INVISIBLE MAN de Leigh Whannel [Critique Ciné]

 

Invisble Man

 

Quand Leigh Whannel, le créateur de la saga Saw, décide de ressusciter l’Homme Invisible avec Invisible Man, cela donne un film totalement inattendu mais pas pour autant réussi.

 

 

SYNOPSIS : Profitant de la nuit Cecilia a décidé de quitter pour de bon Adrian, son petit ami scientifique millionnaire, qui lui faisait mener une vie d’enfer. Véritable pervers narcissique celui ci aurait fini par se suicider à la suite de son départ mais alors que d’étranges événement se déroulent autour d’elle, Cecilia va se persuader qu’Adrian n’est pas vraiment mort mais aurait profité de ses travaux pour réussir a devenir invisible. Ce que ses proches auront bien du mal à croire…



Oeuvre de la littérature mythique de H. G. Wells autant que La Guerre des Mondes, L’Homme Invisible est rapidement devenu une figure légendaire du cinéma fantastique intégrant le groupe des Universal Monsters aux côtés des Dracula, Frankenstein, La Momie et autres Loup Garou. Il y a six ans, Universal avait souhaité ressusciter ces vieilles légendes dans un univers étendu similaire à celui développé par Marvel Studios. Un projet qui aura pris rapidement du plomb dans L’aile avec les flops artistiques ou financiers de Dracula Untold et La Momie avec Tom Cruise. Si le projet semble désormais enterré cela n’empêche pas le retour de l’Homme Invisible dans le nouveau film de Leigh Whannel, le créateur des franchises Saw et Insidious, produit par Jason Blum baptisé simplement Invisible Man. Une relecture complète du personnage dans un thriller psychologique qui se voudrait original mais qui n’arrivera pas a nous convaincre.

 

Invisble Man



Contrairement aux précédentes versions cet Invisible Man n’est pas le héros. A vrai dire il est même totalement secondaire. C’est ici avant tout l’histoire d’une victime qui se déclare victime d’un pervers narcissique que l’on devra croire sur parole puisque nous ne verrons rien du calvaire qu’elle a pu traverser. Il faudra juste se fier à cette première scène où elle semble avoir tout prévue pour s’échapper en pleine nuit en prenant bien soin de ne pas le réveiller pour comprendre le danger qu’il pouvait représenter sans pour autant en avoir de véritables preuves. Mais si au premier abord, on aurait pu penser que cet Invisible Man se voudrait être un thriller psychologique cherchant à dénoncer les violences conjugales et les relations toxiques provoquées par les pervers narcissiques, il démontrera bien vite la faiblesse de son scénario.

Alors qu’il aurait été très facile de laisser planer jusqu’à la fin le doute sur la folie de cette femme, Leigh Whannel apportera bien trop vite la preuve qu’elle est bien la victime d’un homme invisible aux spectateurs en les rendant témoins de choses qu’elle ne peut pas voir. Impossible dès lors de compatir pour elle et c’est sans le moindre suspense ni le moindre frisson que nous regarderons le reste de l’intrigue se dérouler en accumulant les facilités et les incohérences comme la plupart des productions Jason Blum avec un dénouement tellement improbable que l’on se croirait dans un épisode de Scooby Doo.

 

Invisble Man



On sera au final bien déçu de découvrir que cet Invisble Man n’est pas la victime d’une expérience qui a mal tourné et on n’aura bien du mal à comprendre ce qui peut bien lui donner cette force herculéenne et cette dextérité pour terrasser si facilement autant d’adversaires. Quitte à éventer aussi vite tout le suspense de cette histoire, Leigh Whannel aurait du en profiter pour étoffer ce personnage pour montrer ses motivations. Deux ou trois scènes de flashback pour constituer un background aux personnages n’auraient clairement pas étés de trop.

Autrefois charmante à l’époque de la série Mad Men, Elizabeth Mose semble s’être désormais transformé en archétype de la femme à problème depuis qu’elle joue dans Handmaid’s Tales avec ses cheveux gras, sa teinture blonde pas soignée et ses cernes, elle est ici tout aussi insupportable que dans son dernier film Her Smell. Elle le dit elle même dans le film mais on ne comprend pas pourquoi un scientifique millionnaire pourrait s’enticher d’une femme comme elle alors qu’il pourrait séduire quasiment toutes les filles. La Seule qualité qu’on pourra lui prêter est sa prestation au bord de la folie vraiment convaincante surtout qu’elle est souvent seule à l’écran.

 

Invisble Man



On s’attendait a plus d’intelligence dans ce nouveau film de Leigh Whannel mais notre intérêt pour Invisible Man dégonflera tout au long du film jusqu’à nous en dégoûter. Au lieu d’un drame psychologique sur les violences conjugales, cette nouvelle production Blumhouse est une nouvelle fois digne d’une mauvaise série B qui ne redorera pas cette franchise. Il serait définitivement préférable de laisser les Universal Monsters reposer en paix plutôt qu’enchaîner les déceptions.

MON AVIS : 1/5

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : The Invisible Man
  • RÉALISATEUR : Leigh Whannel
  • AVEC : Elisabeth Moss, Harriet Dyer, Aldis Hodge,  Storm Reid & Oliver Jackson-Cohen
  • GENRE : Thriller
  • DUREE : 2h05
  • NATIONALITE : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Universal Pictures France
  • SITE OFFICIEL :
  • DATE DE SORTIE : 26 février 2020