TERMINATOR : DARK FATE de Tim Miller [Critique Ciné]

Terminator : Dark Fate

Si nous avons échappé a l’extinction de la race humaine en 1997, nous n’échapperons pas à la troisième tentative de reboot de la franchise Terminator : Dark Fate au cinéma ce mercredi.

 

SYNOPSIS : Sarah Connor pensait avoir définitivement mis un terme a l’extinction de l’humanité mais le destin en a décidé autrement. Une nouvelle menace arrive du futur le Rev 9 qui a pour mission d’éliminer Dani, une jeune mexicaine qui ne se doutait absolument pas de ce que le futur lui réservait. Grace, une soldat augmentée venue elle aussi du futur viendra la sauver in extremis avant qu’elles ne finissent par croiser la route de Sarah Connor, devenue chasseuse de Terminators offrant un nouvel espoir a l’avenir.

L’histoire est un éternel recommencement aurait pu être l’accroche de cette troisième tentative d’apporter un nouveau souffle à la franchise Terminator qui aurait bien mieux fait de s’arrêter au bout du second film entré dans les annales de la science fiction au cinéma. Terminator : Dark Fate se pressente d’ailleurs comme la nouvelle suite officielle de ce second volet demandant d’oublier les trois films qui l’avaient suivi ainsi que la série télé. Toutes ces suites doivent dorénavant être considérées comme si elles se passaient dans des timelines alternatives. Malgré le retour de James Cameron à la production, cette nouvelle histoire dont il est aussi a l’origine aurait au fond bien pu ne jamais exister tant elle n’apporte rien d’autre a la franchise qu’une forte impression de déjà vu.

 

Terminator : Dark Fate

 

En plus des fans inconditionnels de la franchise, Terminator : Dark Fate semble vouloir viser deux public bien précis. Le premier est clairement la communauté latino-américaine tant tout semble être fait pour les séduire a tel point qu’on se demande pourquoi James Cameron n’en a pas confié la réalisation à Robert Rodriguez plutôt que de lui dicter son adaptation d’Alita. Deux acteurs latino sont en effet au cœur de cette nouvelle aventure ; Dani, la nouvelle héroïne a protéger jouée par Natalia Reyes et le nouveau Terminator Rev-9 joué par Gabriel Luna. Même le thème principal de Terminator aura le droit a son réarrangement hispanique dans le générique de fin. C’est presque à se demander si la production du film voulait faire de ce nouveau film une sorte de pamphlet contre le mur que voudrait faire ériger Donald Trump.

Terminator : Dark Fate semble aussi vouloir surfer sur la prise de pouvoir des femmes sur Hollywood en mettant en scène un nouveau trio de « Drôles de Dames« . Deux femmes plus fortes que tout le monde viendront prendre la défense de Dani. Mackenzie Davis qui joue le rôle de Grace, une humaine augmentée transformée en véritable Terminator humain et Linda Halmiton enfin de retour dans la franchise en mamie armée jusqu’aux dents plus souvent ridicule que réellement bad-ass. Au lieu d’afficher une belle solidarité féminine, les trois femmes passeront le film à se quereller sans que l’on comprenne les raisons de cette hostilité alors qu’elles ont le même but d’assurer l’avenir de l’humanité en éradiquant le Rev-9. Les fans d’Arnold Schwarzenegger devront prendre leur « mâle » en patience car le véritable Terminator ne fera son entrée que très tard dans le film. Même si il participe aux grosses scènes d’action, on n’aura parfois tendance à oublier sa présence dans le long métrage tant il sera souvent mis en retrait dans cette histoire. Sans rien dévoiler, toute l’histoire de ce personnage est absolument ridicule à commencer par son prénom et un pseudo sens de l’humour dont on bénéficiera même pas.

 

Terminator : Dark Fate

 

Pourtant imaginé par James Cameron lui même, on s’étouffera des la première scène devant l’indigence du scénario de Terminator : Dark Fate qui flingue en moins de deux minutes tout l’intérêt de Terminator 2. Les scénaristes ont décidé de mettre à la trappe toute l’essence même des deux films cultes pour ouvrir la porte à un nouveau futur annoncé comme très différent mais en fait vraiment similaire car seul les noms ont changés. Comme Le Réveil De La Force par rapport au premier Star Wars, Terminator Dark Fate n’est en fait qu’un décalque du second volet qui en reprend sans vergogne absolument toutes les scènes les plus marquantes. Autant dire que pour les fans de la première heure, il n’y aura strictement rien de nouveau à découvrir dans cette histoire. Les nouveaux personnages ne sont absolument pas attachants et tout l’enjeu du film n’est absolument pas captivant en voyant qu’un nouveau voyage dans le temps pourrait encore une fois changer le cours de l’histoire. A ce rythme on n’est pas prêt de voir la franchise s’arrêter un jour.

Il n’y a que lors des scènes d’action que le film pourra se montrer un peu captivant. Certaines d’entre elles sont sans aucun doute les plus spectaculaires de toutes la franchise. C’est bien là qu’on reconnait la patte du réalisateur Tim Miller qui nous avait déjà ébloui avec le premier Deadpool. Souvent très réussis, les effets spéciaux peuvent parfois se montrer aussi totalement ratés à l’image de la scène vue dans tous les films de la saga du grand nettoyage effectué par les T-800 lors de leur soulèvement. Les combats sont vifs et dynamiques et souvent bien sauvages mais ils deviennent rapidement répétitifs. On sait de toute manière que les gentils s’en sortiront toujours au moins jusqu’à la bataille finale et les scénaristes ne chercheront jamais a nous surprendre de ce côté là.

 

Terminator : Dark Fate

 

On s’en doutait rien qu’a travers la bande annonce, ce Terminator : Dark Fate n’est qu’une sorte de mélange entre le reboot et le sequel qui ne cherche à seduire les fans qu’en reproduisant tout ce qu’ils avaient aimé dans les deux premiers films. Si la volonté de féminiser la franchise est peut être la seule originalité du film on ne voit pas l’intérêt de vouloir a ce point séduire le public latino-américain dans son casting et même dans la musique du film. Le scénario du film étant pour le moins affligeant il ne reste que quelques très belles scènes d’action pour les amateurs du genre. Ce ne sera certainement pas suffisant pour permettre de relancer la franchise.

 

MON AVIS : 2/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Tim Miller
  • AVEC : Arnold Schwarzenegger, Linda Hamilton, Mackenzie Davis, Natalia Reyes et Gabriel Luna
  • SCÉNARISTES : David S. Goyer, Justin Rhodes et Billy Ray sur une idée de James Cameron
  • COMPOSITEUR : Junkie XL
  • GENRE : Science Fiction, Action
  • DURÉE : 2h09
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : 20th Century Fox France
  • SITE OFFICIEL : https://tickets.terminatormovie.com/
  • DATE DE SORTIE : 23 octobre 2019