TEST Jeux Vidéo : PUPPETEER sur Playstation 3

 

 

 

FICHE TECHNIQUE :

DEVELOPPEUR : Japan Studio

– EDITEUR : Sony Computer Entertainment

GENRE : Jeu de plateforme

NOMBRE DE JOUEURS : 1 ou 2 joueurs

SITE OFFICIELhttp://fr.playstation.com/puppeteer/

DATE DE SORTIE : 11 septembre 2013

 

DECONSEILLE AUX MOINS DE 12 ANS

 

BANDE ANNONCE :

 

SYNOPSIS : Le terrible Roi-Ours a pris le contrôle de la lune où il aspire les âmes des enfants. Transformé en pantin de bois, certains des enfants sont décapités par le roi selon sa guise. Manque de chance, sa dernière victime Kutaro a bien l’intention de se venger. Armé de ciseaux légendaires il va achever les douze généraux du Roi et se dresser contre lui.

 

TEST : Le bon vieux jeu de plateforme en scrolling horizontal n’est pas un genre très representé sur la Playstation 3. A part quelque Sonic ou les derniers Rayman, ils sont peu nombreux à avoir tenté de concurrencer Little Big Planet. C’est Sony même avec l’aide de Japan Studio qui va essayer de détronner le petit Sackboy de Media Mollecule avec Pupeteer. A la recherche d’une nouvelle mascotte ?

Le Puppeteer (marionettiste) ici c’est vous. Vous qui allez devoir diriger Kutaro jeune pantin de bois pas très courageux qui va être poussé par ses amis à éliminer le Roi Ours qui tyranise l’univers à travers une pièce en sept actes. Tout le jeu se déroule sur la scène d’un théâtre de marionettes devant un public réactif qui applaudira ou frisonnera de vos actions. Une grande histoire décrite par un narateur qui au cours du jeu installe l’intrigue. Afin de mener à bien son aventure Kutaro est aussi accompagné par une exasperante lutine.

Puppeteer s’inspire vraiment des jeux de plateforme old school, notre héros Kutaro dont la tête est tranchée au début du jeu, dispose maintenant de trois têtes de rechange par vie. A la façon de Sonic, dès qu’il est touché Kutaro perd une tête qu’il peut tenter de récupérer en se dépéchant. Lorsqu’il a perdu ses trois têtes il perd une vie. Pour regagner des vies il faut ramasser 100 gemmes lumineuse à travers les tableaux. Ses têtes sont aussi le sésame pour ouvrir des passages secrets, passer des niveaux compliqués ou se débarrasser plus facilement de boss de fin de niveaux. Pour se défendre et progresser dans les niveaux Kutaro est équipé de ciseaux magiques qui lui permettent de se déplacer dans les airs en coupant tout ce qui passe sur sa route. Il gagne aussi en cours de jeu quatre têtes spéciales lui donnant des pouvoirs : jeter des bombes, lancer un grapin, faire bouclier ou défoncer des murs.

Si vous avez une copine ou une petite soeur qui s’ennuie généralement à vous regarder jouer, vous pourrez si vous le souhaiter lui passer le contrôle de la lutine Pikarina. Au Dualshock 3 ou au Playstation Move, celle ci peut virevolter dans l’écran pour trouver des gemmes et objets cachés ou faire le ménage de certains obstacles, voir même arracher les têtes des Larves qui attaquent Kutaro. Un système d’entraide qui facilite bien le jeu car controler seul les deux personnages pousse souvent à délaiser Pikarina. Jouer seul au mode deux joueur à l’aide à la fois de la manette et du Playstation Move se montre aussi payant pour trouver tous les bonus des niveaux.

Graphiquement Puppeteer rappelle bien souvent Little Big Planet. Les sept actes se déroulent chacun dans un univers différent : le Western, le monde des pirates, Halloween, Alice au Pays Des Merveilles et autres décors variés vous attendent. Enfin si les univers sont variés, on constate quand même pas mal de répétition dans les éléments de chaque niveau au point qu’on a parfois l’impression de repasser au même endroit. On est loin du niveau des plus beau jeux de la PS3 sortis récemment mais Puppeter présentent de beaux effets lumineux et d’amusants effets 3D. Le tout accompagné d’une bande son très réussie signée par le célèbre compositeur Patrick Doyle (Harry Potter, Eragon, Thor…).

Parlons maintenant de ce qui fâche car Puppeteer est loin d’être le jeu de plateforme parfait. Tout d’abord la jouabililté laisse bien souvent à désirer. Des coups ciseaux qui n’attrapent plus les éléments du décor, des problèmes de localisation des plateformes, une jouabilité défaillante et une difficulté parfois mal dosée. Le deuxième chapitre de l’acte V a de quoi s’arracher les cheveux. Le jeu en devient franchement énervant par moment surtout quand vous devez en plus supporter les commentaires de l’insuportable Pikarina qui se répête à chaque essai. Toutes ces voix qui commentent l’action donne l’impression d’être dans un jeu pour gamins alors qu’il est déconseillé aux moins de 12 ans, on se demande d’ailleurs bien pourquoi ? Enfin le système de tête à collectionner est particulièrement mal pensé car au lieu de pouvoir utiliser au bon moment n’importe quelle tête ramassée, on se retrouve bien souvent devant des passages nécessitant une tête bien précise qu’on a plus dans ce niveau.

Encore une nouvelle exclusivité pour la Playstation 3 mais cette fois ci bien moins réussie qu’un The Last Of Us. Avec sa jouabilité et ses graphismes, on se demande si le jeu n’aurait pas été mieux sur PS Vita. Un jeu à conseiller aux fans hard core de jeux de plateforme qui ne méritait pas franchement une sortie en boite face à d’autres jeux bien plus réussis disponibles uniquement en téléchargement sur le Playstation Store. Heureusement il est vendu à petit prix et n’aura certainement pas mérité qu’on paye plus.

 

 

MON AVIS : 2/5

GRAPHISME : 3/5

MUSIQUE : 4/5

JOUABILITE : 2/5

DUREE DE VIE : 3/5

INTERET : 1/5