DEVIL de John Erick Dowdle [critique ciné]

 

 

Devil est le premier chapitre des Night Chronicles, une série de long métrage imaginé et produit par M. Night Shyamalan. Afin de redorer un blason bien terni par ces derniers longs métrages, le réalisateur du Sixième Sens a eu l’idée de faire frissonner à nouveau ses fans avec des films fantastiques et mystérieux qu’il a lui même imaginer mais dont il a choisi de confier la réalisation a une nouvelle génération de réalisateurs.

 

 

SYNOPSIS : Cinq personnes sont pris au piège dans un ascenceur. L’incident mineur va virer au drame lorsque un par un les occupants de la cabine meurt mysterieusement. Un tueur se cacherait il parmis eux ?

 

Aprés Buried et 127 Heures, Devil est déjà le troisième film d’enfermement a sortir sur nos écrans ces six derniers mois. La différence c’est qu’ici, il ne s’agit pas d’un calvaire solitaire car cinq personnes sont prises au piège et que l’on quitte par moment le huis clos pour suivre les policiers qui essayent de trouver l’assassin parmi les cinq occupants de l’ascenseur.  Qu’ils soient cinq ou seul ne change pas le problème qu’un lieu unique suscite  forcement l’ennui et Devil ne deroge pas à la règle.

Devil est le troisième film de John Erick Dowdle qui a précédemment réalisé le remake américain de [REC] quasiment plan pour plan après que son premier film soit rester dans un tiroir en France. Le réalisateur qui est loin de s’être fait un nom jusque là restera certainement dans l’anonymat encore un moment tant son nouveau film manque d’originalité. Ce n’est certainement pas uniquement sa faute puisque que l’idée de base vient de M. Night Shyamalan et que le scénario est signé Brian Nelson qui avait pourtant écrit celui de Hard Candy, premier film de David Slade (30 Jours De Nuit).

On a vraiment du mal a croire à cette histoire et surtout à avoir peur pour des gens qu’on ne connait pas. A aucun moment, on en saura plus sur les prisonniers de l’ascenseur. Qui sont ils, que font il là, tout n’est que  supposition du policier chargé de les sauver mais rien ne permettra de nous attacher à eux. Tout ça pour permettre un twist final aussi peu convaincant que le reste de l’intrigue. Ce n’est pas vraiment qu’on s’ennuie car le film ne fait qu’une heure vingt mais on attend qu’il se passe enfin quelque choses qui nous captiverait ou nous ferait frisonner sans que cela n’arrive. A la fin, on se rend compte que l’on s’est fait balader et qu’aucune réponse n’aura été apporté a cette énigme.

Pour ne pas aider, on trouve aucun acteur connus dans la distribution de Devil. Chris Messina qui incarner le détective chargé du sauvetage a beau avoir cumulé les rôles dans de nombreux films, il n’a pas pour l’instant marquer les esprits et ce rôle ne changera certainement rien. La plupart des acteurs viennent de séries télés et feraient bien d’y rester.

Ce premier volet des Night Chronicles est une véritable déception. On pouvait espère beaucoup mieux de la part du réalisateur du Sixième Sens que ce navet tout juste bon à sortir directement en DVD. Si vous aimez frissonner devant un bon film d’horreur passer votre chemin car ce ne sera pas avec ce Devil.
MON AVIS : 1/5

FICHE TECHNIQUE :