GUARDIANS de Sarik Andreasyan [Critique Blu-Ray]

 

Guardians

 

La folie des Super Héros contamine même la Russie qui nous propose avec Guardians, un sérieux concurrent aux films Marvel et D.C. Comics visuellement spectaculaire qui arrive directement en Blu-Ray et DVD le 26 juillet 2017. De quoi vraiment faire trembler les géants américains ?

 

 

SYNOPSIS : Pendant la Guerre Froide, l’organisation secrète russe Patriots a pratiqué des expériences génétiques sur des humains pour créer des super soldats. Ayant réussi à s’échapper, ils s’étaient cachés chacun de leur coté dans différentes régions de la Russie pendant près de trente ans. Mais alors qu’une nouvelle menace frappe le pays la major Elena Larina va être chargée de les retrouver afin de former une unité de défense baptisé Les Guardians.

 

A quelques exceptions près, cela fait bien longtemps que le cinéma russe ne fait plus beaucoup parler de lui en dehors de ses frontières. Après Night Watch qui avait révélé le réalisateur Timur Bekmambetov, parti faire la carrière que l’on sait aux Etats Unis, il va falloir maintenant compter sur Sarik Andreasyan. Lui aussi déjà attiré par l’Amérique le temps de réaliser le film Braquage A L’Américaine, il est cependant rapidement revenu dans son pays pour développer d’ambitieux films de science fiction. Après Survival Game, il veut maintenant carrément tenter de rivaliser avec Marvel et D.C. Comics en proposant avec Guardians, le premier film de super héros russes.

 

Guardians

 

Contrairement à ses modèles américains, Guardians n’est pas tiré d’un comic book mais a été imaginé de toutes pièces par le scénariste Andrey Gavrilov. C’est nourri de culture américaine et japonaise à travers les jeux vidéo, les comics et les films qu’ils ont créés leurs personnages aux influences flagrantes dont la première est clairement les Quatre Fantastiques. Il y a Ler qui tel La Chose peut manipuler la pierre pour se renforcer, Khan croisement entre le ninja Strider de Sega et le Winter Soldier de Marvel, Kseniya une femme invisible et Arsus un homme capable de se transformer en ours quand il est en colère à la manière de Hulk. Des super héros qui en imposent vraiment au premier abord et lors des séquences d’entrainement mais qui se révéleront être complètement à la ramasse face à leur grand ennemi August, responsable de leur création, qui leur mettra une raclée à chaque rencontre.

Et pourtant ce grand méchant ne paye franchement pas mine. Un chauve ultra baraqué aux bras bioniques bardé de câbles capable de manipuler l’électricité vraiment moche pour ne pas dire ridicule. Difficile de voir en lui une menace crédible ni de comprendre son plan. On le voit voler très facilement des tanks et du matériel militaire sans se voir opposer la moindre résistance tout comme quand il va aller scier une immense tour de communication pour la déménager et détraquer ainsi des satellites. Après une première raclée, les Guardians vont se voire upgrader avec un nouvel équipement toujours aussi inefficace. A les voir aussi nuls, on voit mal comment le réalisateur veut créer une franchise avec de tels super héros.

 

Guardians

 

Alors certes les images sont très belles avec une profusion d’effets numériques pour la plupart très réussi pour rendre les scènes encore plus spectaculaire. Quelques failles ici et là nous montreront bien que nous ne sommes pas dans les mêmes budgets qu’un Avengers ou un Justice League mais dans l’ensemble le film ne se moque pas des spectateurs au niveau visuel et sonore. On ne dira pas la même chose de son histoire qui se traîne en longueur pour installer les personnages dans le but de créer une véritable franchise. Le film ira copier Marvel Studios jusque dans son générique de fin qui inclus là aussi sa scène supplémentaire introduisant un nouveau personnage dans le but de faire monter l’impatience sauf qu’on ne sait pas du tout de qui il s’agit puisque cet univers nous est encore inconnu !

Là où on sent que l’on est bien dans une série B, c’est dans la prestation de ses acteurs. Tout d’abord le film a été tourné en russe, ce qui ne le rend pas déjà pas facile d’approche, le doublage français étant encore pire, mais cela ne nous empêchera pas de déceler le manque d’enthousiasme pour donner corps à leurs personnages qui se prennent souvent bien trop au sérieux. Ils auront le droit chacun à leur scène totalement ratée de confessions intimes accompagnée à chaque fois du même morceau triste pour montrer qu’ils sont restés de vrais humains avec leurs failles. En plus d’être mal jouées, ces scènes ne nous épargnerons vraiment aucun cliché avec des phrases aussi bateaux que « on ne devrait jamais avoir à enterrer ses enfants » ou « parfois certains animaux valent mieux que les hommes ». Des cours de comédies seront nécessaire avant de songer à un second épisode.

 

Guardians

 

A vouloir rivaliser avec ses modèles américains, Guardians aura au moins réussi à égaler le médiocre reboot des Quatre Fantastiques. De belles images ne servent à rien si l’histoire  n’est pas à la hauteur et la pauvreté du scénario imaginé par Andrey Gavrilov ne l’aidera pas à faire date dans le genre. Sarik Andreasyan signe ici une série B qui a un bel avenir sur les chaînes de la TNT mais dont on n’est franchement pas pressé de voir la suite. Sa maîtrise des effets spéciaux lui permettra peut être un jour d’être engagé par Marvel ou D.C. Comics pour vraiment démontrer ses talents mais pour le moment on n’est pas encore convaincu.

 

MON AVIS : 1/5

 

 

LE BLU-RAY : A défaut de pouvoir découvrir le film sur grand écran, le Blu-Ray sera la meilleure façon de découvrir Guardians. L’image est parfaite et le son largement à la hauteur pour nous mettre dans l’ambiance. En guise de bonus, les trois modules making of ont des allures d’auto-congratulation mais permettront tout de même de voir quelques images du tournage avant l’ajout des effets numériques.

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Zashchitniki
  • RÉALISATEUR : Sarik Andreasyan
  • AVEC : Anton Pampushnyy, Sanjar Madi, Sebastian Sisak et Alina Lanina
  • SCÉNARISTE : Andrey Gavrilov
  • GENRE : Science Fiction, Action
  • DURÉE : 1h30
  • NATIONALITÉ : Russe
  • ÉDITEUR : Wild Side
  • DATE DE SORTIE : 26 juillet 2017
  • SPÉCIFICITÉS : 1.85 :1 – 16/9 – 1080p – couleurs – DTS-HD Master Audio 5.1 Russe ou Français – sous titre : français – BD 50
  • BONUS : 3 modules making of, bande annonce