – NATIONALITE : France

 – SITE OFFICIELhttp://www.pathefilms.com/film/lamarquedesanges-miserere

 – DATE DE SORTIE : 26 juin 2013

 

 

BANDES ANNONCES & EXTRAITS :

 

 

SYNOPSIS : Policier à la retraite Lionel Kasdan a du mal à raccrocher. Lorsque le chef de choeur de sa paroisse est
mystérieusement assassiné dans l’église, le commandant décide de mener l’enquête malgré l’interdiction de ses anciens collègues. Il ne tardera pas à croiser la route d’un policier
d’Interpol dont l’enquête sur l’enlevement d’enfants le conduit lui aussi devant le cadavre du chef de choeur.

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1372727236.jpg

 

CRITIQUE : De toutes les adaptations des romans de Jean-Christophe Grangé au cinéma, seule celle des Rivières Pourpres ont
rencontré un succès critique et public. Sa suite et les deux autres Le Concile de Pierre et L’Empire Des Loups n’ont pas franchement laissé de souvenirs
impérissables. En adaptant Miserere, le réalisateur Sylvain White devra faire mieux si il ne veux pas connaître lui aussi l’échec.

Que ce soit Les Rivières Pourpres, L’Empire Des Loups ou bien Miserere, les romans de Jean-Christophe Grangé partagent toujours
de nombreux points communs. Tout d’abord ses héros sont souvent des policiers fortes têtes avec le vétéran dur à cuire et le jeune trop fougueux. Ensuite ces romans mettent souvent en scène des
histoires occultes de sectes dans des atmosphères flirtant avec le fantastique. Les histoires nous entraînent aussi bien souvent au delà des frontières françaises avec des histoires d’émigrants
clandestins.

On est donc en terrain connu avec ce nouveau film dont le réalisateur a quelque peu modifié le titre rajoutant La Marque Des Anges. Comme dans les autres adaptations ils a aussi
modifié l’apparence et les noms de certains personnages. Peut être faute d’avoir trouvé un acteur russe pour jouer le personnage de Cédric Volokine celui ci est maintenant noir
et s’appelle Franck Salek. En admirateur de Mathieu Kassovitz le réalisateur a repris vraiment toute l’ambiance qu’il avait développé pour les Rivières
Pourpres
comme l’ont fait avant lui tout ceux qui avaient adapté Grangé.

Est ce cette impression de déjà vu où la faute à un roman peu inspiré si le suspens de La Marque Des Anges – Miserere ne nous emporte pas ? L’histoire se traîne mollement, les
crimes s’enchaînent loin des yeux des spectateurs et cette histoire parait de moins en moins crédible au fur et à mesure que se déroule le récit. Le comble du ridicule est atteint au moment ou
l’action s’arrête pour laisser place à un de documentaire sur CD rom qui tombe comme un cheveu sur la soupe. Certainement un cheveu de ce de cette histoire capillotracté et difficilement crédible
même si elle est de loin fondé sur de véritables événements.

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1372727363.jpg

 

Les fans du roman ont du sauter au plafond en voyant le casting du film qui ne ressemble pas du tout aux personnages décrit dans le livre. Lionel Kasdan dit l’arménien qui
entretient encore son corps, les cheveux en brosses et habillé en treillis est incarné par un Depardieu qui n’a jamais perdu les kilos d’Obélix et dont la
mollesse contribue grandement au manque de rythme du film. Jean Reno aurait une nouvelle fois plus collé au personnage mais il n’allait pas faire toutes les adaptations ! On voit bien en tout cas
que Depardieu est pret a accepter n’importe quel rôle et ne se donne pas trop de mal pour faire autre chose que du Depardieu.

Le tandem est complété par Joeystarr qui incarne un personnage totalement inventé par rapport au policier d’Interpol du roman. Le rappeur, a qui certains prête
une grand carrière cinématographique, a du mal à convaincre ici en capitaine d’Interpol. D’autant plus qu’on ne comprend pas trop comment son background d’orphelin a pu le
conduire a etre ce qu’il est maintenant. Héléna Noguerra n’est d’ailleurs pas plus crédible dans le rôle de sa supérieur. Autre touriste, Thierry Lhermitte
apparait dans trois scènes totalement inutiles.

Difficile d’obtenir un bon film avec un scénario tiré par les cheveux et des acteurs qui semblent courir le cacheton. On s’ennuie ferme devant cette intrigue d’une platitude effarante. La
Marque Des Anges – Miserere
n’arrive même pas à la hauteur des dernières séries télé policières françaises qui ont su prendre le tournant grâce entre autre à Olivier
Marchal
. Un film à oublier rapidement et qui ne fera certainement pas long feu sur les écrans.

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1372727500.jpg

 

 


MON AVIS : 1/5

 

 

BONUS : le Miserere dont il est question dans le film