LES FRÈRES SISTERS de Jacques Audiard [Critique Ciné]

 

Les Frères Sisters

 

Pour son premier film en langue anglaise, Jacques Audiard a choisi lui aussi de se mettre au Western en adaptant le roman The Sisters Brothers. Mais il n’est pas facile de se démarquer dans un genre cinématographique qui nous a déjà offert tant de chefs d’oeuvres.

 

 

SYNOPSIS : Petits brigands travaillant sous les ordres du Commodore, les Frères Sisters sont chargés de retrouver le chercheur d’or  et chimiste Hermann Kermit Warm qui a trouvé un moyen de repérer plus facilement l’or dans les rivières. Cela s’annonce comme la dernière mission des frangins alors qu’Eli rêve de raccrocher tandis que Charlie ne se voit pas faire autre chose.

 

Vainqueur du Prix du 44ème Festival du cinéma américain de Deauville, Les Frères Sisters n’est pourtant pas un film américain ! Si c’est l’acteur John C. Reilly qui a proposé à Jacques Audiard de faire du roman de l’auteur canadien Patrick DeWitt son prochain film après avoir vu De Rouille et D’Os, ce Western est bel et bien une production majoritairement française dont le tournage s’est déroulé en Espagne et en Roumanie. Il n’y a que dans son casting que Les Frères Sisters a quelque chose d’américain avec une belle brochette d’acteurs qui suffiront pour attirer les spectateurs en salles. Pourtant la déception risque d’être au rendez vous…

 

Les Frères Sisters

 

Il suffit de voir à quelle vitesse s’affichent les noms des différents producteurs du film au tout début du film pour comprendre que Les Frères Sisters risque d’être un film très lent mais n’est-ce pas le cas de la plupart des westerns ? Commençant d’emblée par une scène violente où les frangins abattent de sang froid toute une bande de cowboys. Une violence cependant rapidement désamorcé par un humour qui restera présent tout le long  du film. Car loin d’être les assassins redoutés qu’on a voulu nous faire croire, les frères Eli et Charlie Sisters ont plutôt l’air de deux bras cassés incapables de mener à bien une mission. Et pourtant leur patron le Commodore semble toujours vouloir leur faire confiance en leur confiant une nouvelle mission.

Les Frères Sisters devient alors probablement la plus lente des courses poursuites jamais porté à l’écran. Chargé de retrouver un chimiste et chercheur d’or qui s’est enfui en trahissant la confiance du Commodore, ils vont partir sur ses traces avec plusieurs jours de retard. Le film alternera alors en permanence entre des scènes où l’on suivra les deux frangins et d’autres où l’on suit le chimiste accompagné du détective John Morris chargé à son insu de le ralentir. On passe de l’un à l’autre sans jamais la moindre transition, au point qu’on mettra parfois un peu de temps à se rendre compte qu’on a changé de personnages.

 

Les Frères Sisters

 

Loin de jouer le contre la montre, le film enchaîne les scènes sans véritables intérêt à l’exception parfois d’une trop rare scène d’affrontement. Alors que dans la plupart des westerns, la tension monte crescendo pour un final explosif. Dans Les Frères Sisters, c’est tout le contraire. Plus on avance dans les deux interminables heures que durent le film et plus on voit le film sombrer de plus en  plus dans les bons sentiments. Et que dire de ce final si décevant où l’histoire parait subitement bâclée faute d’avoir trouvé une véritable conclusion. Heureusement, si le scénario est ratée, les images sont vraiment belles et assurent le dépaysement et l’ambiance qu’il faut pour un bon western.

Malgré le scénario famélique et dénué d’intérêt, rien a arrivera à gâcher le talent de la brochette d’acteurs choisis pour le film. John C. Reilly qui est à l’origine du projet trouve enfin ici un nouveau grand rôle après Chicago et Frangins Malgré Lui dans le rôle du plus âgé des Frères Sisters. Le plus jeune et nerveux est joué par un Joaquin Phoenix qui comme à son habitude intériorise beaucoup et ne donne rien pour qu’on s’attache à son personnage. Le rôle du chercheur d’or est joué par le moins connu Riz Ahmed dont on se souvient surtout de son rôle dans Rogue One. Son histoire n’étant pas correctement développé, on aura du mal à voir en lui autre chose que la cible à abattre. Alors qu’il s’est ultra-préparé pour son rôle de détective, Jake Gylllenhaal est bien sous exploité  par rapport à son potentiel.

 

Les Frères Sisters

 

Ne croyez pas les critiques dithyrambiques de certains médias qui encensent tout ce que peux faire le réalisateur Jacques Audiard. Les Frères Sisters est bel et bien un véritable ratage faute d’un scénario totalement dénué d’intérêt et un rythme bien trop lent. C’est bien dommage pour les acteurs qui donnent une fois de plus le meilleur d’eux mêmes et pour l’ambiance qui paraissait si réussie. A coté des récents  Hostiles, Brimstone ou Les Huits Salopards, ce nouveau western fait franchement pale figure et montre que le réalisateur n’était vraiment pas l’homme de la situation pour adapter cette histoire.

 

MON AVIS : 2/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : The Brothers Sisters
  • REALISATEUR : Jacques Audiard
  • AVEC : Joaquin Phoenix, John C. Reilly, Jake Gyllenhaal & Riz Ahmed
  • SCÉNARISTES : Jacques Audiard, Thomas Bidegain d’après l’oeuvre de Patrick DeWitt
  • COMPOSITEUR : Alexandre Desplat
  • GENRE : Western
  • DURÉE : 1h57
  • NATIONALITÉ : Français
  • DISTRIBUTEUR : UGC distribution
  • SITE OFFICIELhttp://www.ugcdistribution.fr/film/les-freres-sisters/
  • DATE DE SORTIE : 19 septembre 2018