GEMINI MAN de Ang Lee [Critique Ciné]

 

Gemini Man

 

Will Smith se dédouble dans Gemini Man, le nouveau long métrage de Ang Lee qui nous promet le futur du cinéma mais est-ce vraiment le futur que l’on souhaite ?

 

 

SYNOPSIS : Parce qu’il n’a pas aussi bien réussi son coup qu’à son habitude, Henry Brogan décide de prendre sa retraite hanté par les fantômes des soixante douze victimes de ses précédentes missions qui l’empêchent de dormir la nuit. Inquiets qu’il puisse révéler des informations compromettantes, ses supérieurs décident de l’éliminer en envoyant la seule personne capable d’effectuer cette mission. Un tueur implacable qui ressemble étrangement à une version plus jeune de lui même.

 

Depuis qu’il s’est frotté sans trop de réussite aux blockbusters américains avec le premier Hulk, le réalisateur Ang Lee se prend pour James Cameron. Expérimentant sur les effets spéciaux et l’avenir du cinéma, il avait bluffé son monde avec L’Odyssée De Pi avant de se planter commercialement avec le pourtant réussi Un Jour Dans La Vie De Billy Lynn tourné en 4K, 3D et en 120 images par seconde. Le bide du film aux Etats Unis ne nous avait pas permis alors de le découvrir dans ces conditions de projection en France. Le revoici de retour avec Gemini Man qui promet d’être le Futur Du Cinéma en perfectionnant les techniques développées sur son précédent film mais à la vue du résultat, on préférera certainement rester dans le passé.

 

Gemini Man

 

Avant de parler du film en lui même, il faut d’abord parler de l’aspect technique car c’est avant tout cela qui marquera dès les premières images du film. Conçu pour être vu en 3D+, un procédé de 3D projeté à 120 images par seconde, l’image de Gemini Man perd tout l’aspect cinématographique auquel on est habitué. Une image beaucoup plus nette voir même bien trop qui donne plus l’impression de voir le making of plutôt que le véritable long métrage. Un procédé déjà tenté sans brillant résultat par Peter Jackson sur Le Hobbit qui a visiblement fait des progrès depuis mais qui n’est clairement pas encore convainquant. Curieusement la composition de nombreux plans est vraiment affligeante, tentant de donner une profondeur de champ avec des objets au premier plan. Aller savoir pourquoi la plupart des scènes d’action sont souvent filmés dans le noir le plus complet. mais dans les autres scènes Ang Lee abuse souvent de couleurs vives qui font passer certaines scènes pour des vidéos de démonstration pour téléviseur 4K. Il n’y a que les quelques plans sous marin qui nous donneront un véritable effet d’immersion réussi.

Après un prologue démontrant les capacités de tueur du héros, le film commence par quelques scènes bien calmes qui nous donnent l’impression d’être devant un épisode des Mystères De L’Amour en Haute Définition tant l’image est vraiment laide à être trop réaliste.  À cause de cela on aura bien du mal à entrer dans l’intrigue. De ce côté là, le film n’a de toute façon pas chercher a révolutionner le genre. Il s’agit d’une simple chasse à l’homme qui suit à la lettre le cahier des charges du genre très inspiré notamment par la saga  Jason Bourne.

 

Gemini Man

 

Mieux vaut débrancher le cerveau pour apprécier cette histoire guère inspirée où Will Smith se sent obligé d’aller voyager dans de nombreux pays pour tenter d’échapper à ceux qui veulent le tuer.  Très bavard pour ne rien raconter, le film voudrait jouer sur la carte psychologique, Henry Brogan préférant tenter d’amadouer son double plutôt que l’éliminer. Une histoire tellement cousue de fil blanc qu’elle n’arrivera jamais à nous embarquer. Et que dire de cette scène finale absolument ridicule tant elle dégouline de bons sentiments.

C’est Will Smith qui incarne tout le long du film Henry Brogan et son double Junior. Une véritable prouesse technologique de revoir l’acteur tel qu’il était dans les années 90  mais le procédé a cependant souvent ses limites. Il a parfois le visage tellement figé que l’on dirait presque un personnage de jeu vidéo. Sans compter les scènes où il est masqué ou avec des lunettes de soleil pour ne pas avoir à trop rajouter de plans numériques. Dommage aussi que ce double rajeuni n’aura jamais l’humour et les expressions faciales du Will Smith de la grande époque. Parce qu’il fallait un personnage féminin c’est Mary Elizabeth Winstead qui s’y colle. Elle n’aura le droit qu’à une seule scène d’action avant de servir quasiment à rien durant le reste du film et que dire du personnage de Benedict Wong qui ne sert que de pilotes d’avion En grand méchant de cette histoire, Clive Owen semble vraiment cachetonner tant son personnage est insipide.

 

Gemini Man

 

Si c’est ça le futur du cinéma, alors on en veut pas ! A moins d’être un documentaire, un film n’a pas à se montrer aussi réaliste.  Perdant tout la patine à laquelle on est habitué, il sera très difficile de rentrer dans cette histoire. Cousue de fil blanc, le scénario famélique de Gemini Man n’aidera pas à faire du nouveau Ang Lee la révolution promise. Au lieu de tout miser sur la technique, le réalisateur ferait bien mieux de trouver avant tout quelque chose de vraiment intéressant à nous raconter. Un film à voir par curiosité mais qui ne restera certainement pas dans les mémoires.

 

MON AVIS : 2/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Ang Lee
  • AVEC : Will Smith, Mary Elizabeth Winstead, Clive Owen & Benedict Wong
  • SCÉNARISTES : David Benioff, Bill Ray & Darren Lemke
  • COMPOSITEUR : Lorne Balfe
  • GENRE : Science Fiction, Action
  • DURÉE : 1h57
  • NATIONALITÉ : Américain, Chinois
  • DISTRIBUTEUR : Paramount Picures France
  • SITE OFFICIEL : http://skydance.com/film/gemini-man/
  • DATE DE SORTIE : 2 octobre 2019