LADY BIRD de Greta Gerwig [Critique Ciné]

 

Lady Bird

 

Greta Gerwig fait des débuts remarquées en tant que réalisatrice avec Lady Bird, déjà vainqueur de deux Golden Globes et en lice pour cinq Oscars. De quoi faire de l’ombre à 3 Billboards et La Forme De L’Eau ?

 

 

SYNOPSIS : A 18 ans, Christine « Lady Bird » MacPherson rêve de quitter enfin Sacramento pour aller étudier dans une grande université New Yorkaise ce qui n’est pas au goût de sa forte tête de mère. En attendant de réaliser son rêve, elle achève sa dernière année de lycée en rejoignant la troupe de théâtre où elle va connaitre ses premier émois amoureux.

 

Vraiment révélée au grand public avec Frances Ha en 2012, Greta Gerwig n’avait pas attendu ce film pour se faire un nom auprès des fans de comédies dramatiques américaines indépendantes depuis déjà une dizaine d’année que ce soit en tant qu’actrice ou scénariste. Après avoir co-réalisé en  2008 le film Nights And Weekends avec Joe Swanberg sorti chez nous directement en DVD en 2014, elle fait  ses débuts seule derrière la caméra pour Lady Bird dont elle a également écrit le scénario. Nommé pour l’Oscar de la meilleur réalisatrice après avoir déjà emporté le Golden Globe de la meilleure comédie, ce premier film pourrait bien créer la surprise lors de la cérémonie du 4 mars 2018 alors que les droits des femmes seront certainement au cœur de la soirée et que le favori Guillermo Del Toro traîne des accusations de plagiats.

 

Lady Bird

 

Trop âgée pour jouer Lady Bird mais trop jeune pour jouer sa mère, Greta Gerwig ne s’est malheureusement pas trouvé de rôle dans son film. Elle a porté son choix pour jouer l’héroïne du film sur Saoirse Ronan qui à vingt trois ans arrive encore parfaitement à se faire passer pour une adolescente de 18 ans. Révélée par The Lovely Bones de Peter Jackson en 2009, l’actrice à déjà plusieurs fois eu l’occasion de briller dans des films comme Hanna, Lost River, The Grand Budapest Hotel ou encore Brooklyn. Des rôles à chaque fois très différents et qui ne ressemblent pas non plus à Lady Bird. Impossible de ne pas craquer pour cette ado romantique qui a la tête pleine de rêve. On la suit avec le plus grand plaisir dans son quotidien de lycéenne dans un établissement catholique et dans sa guerre permanente avec sa mère en l’encourageant dans ses projets et en partageant ses joies et ses peines.

Persuadée de ne pas avoir la vie qu’elle mérite, Christine, qui s’est elle même rebaptisée Lady Bird un peu comme un nom d’artiste, rêve à une vie meilleure où elle habiterait dans une des belles maisons de Sacramento, brûlerait les planches ou pourrait exploiter d’autres talents artistiques sauf qu’elle est un peu la seule à  y croire. Sa mère est d’ailleurs la première à chercher à lui remettre les pieds sur terre de façon souvent trop abrupte car trop prise par le problème bien plus concret d’arriver à faire vivre la famille avec son mari au chômage. C’est leur relation compliquée qui est au cœur du film autour duquel gravite la famille, les copines et les premiers amours.

 

Lady Bird

 

Tous ses rôles sont très bien incarnés par un  casting d’acteurs pas très connus mais tous remarquables. Le rôle de la mère est tenue par Laurie Metcalfe connue principalement pour son rôle dans la série Roseanne ou plus récemment dans Big Bang Theory. Malgré le caractère buté du personnage, on sent parfaitement tout l’amour qu’elle porte au fond à sa fille. Le père est incarné par Tracy Letts vu dans les séries Homeland et Divorces, vrai papa poule dont la gentillesse est vraiment touchante. La meilleure amie de Lady Bird est incarnée par la pétillante Beanie Feldstein remarquée le temps d’une scène dans Nos Pires Voisins 2, l’autre copine incarnation de la perfection est jouée Odeya Rush vue dans le film Chair De Poule. Les amoureux successifs de Lady Bird sont joué avec beaucoup de sensibilité par Lucas Hedge, révélation de Manchester By The Sea et par Timothée Chalamet qui trouve ici un rôle pas si éloigné de celui de Call Me By Your Name d’asocial intellectuel qui a du mal à respecter les filles.

Alors oui,  l’histoire de Lady Bird n’a rien de franchement original malgré l’aspect autobiographique car Greta Gerwig a elle même vécue à Sacramento et a cherché à s’en enfuir. Tout le reste n’est que pur fiction qui nous fera bien souvent rire mais qui aura aussi souvent l’occasion de nous émouvoir par son histoire mais aussi par un petit coté nostalgique car le film se déroule en 2002. Sans chercher à imiter du tout Greta Gerwig, Saoirse Ronan compose un personnage auquel on s’attache immédiatement au point que l’on voudrait que le film ne s’arrête jamais. La dernière scène qui demande de plonger dans les pensées de la jeune fille, laissera le champ libre aux spectateurs d’imaginer ce que pourra bien êtrele reste de sa vie.

 

Lady Bird

 

Avec Lady Bird, Greta Gerwig fait de premiers pas très prometteur en tant que réalisatrice. Si elle avait pu nous offrir déjà de belles histoires en tant que scénariste, le fait de combiner ici les deux postes fait ressortir le meilleur d’elle même. Si on pourra regretter de ne même ps l’apercevoir ne serait ce que dans une petit rôle, le film est très bien porté par Saoirse Ronan dans ce qui sera un nouveau rôle marquant dans sa jeune carrière. Il faut saluer aussi l’excellence du reste de la distribution qui font de cette petite histoire très simple un véritable bijou d’émotions.

 

MON AVIS : 4/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATRICE : Greta Gerwig
  • AVEC : Saoirse Ronan, Laurie Metcalf, Tracy Letts, Beanie Feldstein, Lucas Hedge, Thimothée Chalamet et Odeya Rush
  • SCÉNARISTE : Greta Gerwig
  • COMPOSITEUR : Jon Brion
  • GENRE : Comédie Dramatique
  • DURÉE : 1h34
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Universal Picture France
  • SITE OFFICIELhttp://ladybird.movie/
  • DATE DE SORTIE : 28 février 2018