CinémaCritique Ciné

DONJONS ET DRAGONS : L’HONNEUR DES VOLEURS de Jonathan Goldstein et John Francis Daley [Critique Ciné]

DONJONS ET DRAGONS : L'HONNEUR DES VOLEURS de Jonathan Goldstein et John Francis Daley [Critique Ciné]

Donjons Et Dragons : L'Honneur Des Voleurs

Le jeu de rôle Donjons et Dragons revient au cinéma pour le début d’un nouvel univers étendu.

Après une trilogie dont seul le premier volet était sorti au cinéma, la franchise Donjons et Dragons n’avait pas connu de nouvelles adaptations depuis 2012. Avec le succès de Games Of Thrones mais aussi de Stranger Things dont les jeunes héros sont des fans invétérés du célèbre jeu de rôles, Hasbro a dû sentir le potentiel pour créer un véritable univers étendu à la Marvel ou DC Comics autour de la franchise. En chantier depuis 2013 en passant de studio en studio et de scénaristes en scénaristes, c’est finalement Paramount, déjà de mèche avec Hasbro pour Transformers, qui a décroché les droits pour produire le nouveau long métrage Donjons et Dragons : L’Honneur Des Voleurs. Le début d’une nouvelle saga qui se poursuivra dans un premier temps sous forme d’une série et probablement dans d’autres films si le succès est au rendez-vous. 

Pour s’assurer cette fois de ne pas attirer qu’un public de geeks et de nerds comme le film Warcraft, il a été rapidement décidé de ne pas prendre l’univers de ce jeu de rôles au sérieux. Confié à Jonathan Goldstein et John Francis Daley après être passé par les mains de Chris Mckay, Donjons et Dragons : L’honneur Des Voleurs ne cache pas ses ambitions de véritable comédie d’aventure dès les premières répliques du film avec le même genre d’humour décalé qu’ont apporté les réalisateurs James Gunn et Taika Waititi aux derniers Marvel.

Donjons Et Dragons : L'Honneur Des Voleurs

Comme dans Les Gardiens De La Galaxie, Donjons et Dragon : L’Honneur Des Voleurs met en scène une véritable bande de bras cassés menée par un héros charismatique mais éternel looser interprété par Chris Pine. Il joue le rôle de Edgin Darvis, un ménestrel devenu voleur pour subvenir à ses besoins et ceux de sa fille Kira lorsque son épouse a été assassinée. En quête d’une tablette pouvant permettre de la ressusciter, il se retrouvera fait prisonnier durant deux ans. Après avoir réussi à s’échapper, il découvrira que son ancien complice, joué par un Hugh Grant très en forme, est devenu le nouveau seigneur de la région qui compte bien garder la tablette pour lui et qui a fait croire à la fille d’Edgin qu’il l’avait abandonné.

Accompagné par la fidèle guerrière brutale Holga Kilgore, jouée par Michelle Rodriguez, ils partiront à la recherche de nouveaux compagnons afin de retrouver sa fille et récupérer la tablette. Ils renoueront d’abord avec Simon, un apprenti magicien pas vraiment doué interprété par Justice Smith avant de demander l’aide de Doric, une mage jouée par Sophia Lillis. Afin de mener leur quête à bien, ils devront suivre ensemble une série d’épreuves classiques des films d’Heroïc Fantasy qui ne seront que de simples prétexte pour leur faire vivre d’amusantes péripéties.

C’est par les noms des lieux et de créatures de ce monde que nous nous rendrons compte qu’ il s’agit bien d’une adaptation du jeu de rôles Donjons et Dragons (Baldur’s GateNeverwinter, Beholder) même si tout est mal traduit dans les sous titres. Malheureusement ce riche univers semble bien mal exploité tant le film privilégie l’humour de la comédie au souffle épique d’un véritable film d’Heroïc Fantasy digne des classiques que sont les vieux Conan Le Barbare, Willow ou Le Seigneur Des Anneaux. Il y avait certainement de quoi puiser une histoire bien plus originale que celle d’une énième vilaine sorcière rouge déjà vu 1000 fois.

Le plus étonnant pour ce genre de film est le manque de budget consacré aux effets spéciaux. Comment en 2023 peut-on encore ne pas réussir à incruster correctement un personnage de petite taille face à une personne normale là où cela était parfaitement réussi dans Le Seigneur Des Anneaux ? Même lorsque le film utilise de la bonne vieille animatronique c’est également raté. Certains de ses effets old school ajouteront cependant une dose d’humour à certaines scènes comme celle du cimetière qui est la plus drôle de tout le film.

De quoi probablement décevoir les vrais fans mais qui contentera les mangeurs de pop-corn à la recherche d’un simple divertissement, ce Donjons et Dragons : L’Honneur Des Voleurs copie sans effort la recette des derniers films du Marvel’s Cinematic Universe là où il aurait dû nous offrir un grand film d’Heroïc Fantasy. Certes amusant, nous attendions tout de même bien plus que cette simple farce pour construire un nouvel univers étendu. À la vue du résultat, il ne faudra pas s’attendre à ce que celui ci vive très longtemps.

MON AVIS :
2/5

A Lire Aussi

DRIVE-AWAY DOLLS de Ethan Coen [Critique Ciné]

Ethan Coen s’offre une escapade en solo avec le délirant road-movie lesbien Drive-Away Dolls.

Le Jeu De La Reine

LE JEU DE LA REINE de Karim Ainouz [Critique Ciné]

Face à face redoutable entre Alicia Vikander et Jude Law, Le Jeu De La Reine est un fascinant mélange de film historique et de thriller

Vampire Humaniste Cherche Suicidaire Consentant

VAMPIRE HUMANISTE CHERCHE SUICIDAIRE CONSENTANT de Ariane Louis-Seize [Critique Ciné]

Avec ses allures de graphic novel, Vampire Humaniste Cherche Suicidaire Consentant casse les codes  du film de vampires traditionnel.

Immaculée

IMMACULÉE de Michael Mohan [Critique Ciné]

En pénitence pour Madame Web, Sidney Sweeney entre dans les ordres dans le film d’horreur Immaculée.

Scandaleusement Votre

SCANDALEUSEMENT VÔTRE de Thea Sharrock [Critique Ciné]

Enrichissez votre vocabulaire d’insultes anglaises avec Olivia Coleman et Jessie Buckley dans le très réussi Scandaleusement Vôtre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.