1917 de Sam Mendes [Critique Ciné]

 

1917

 

C’est déjà auréolé des Golden Globes du meilleur réalisateur et du meilleur film dramatique que sort 1917, le nouveau film de guerre pas comme les autres de Sam Mendes.

 

 

SYNOPSIS : En pleine Première Guerre Mondiale, le Corporal Blake entraîne avec lui son camarade Schofield sans savoir qu’ils vont se voir confier une mission cruciale pour la suite de la guerre. Celle de porter au plus vite un message du Général Erinmore pour annuler l’ordre d’assaut qui pourrait coûter inutilement la vie de 1 600 soldats dont le frère de Blake si ils n’arrivent pas a temps. Une véritable mission suicide qui les forcera à traverser les lignes ennemis qu’ils devront effectuer seuls.

 

Ceux qui ont déjà vu Jarhead : Le Prix De L’innocence, le précédent film de guerre de Sam Mendes sur le conflit en Irak savent que 1917 ne peut pas être qu’un simple film de guerre car son réalisateur n’a jamais été vraiment porté sur l’action. Malgré leur succès, ses deux James Bond : Skyfall et Spectre l’ont bien prouvé en replongeant l’Agent 007 dans la naphtaline dont Martin Campbell avait réussi formidablement à le faire sortir avec Casino Royale. Pour la première fois, il a écrit lui même le scénario de ce nouveau film pour rendre hommage à la mémoire de son grand père ancien soldat de la première guerre mondiale qui lui a souvent raconté ce qu’il avait vécu sur le front.

 

1917

 

En se fiant à ce synopsis et à la bande annonce, 1917 fait irrémédiablement tout de suite penser au Dunkerque de Christopher Nolan pour sa course contre la montre et sa mission qui semble impossible mais c’est un film très différent que signe en fait Sam Mendes. Il se démarque tout d’abord par son choix d’être filmé intégralement comme si il s’agissait d’un seul et même plan séquence de deux heures. Une véritable prouesse visuelle pour ce genre de film qui demandait d’incroyable décors de champ de bataille. C’est tellement réussi que cette mise en scène nous fera régulièrement sortir du récit pour se demander comment ils ont réussi un tel exploit. On ne pourra s’empêcher de tenter de déceler les moments où les prises se sont arrêtées. Ce sera parfois évident comme lors d’une plongée dans l’obscurité ou lors d’un gros plan sur le paysage mais la plupart du temps on n’y verra que du feu.

Sam Mendes évite aussi le côté très anxiogène de Dunkerque avec un rythme un peu plus posé mais qui fait bien ressentir tout le danger de cette mission. Deux hommes quasiment livrés à eux même qui paraissent si peu de chose dans ce conflit mondial où ils vont pourtant jouer un rôle déterminant. N’allez cependant pas chercher cet exploit dans les archives de la Premiere Guerre Mondiale car c’est une histoire inventée de toute pièce que signe ici Sam Mendes pour rendre hommage à tous ces hommes portés par le sens du devoir exactement comme il l’avait fait avec Jarhead : La Fin De L’Innocence. Un film qui nous fait nous interroger sur ce qu’on aurait été capable de faire si nous nous étions nous même retrouvés sur le front comme ces centaines de milliers de conscrits qui n’étaient certainement pas près à vivre une jour une chose pareille.

 

1917

 

Une fois l’ordre de mission donné, nos deux héros vont partir pour une trépidante odyssée ponctuée de moment de tensions vraiment intenses mais aussi traversée par de véritables moments de grâce emprunt de poésie. Terrence Malick et sa Ligne Rouge peuvent aller de rhabiller devant le nouveau long métrage de Sam Mendes tant les images sont parfois subjuguantes de beauté. Ceux qui s’attendaient à un film de guerre aux grosses scènes de batailles risquent en revanche d’être déçu car ce n’est clairement pas le genre de film que Sam Mendes avait envie de faire comme ce fut le cas déjà avec Jarhead : La Fin De L’innocence. Les moments d’actions seront ici plutôt brefs mais toujours plein de suspense. Cela n’empêchera pas de faire de 1917 un film a grand spectacle qui marquera sans doute le genre.

1917 est porté à bout de bras par ses deux jeunes acteurs dont le nom ne dira pas forcement grand chose au grand public. Le Caporal Blake est incarné par Dean Charles Chapman principalement connu pour son rôle du Roi Tommen dans la série Game Of Thrones. Plus connu notamment grâce à son rôle dans Captain Fantastic, George Mackay joue le Corporal Schofield qui prendra plus d’ampleur à la suite d’un rebondissement totalement inattendu. Les acteurs les plus connus Colin Firth, Benedict Cumberbatch ou Mark Strong ne feront que très brèves apparitions dans le rôle de hauts gradés toujours très convaincants mais ce n’est clairement pas pour eux qu’il faut voir le film tant ils sont plus proches du caméo que du véritable second rôles.

 

1917

 

Bien parti pour être l’un des très grand film de cette année, 1917 marquera aussi certainement durablement le genre comme une très grande réussite. Un film de guerre vraiment pas comme les autres, spectaculaire et angoissant mais aussi très poétique par moment qui illustre la futilité de la guerre et le courage de tous ces soldats qui ont risqué leur vies pour la paix. Indispensable dans ces temps où certains semblent être prêts à déclencher une troisième guerre mondiale.

 

MON AVIS : 5/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Sam Mendes 
  • AVEC : George Mackay, Dean-Charles Chapman, Colin Firth, Benedict Cumberbatch, Mark Strong, Andrew Scott, Richard Madden, Claire Duburcq
  • SCÉNARISTES : Sam Mendes & Krysty Wilson-Cairns
  • COMPOSITEUR : Thomas Newman
  • GENRE : Guerre, Drame
  • DURÉE : 1h59
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Universal Pictures International France
  • SITE OFFICIEL : https://www.universalpictures.fr/micro/1917#iframe1
  • DATE DE SORTIE : 15 janvier 2020