MA de Tate Taylor [Critique Ciné]

Ma

Réalisateur de La Couleur Des Sentiments et La Fille Du Train, Tate Taylor passe au thriller horrifique avec Ma offrant un rôle étonnant à Octavia Spencer qui risque malheureusement de faire tâche dans sa filmographie.

INTERDIT AUX MOINS DE 12 ANS AVEC AVERTISSEMENT

 

SYNOPSIS : Assistante vétérinaire  dans une petite ville de l’Ohio, Sue Ann mène une vie solitaire jusqu’au jour où un groupe de jeunes lycéens va lui demander d’acheter de l’alcool pour eux. D’un naturel solitaire, Sue Ann va y trouver l’occasion de se faire des amis en les invitant à boire dans son sous-sol. Adoptant le surnom de Ma qu’ils lui ont donné, cette femme va se mettre en quatre pour organiser des fêtes de plus en plus démentes mais son comportement étrange va finir par mettre mal à l’aise les lycéens.

 

A la vue de la bande annonce de Ma, on a déjà l’impression d’avoir vu des milliers de fois ce genre d’histoire. A condition de n’avoir jamais vu un film d’horreur de sa vie, on devine sans peine tout ce qui va s’y passer du début à la fin. Mais parce que Blumhouse Productions a su par moment nous surprendre avec des œuvres sortant parfois des sentiers battus comme Get Out, c’est malgré tout avec encore l’espoir d’être surpris que l’on a encore envie de donner une chance à ce long métrage. D’autant plus que Ma est réalisé par Tate Taylor a qui l’on doit La Couleur Des Sentiments et La Fille Du Train et qui fait ici ses premiers pas dans l’horreur. Malheureusement Ma est bien le thriller cousu de fil blanc que l’on craignait. Attention, ça va spoiler…

 

Ma

 

A force de produire des films à petit budgets qui rapporte gros au box office, c’est à se demander si les équipes de Blumhouse Productions ne finirait pas par prendre les spectateurs pour des imbéciles. A moins d’avoir douze ans et qu’il s’agisse de votre premier film d’horreur, il y a peu de chance que Ma vous provoque le moindre frisson. Le sentiment dominant durant tout le film sera plutôt l’effarement que l’on puisse encore proposer ce genre d’histoire en 2019 sans chercher à y insuffler la moindre idée nouvelle. On y retrouve l’habituelle « oie blanche »; une jeune fille trop sage qui arrive dans un nouveau lycée  et qui pour ne pas passer pour une rabat joie va accepter l’invitation d’une des filles les populaires du lycée à aller boire avec ses amis. C’est par son regard que l’on suivra toute cette histoire.

Derrière cette trame trop conventionnelle, le personnage de Ma a tout de même quelque chose d’intriguant. A coup de flash-backs, on découvrira que si Sue Ann est un peu étrange, c’est parce qu’elle reste traumatisée d’avoir été harcelée durant ses années de lycée par les élèves les plus populaires. Il y a cependant rapidement quelque chose qui cloche franchement dans cette histoire, c’est pourquoi elle a attendu aussi longtemps pour pouvoir régler ses comptes avec cette bande alors qu’aucun d’entre eux n’a déménagé depuis ? Difficile de comprendre pourquoi ils font comme si ils ne s’étaient pas vus depuis au moins quinze ans tout en vivant dans un pauvre petit bled de l’Ohio où tout le monde semble pourtant se connaitre.

 

Ma

 

Plus l’histoire avance et plus on a l’impression que rien ne tient la route dans le film de Tate Taylor. le scénario semble s’éparpiller progressivement dans de nombreuses directions intrigantes sans qu’aucune d’entre elles ne soient malheureusement exploitées correctement. C’est à croire que le scénario a été écrit jour après jour sans se soucier de qui avait été tourné la veille. Il utilise tellement de facilités scénaristiques que le film en perd absolument toute cohérence. Et que dire  du dernier acte du film qui sombre dans le grand n’importe quoi en faisant subitement s’accumuler les cadavres. Le scénariste Scotty Landes ne nous aura décidément épargné aucun clichés du genre sans réussir une seule seconde à nous procurer le moindre frisson tellement on connait déjà par cœur ce genre de dénouement.

Egalement producteur exécutif, Octavia Spencer semble avoir pris un malin plaisir à retrouver le réalisateur de La Couleur Des Sentiments pour ce rôle si différent. Elle que l’on a l’habitude de voir dans des rôle de gentille, étonne vraiment dans ce rôle de dérangée malheureusement desservi par un scénario décevant. Comme d’habitude le reste du casting repose sur de jeunes acteurs méconnus issus pour la plupart de séries TV qui n’ont rien d’autre à jouer que leur propre rôle d’adolescents. L’héroïne est jouée par Diana Silvers repérée en cheerleader dans Glass. Mais celle qui fait le plus de peine c’est Juliette Lewis qui passe de ses habituels rôles Rock N’ Roll à celui de mère de famille autoritaire. On se demande bien ce qu’elle est venue faire dans cette galère.

 

Ma

 

Si on savait par avance que ce ne serait par l’originalité de son scénario que Ma saurait nous étonner, le film de Tate Taylor n’a définitivement rien pour marquer les esprits. Octavia Spencer s’est peut être bien amusée avec son rôle de détraqué mais faire passer les personnes victimes d’harcèlement scolaire pour des psychopathes en puissance n’est certainement pas le message le plus intelligent à véhiculer de nos jours.

 

MON AVIS : 1/5

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Tate Taylor
  • AVEC : Octavia Spencer, Diana Silvers, Juliette Lewis, Mckaley Miller, Corey Fogelmanis & Luke Evans
  • SCÉNARISTE : Scotty Landes
  • COMPOSITEUR : Gregory Tripi
  • GENRE : Horreur, Thriller
  • DURÉE : 1h40
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Universal Pictures France
  • SITE OFFICIEL : https://www.universalpictures.fr/micro/ma#iframe1
  • DATE DE SORTIE : 5 juin 2019