CinémaCritique Ciné

CIVIL WAR de Alex Garland [Critique Ciné]

Civil War de Alex Garland

Toujours là où nous ne l’attendons pas, le réalisateur et scénariste Alex Garland revient avec le film coup de poing Civil War.

Dans cette année électorale aux Etats Unis, la plus grande crainte est de voir sombrer le pays dans le chaos à la suite du vote. Une peur déjà illustrée dans The Sweet East et Le Monde Après Nous que nous retrouvons aujourd’hui dans Civil War, le nouveau film choc écrit et réalisé par Alex Garland. Nous préparant au pire, cet uppercut arrive en salles ce mercredi 17 avril 2024 et risque de marquer véritablement cette année cinématographique peut être comme un film prémonitoire.

Alors que les affiches de Civil War donnent abusivement l’impression qu’il s’agit d’un gros blockbuster d’action à la Michael Bay ou Roland Emmerich, il est important de savoir que ce n’est pas le genre du réalisateur Alex Garland ni du Studio A24. Même s’ils ont mis le budget, N’espérez pas y retrouver un nouvel affrontement des héros Marvel ni même un véritable film de guerre car il s’agit là en fait d’un hommage aux courageux reporters de guerre prêts à risquer leurs vies pour témoigner au monde l’horreur des conflits qu’ils n’hésitent pas à couvrir pour nous.

Civil War de Alex Garland

Situé dans une version fictionnelle des États Unis pas si éloignée de la réalité, Civil War débute dans les derniers instants d’une immense guerre civile où le Texas et la Californie ont formé une alliance pour faire tomber le Président américain en plein troisième mandat. Un conflit couvert par la célèbre photographe Lee Smith et son collègue journaliste Joel en route depuis New York vers Washington pour tenter de décrocher la dernière interview du Président. Une excursion au péril de leur vie dans lequel ils se retrouveront à amener avec eux Stephen McKinley, un journaliste vétéran en fin de carrière, et Jessie Cullen, une apprentie photographe un peu trop inconsciente du danger.

Impossible de ne pas penser à The Walking Dead ou The Last Of Us dans les images de ces États Unis ravagés par le conflit. Là où ces séries ou jeu vidéo avaient pour but de démontrer que le plus grand danger ne sont pas les morts vivants mais l’homme lui-même, Alex Garland n’a pas besoin de monstres pour le prouver ici. Il l’avait déjà fait en tant que scénariste de 28 Jours Plus Tard. Comme prévu, ce road trip de plus de 1 000 km à travers la côte Est des États Unis sera ponctué d’étapes chocs. Prêts à tout pour décrocher les meilleurs clichés, ces reporters n’hésiteront pas à coller aux basques des soldats en plein affrontement. Comme des documentaristes animaliers, ils n’hésiteront pas à photographier les pires images sans prendre parti pour l’un ou l’autre des camps ou tenter de sauver des vies.

Civil War de Alex Garland

Si Civil War n’a pas le rythme trépident d’un film d’action, nous n’aurons pas le temps de nous ennuyer à suivre le périple de cette équipe dans leur moments de doutes et dans la démonstration de la difficulté du métier. Chaque moment où ils se permettront de relâcher la pression, ils seront toujours très rapidement rattrapés par la réalité. Le long métrage ne manque en effet pas de scènes chocs à la hauteur de 28 Jours Plus Tard. Les militaires croisés dans Civil War ne sont pas très éloignés des salopards du grand film de Danny Boyle. Et même si cette histoire ne se montre pas spécialement originale, elle nous réserve de gros moments de tension souvent surprenants. Nul doute que la dernière scène enflammera bien des discussions et théories  entre les spectateurs au fil des mois à venir.

Un film sur des photographes se devait d’avoir une direction photo impeccable et Civil War nous offre son lot d’images somptueuses. En plus d’être un très bon scénariste, Alex Garland démontre aussi un véritable art du cadrage qui mérite de voir le film sur le plus grand écran pour en profiter. Les salles obscures permettront aussi de profiter pleinement du travail sur le son avec des silences marquants et d’autres scènes explosives. Le tout accompagné par une très bonne bande originale entre de superbes compositions et une sélection de grands titres rock.

Civil War de Alex Garland

Assez rare sur grand écran ces derniers temps, Kirsten Dunst trouve dans Civil War un rôle assez inattendu. Une reporter froide et autoritaire qui tente de se montrer forte mais dont les horreurs auquel elle a pu assister lui réapparaissent dès qu’elle cherche à se relaxer. Il est amusant de voir que la jeune photographe qui veut prendre sa relève est jouée par Cailee Spaeny qui l’a remplacé récemment en nouvelle égérie de Sofia Coppola pour le film Priscilla.  Avec Wagner Moura, qui jouait le Pablo Escobar de la série Narcos et qui tient ici le rôle du journaliste Joel, ils auraient très bien pu former le duo héros de l’adaptation de The Last Of Us tant ils ressemblent ici aux personnages.

Civil War

Entre un hommage au courage des photographes de guerre et une dénonciation des dérives de la presse dans la chasse au scoop, Civil War n’est pas forcement original mais il se montre particulièrement efficace pour nous faire vivre un grand moment de cinéma. Le long métrage nous en met souvent plein la vue et ne manquera pas de nous percuter dans des scènes chocs mémorables.

MON AVIS :
5/5

A Lire Aussi

Furiosa : Une Saga Mad Max

FURIOSA : UNE SAGA MAD MAX de George Miller [Critique Ciné]

George Miller étend l’univers de Mad Max : Fury Road dans l’ambitieux prequel Furiosa : Une Saga Mad Max tout

Les Intrus

LES INTRUS de Renny Harlin [Critique Ciné]

Même si nous ne l’attendions pas, la saga The Stangers repart pour une nouvelle trilogie aux allures de mauvais remake sous le titre Les Intrus.

When Evil Lurks de Demián Rugna |Critique Ciné]

WHEN EVIL LURKS de Demián Rugna [Critique Ciné]

Récompensé au Festival Fantastique de Gérardmer, When Evil Lurks innove dans le film de possession.

Le Deuxième Acte de Quentin Dupieux [Critique Ciné]

LE DEUXIEME ACTE de Quentin Dupieux [Critique Ciné]

Quentin Dupieux est déjà de retour avec Le Deuxième Acte choisi  à juste titre comme film d’ouverture du Festival De Cannes 2024.

Blue & Compagnie

BLUE & COMPAGNIE de John Krasinski [Critique Ciné]

Après l’horreur, John Krasinski se lance dans le film pour enfants avec un Blue & Compagnie bien moins réussi que ses prestigieuses inspirations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.