LA MALÉDICTION DE LA DAME BLANCHE de Michael Chaves [Critique Ciné]

 

La Malédiction De La Dame Blanche

 

La franchise Conjuring accueille un nouveau venu avec le film La Malédiction De La Dame Blanche, un spin off qui semble sortir de nulle part et qui devrait y retourner rapidement.

 

INTERDIT AUX MOINS DE 12 ANS

 

SYNOPSIS : Maudite pour avoir noyé ses propres enfants avant de suicider de chagrin, La Llorona menace depuis tous les enfants. N’étant pas familière de cette légende, l’assistante sociale Anna Tate Garcia va sans le savoir mettre en danger les enfants de Patricia Alvarez qui semblent être maltraités par leur mère. C’est désormais sur sa propre progéniture qu’elle élève seule que Anna  va attirer l’attention de la Dame Blanche.

 

Mise à mal par le spin off purement catastrophique La Nonne, la saga Conjuring ne semble visiblement pas vouloir en rester là puisque cette année ce n’est pas moins de deux longs métrages que l’on pourra découvrir avant la sortie l’année prochaine du Conjuring 3. Avant de découvrir Annabelle 3 au mois de juillet, voici venir La Malédiction De La Dame Blanche. Une nouvelle créature horrifique dont on n’avait jamais entendu parler dans les précédents films mais qui vient pourtant se rajouter à la franchise comme une sorte de dérivé d’Annabelle car elle partage un personnage en commun en la personne de l’acteur Tony Amendola qui reprend son rôle de Père Perez.

 

La Malédiction De La Dame Blanche

 

Grossière erreur de traduction française, le monstre en question n’est pas la Dame Blanche que tout le monde connait en France mais une légende sud américaine appelée La Llorona.  A l’instar du Paranormal Activity : The Marked Ones, La Malédiction De La Dame Blanche semble vraiment vouloir séduire l’importante communauté hispanique américaine avec son casting et un réalisateur inconnu Michael Chaves dont le nom sonne aussi hispanique. Déjà choisi pour réaliser Conjuring 3, ce metteur en scène montre dès les premières minutes son application à marcher sur les traces de James Wan avec un plan séquence d’introduction qui rappelle celui du premier Conjuring.

Ce n’est que le premier des nombreux emprunts que les fans de films d’horreur reconnaîtront forcement tant ils sont nombreux. On pense notamment aux Griffes De La Nuit de Wes Craven avec la scène de la baignoire et aussi beaucoup aux Evil Dead de Sam Raimi. C’est bien là le gros problème de La Malédiction De La Dame Blanche qui n’arrivera jamais à nous faire flipper tant le réalisateur prend un temps fou à préparer le terrain avant chaque passage horrifique qu’on le sent venir à chaque fois. Il faudra vraiment n’avoir vu aucun autre film d’horreur de toute sa vie  pour être impressionné par ce long métrage. La seule chose à sauver sera quelques belles images ici où là mais c’est bien peu pour réussir à nous faire passer un bon moment.

 

La Malédiction De La Dame Blanche

 

Même le scénario est cousu de fil blanc. Ecrit par deux néophytes en la matière, on a vraiment l’impression que le film n’a rien à raconter. Certes nous sommes dans le domaine du fantastique mais pourtant absolument rien ne semble probable dans cette histoire pleine de clichés. On frôle même très souvent le ridicule notamment avec ce prêtre exorciste bon à rien où cette mère de famille qui semble si distante avec ses enfants dont elle mettra un temps fou à comprendre ce qui leur arrive. Autant de bêtises dans un film d’une heure et demi, cela devient rapidement énervant.

Si on est bien content de retrouver Linda Cardellini l’héroïne de la série Freaks & Geeks revue dans Urgences, on se demande pourquoi elle a été choisi pour le rôle principal du film alors qu’elle est la seule à ne pas avoir d’origines hispaniques. Ses enfants ont visiblement tout pris du père, flic décédé en mission qu’on ne verra qu’en photo. Aucun des acteurs ne pourra vraiment se démarquer avec la pauvreté du scénario. Beaucoup de cris et d’agitations mais rien qui ne mériterait vraiment un Oscar.

 

La Malédiction De La Dame Blanche

 

A coup de spin off ratés, la Warner est en train de ternir l’image d’une franchise qui avait pourtant si bien commencé. Dans la stricte lignée de La Nonne, La Malédiction De La Dame Blanche déçoit par son scénario famélique cousu de fil blanc et par son manque de frissons. Il ne suffit pas de copier ce qu’ont fait les autres pour réaliser un bon film d’horreur mais Michael Chaves ne semble pas capable de la moindre once d’originalité. De quoi avoir peur pour le Conjuring 3 qu’il doit réaliser prochainement. 

 

MON AVIS : 1/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : The Curse Of La Llorona
  • RÉALISATEUR : Michael Chaves
  • AVEC : Linda Cardellini, Roman Christou, Jaynee-Lynne Kinchen, Raymond Cruz & Tony Amendola
  • SCÉNARISTE : Mikki Daughtry & Tobias Laconis
  • MUSIQUE : Joseph Bishara
  • GENRE : Horreur, Épouvante
  • DURÉE : 1h34
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Warner Bros France
  • SITE OFFICIEL : http://www.thecurseoflallorona.net/
  • DATE DE SORTIE : 17 avril 2019