PATERSON de Jim Jarmusch [Critique Ciné]

 

Paterson

 

Après Only Lovers Left Alive, Jim Jarmusch semble poursuivre une sorte de diptyque autour de l’amour et la poésie avec Paterson, chronique de vie de deux amoureux.

 

 

SYNOPSIS : Né à Paterson, ville du New Jersey où vivaient les poètes William Carlos Williams et Allen Ginsberg, Paterson est un jeune chauffeur de bus qui aime à ses temps perdus écrire lui-même de la poésie. Il vit avec Laura, une grande rêveuse qui déborde de passions et Marvin leur bouledogue anglais qu’il a l’habitude de promener chaque soir.

 

Il suffit de lire le synopsis pour voir que Paterson ne raconte quasiment rien. Jim Jarmusch a en effet choisi de suivre le quotidien très routinier d’un couple de jeunes artistes en devenir durant une semaine complète du lever au coucher. Autant dire que si vous aimez les films mouvementés avec de l’action et des rebondissements, mieux vaut aller voir autre chose car Paterson donne un peu l’impression de voir sa propre vie tant il filme la normalité.

 

Paterson

 

Le héros du film joué par Adam Driver s’appelle Paterson comme la ville dans laquelle il est né et vit encore. Il se lève tous les matins à 6h15 et part à pied jusqu’à son travail de chauffeur de bus. Avant de prendre son service, il couche dans son carnet secret les vers qu’il a imaginé sur le trajet. Pendant son travail, il s’amuse a écouter les conversations des passagers. Le soir, il rentre mettre les pieds sous la table pour manger les repas étranges préparé par sa copine avant de l’abandonner chaque soir pour aller boire une bière dans un bar où il a ses habitudes avant de retourner chez lui pour se coucher. C’est à peu près ce que l’on verra se répéter sept fois en deux heures de films.

De son coté sa copine Laura, jouée par Golshifteh Farahani, reste toute la journée à la maison. Pour passer le temps elle s’improvise décoratrice en repeignant tout ce qui lui passe par la main avec des motifs géométriques. Chaque jour elle semble être prise d’une nouvelle passion et sa dernière lubie est de devenir chanteuse country. C’est aussi une cuisinière qui espère gagner de l’argent en vendant des cupcakes et se lance dans des expérimentations culinaires pas toujours réussies. Pour lui tenir compagnie, elle peut compter sur Marvin leur bouledogue anglais qui semble jalouser leur relation car il aboie à chaque fois que le couple s’embrasse.

 

Paterson

 

Depuis sa présentation au Festival de Cannes où certains lui auraient bien remis la Palme d’Or, on nous vend Paterson comme un film très poétique. Forcement puisqu’il traite de poésie ! Régulièrement les œuvres de Paterson s’affichent à l’écran mais ce sont des poèmes étranges sans rimes, bien loin de ce qu’on a l’habitude d’étudier à l’école et qui ne parleront probablement qu’aux plus littéraires des spectateurs. On aura aussi du mal à croire à la romance de ce couple englué dans la routine. On a l’impression que Paterson cherche à l’éviter en permanence en quittant la maison le plus possible et on ne les verra jamais faire l’amour.

Heureusement que Paterson est joué par Adam Driver car l’acteur se montre une nouvelle fois excellent. Les gens qui se demandent pourquoi il a été choisi pour jouer le méchant Kylo-Ren de la nouvelle trilogie Star Wars pourrait voir ici ce qu’il est vraiment capable de faire et ainsi avoir un aperçu de ce qui pourrait nous attendre. Mais ce qui sauve tout de même avant tout le film c’est les quelques pointes d’humour qui ponctuent l’histoire grâce aux personnages secondaires comme le collègue au dépôt du bus, un amoureux rejeté qui fait des siennes au bar ou quelques rencontres dans le bus. On se serait bien passer en revanche du coté visite touristique de la ville de  Paterson avec détail de toutes les vedettes qui sont passés par là qui font très office du tourisme.

 

Paterson

 

Il faut être familier de l’univers de Jim Jarmusch et aimer les films lents sur le quotidien pour vraiment s’extasier devant Paterson. Les gens plus terre à terre qu’ils veulent profiter d’une bonne histoire sans avoir à analyser chaque plan pourront en revanche trouver le temps long devant ce long métrage.  Il faut cependant reconnaître qu’Adam Driver et Golshifteh Farahani forment un couple attachant bien secondé par le bouledogue qui n’a pas volé son prix à Cannes.

 

MON AVIS : 2/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Jim Jarmusch
  • AVEC : Adam Driver, Golshifteh Farahani, Rizwan Manji et Barry Shabaka Henley
  • SCÉNARISTE : Jim Jarmusch
  • COMPOSITEURS : Jim Jarmusch, Carter Logan et Shane Stoneback
  • GENRE : Comédie Dramatique
  • DURÉE : 1h58
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Le Pacte
  • SITE OFFICIELhttp://www.bleeckerstreetmedia.com/paterson
  • DATE DE SORTIE : 21 décembre 2016