GLASS de M. Night Shyamalan [Critique Ciné]

 

Glass

 

Le succès de Split permet enfin au réalisateur M. Night Shyamalan de nous offrir avec Glass la véritable suite d’Incassable attendue par les fans tellement longtemps qu’il n’a absolument pas le droit de nous décevoir. Alors que vaut cet ultime épisode de la trilogie ?

 

SYNOPSIS : Alors que La Bête est encore en cavale, le vigilante David Dunn va utiliser ses pouvoirs pour tenter de le retrouver. Mais au cours de leur affrontement, il vont être arrêtés et conduits dans un asile où les attend déjà Elijah Price alias Mr Glass. Ils sont tous les trois les patients du Docteur Ellie Staple bien décidée à leur faire sortir de la tête l’idée qu’ils puissent être de véritables super héros…

Lorsque Bruce Willis fait son apparition  à la toute fin de Split accompagné d’une musique que les fans de M. Night Shyalaman ont forcement immédiatement reconnu, beaucoup de spectateurs se sont demandé ce que l’acteur venait faire là ! Il faut dire que seize ans s’étaient déjà écoulé entre les deux films et que forcement certains n’ont probablement jamais eu l’occasion de voir Incassable. Si la filiation entre les deux films n’était pas clairement avoué lors de la promotion de Split, c’est parce qu’il n’était pas forcement obligé de connaitre ce premier épisode pour profiter de l’intrigue du second volet. Mais avec Glass, le troisième et dernier volet de cette trilogie, il n’est plus question de ne pas avoir vu les précédents ! S’adressant aux fans de la première heure comme à tous ceux qui n’ont découvert que sur le tard son travail, M. Night Shyamalan revient ici au top avec son meilleur film depuis près de vingt ans.

Glass

Glass commence directement comme la suite immédiate de Split. Kevin Wendell, le psychopathe  aux multiples personnalités s’est déjà fait de nouvelles amies en kidnappant un groupe de charmantes cheerleaders prêtes à être livrées en pâture à La Bête. Mais la nouveauté c’est qu’il va avoir affaire cette fois ci à David Dunn, qui a abandonné son poste de chef de sécurité dans un stade pour ouvrir son magasin de système d’alarmes. Une couverture pour ses activités de « vigilante » qu’il mène désormais avec son fils qui le guide par oreillette depuis leur QG. Cet affrontement que l’on attendait depuis la fin de Split ne nous décevra clairement pas et laisse augurer du meilleur pour le reste du long métrage.

Même si Glass voit s’associer la Walt Disney Company productrice d’Incassable et Universal producteur de Split, il semblerait bien que les cordons de la bourse sont toujours tenus par le producteur Jason Blum pour ce troisième épisode. Respectant toujours le même cahier des charges de dépenser moins pour gagner plus cher aux films Blumhouse, Glass va se dérouler quasiment intégralement  aux alentours et dans les différentes pièces d’un asile psychiatrique pour faire des économies. Cela ne nous empêchera pas d’être absolument fasciné par l’intrigue imaginée par un M. Night Shyamalan visiblement bien motivée à l’idée de boucler enfin l’histoire qu’il avait imaginé il y a déjà 19 ans.

Glass

Le réalisateur et scénariste arrive à nous émouvoir à chaque clin d’œil fait à Incassable que ce soit à travers le rappel d’un élément de l’intrigue ou dans de nouveaux flashbacks inédits directement issus de scènes coupées du film il y a dix neuf ans. Il ménage aussi un véritable suspense  en prenant tout son temps pour dérouler cette rencontre au sommet entre David Dunn et ses deux ennemis jurés, La Bête et Elijah Price. Un affrontement que l’on attendait avec impatience depuis tout ce temps qui débutera de manière surprenante alors que le génie du mal aux os de verre débute le film totalement catatonique.

Glass donne avant tout l’occasion à James McAvoy de nous épater une nouvelle fois dans le rôle du psychopathe aux multiples personnalités. Dans ce nouveau film, l’acteur enchaîne les personnalités devant nous comme un véritable schizophrène passant du très amusant Hedwig à la sage Patricia jusqu’à bien nous faire flipper lorsqu’il gonfle les muscles pour se transformer en La Bête. Devenu bien trop rare sur grand écran, Bruce Willis incarne ici un David Dunn plus âgé mais assumant désormais totalement sa tache de super héros. Ce personnage peut avoir l’air assez effacé par rapport aux deux autres mais c’est un vrai plaisir de retrouver l’acteur comme on l’aime. Qu’il soit catatonique où qu’il révèle enfin sa vraie nature, Samuel L. Jackson retrouve sans peine son personnage de l’intriguant Elijah Price pour une nouvelle prestation mémorable.

Glass

Même les acteurs secondaires d’Incassable sont ici de retour comme Spencer Treat Clark dans le rôle du fils de David Dunn et Charlayne Woodward dans celui de la mère protectrice d’Elijah. On sera plus étonné de retrouver Anya Taylor-Joy rescapée de Split qui voit son rôle prendre une nouvelle tournure dans cette suite. Multi-récompensé pour sa prestation dans les différentes saisons d’American Horror Story, Sarah Paulson rejoint le casting du film en Docteur Ellie Staple comme une recrue de taille, seule capable de faire face au trio. 

Si on avait fini par perdre espoir de retrouver un jour le M. Night Shyamalan de Sixième Sens, Incassable et Le Village, le réalisateur et scénariste nous prouve enfin ici qu’il était toujours capable d’écrire de grandes histoires. On retrouve ici tout ce que l’on aimait dans son cinéma avec une réalisation léchée et un scénario plein de surprises. Seul petit bémol, le budget alloué par Blumhouse n’a certainement pas permis au cinéaste de proposer le véritable climax qu’il avait en tête. Une déception cependant bien rattrapée par une pirouette scénaristique qui finira de nous convaincre que ce Glass est définitivement la meilleure conclusion à l’histoire de nos super héros du quotidien tout en laissant la place à une autre histoire que n’hésitera certainement pas à exploiter le producteur Jason Blum.

Glass

Alors que l’on ne croyait plus voir un jour la suite tant attendue d’Incassable et qu’on avait même un peu perdu tout espoir en son réalisateur M. Night Shyamalan, Glass est vraiment une très grande réussite. Quel plaisir de retrouver Bruce Willis et Samuel. L Jackson pour cet affrontement attendu depuis près de vingt ans couplé à la prestation exceptionnelle de James McAvoy en schizophrène. Le réalisateur et scénariste retrouve clairement ici l’inspiration et conclut en beauté sa trilogie.

MON AVIS : 5/5

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : M. Night Shyamalan
  • AVEC : Bruce Willis, Samuel L. Jackson, James McAvoy, Sarah Paulson & Anya Taylor-Joy
  • SCÉNARISTE : M. Night Shyamalan
  • COMPOSITEURWest Dylan Throdson
  • GENRE : Thriller, Fantastique
  • DURÉE : 2h09
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : The Walt Disney Company France
  • SITE OFFICIELhttps://www.glassmovie.com/
  • DATE DE SORTIE : 16 janvier 2019

Critique rédigée le 09/01/2018