ANNIHILATION de Alex Garland [Critique S.V.O.D]

 

Annihilation

 

Attendu un temps au cinéma, c’est finalement directement sur Netflix que l’on peut découvrir Annihilation, le nouveau long métrage d’Alex Garland qui nous plonge dans une science fiction obscure.

 

 

SYNOPSIS :  Sans nouvelles de son mari militaire disparu depuis un an, Lena va avoir la surprise de le voir revenir subitement à la maison. Mais souffrant d’une forte hémorragie interne, sa vie est en danger suite à sa dernière mission. En tant que biologiste, Lena va accepter de s’engager dans une mission à risque au coté d’une anthropologiste, d’une psychologue,d’ une géomètre et une linguiste  pour tenter de percer le mystère de cette zone sinistrée où de nombreuses expéditions ont déjà disparu et sauver son mari.

 

La Paramount est elle en danger ? Après s’être déjà fait voler The Cloverfield Paradox par Netflix en début d’année, le studio s’est vu privé de la distribution internationale de Annihilation, le nouveau film d’Alex Garland, peu de temps après voir pourtant annoncé sa sortie dans les salles de cinéma. Il s’agit en fait d’un soulagement pour la Paramount après l’échec commercial de Mother!, le dernier film de Darren Aronofsky, jugé trop compliqué par le grand public, car l’histoire aurait bien pu se répéter si Annihilation était sorti lui aussi en salles comme aux Etats Unis où il a été loin d’être un gros succès malgré des critiques plutôt favorables. Pour Alex Garland, c’est cependant une déception car il a vraiment conçu son film pour le grand écran et même si en sortant sur Netflix, ce long métrage aura certainement une plus forte audience qu’en salles, il risque de se traîner une sale réputation de Direct To Vidéo généralement peu glorieuse alors qu’il mérite vraiment d’être découvert.

 

Annihilation

 

Si Alex Garland est avant tout un romancier auteur de La Plage, 28 Jours Plus Tard et Solaris qu’il a adapté lui même pour le cinéma pour Danny Boyle, ce n’est pas lui qui a inventé l’histoire de Annihilation. Il s’agit cette fois ci d’une très libre adaptation du premier livre de la trilogie Rempart Sud écrite par Jeff VanderMeer paru en France en 2016. Nous sommes ici dans le registre d’une science fiction véritablement pointue dans la lignée de 2001, L’Odysée De L’Espace où plus récemment Interstellar ou Premier Contact. Des films qui apportent volontairement plus de questions que de réponses, histoire de permettre aux spectateurs de cogiter pour établir leurs propres théories. Même si le film compte plusieurs passages mouvementés et quelques scènes bien tendues, le rythme général est plutôt lent pour permettre aux spectateurs de guetter le moindre indice. L’avantage de sa diffusion directe sur Netflix, c’est que l’on pourra revenir sur des scènes précises ou revoir le film autant de fois que l’on veut pour tenter d’en percer tous les mystères.

Ce qui avait du séduire la Paramount est que sur le papier, Annihilation pouvait passer pour un film féministe dans l’ère du temps car il met en cinq femmes courageuses se lançant dans une expédition périlleuse. Nous sommes cependant bien loin du reboot de S.O.S Fantômes ou de Ocean 8 car nous ne sommes clairement pas ici pour rire. Annihilation parle avant d’auto-destruction : une a détruit son mariage en trompant son mari, une autre est détruite de l’intérieur par un cancer, une troisième se détruit avec des substances plus ou moins licites et une autre a tenté plusieurs fois de mettre fin à sa vie. Toutes au bord de la dépression, chacune d’entre elles a une raison valable pour s’engager dans cette mission suicide dont elles ont peu de chance de revenir.

 

Annihilation

 

Construit en chapitres marquant leur progression dans cette zone sinistrée, elle doivent faire la lumière sur les disparitions mystèrieuses causées par une étrange réflexion, une sorte de tsunami qui avance très lentement mais qui menace de bientôt de toucher des villes. Tout ce que cette vague touche semble être contaminé par une sorte de cancer qui fait muter tous les organismes vivants plantes comme animaux mais aussi les humains qui s’étaient aventuré auparavant dans cette zone en quête de réponse. Nous offrant souvent de très belles image, Alex Garland semble avoir cependant abusé du logiciel After Effect pour certains effets spéciaux digitaux pas franchement à la hauteur d’un grand film tel que Annihilation. Le travail  sur le son est en revanche exceptionnel avec une bande son originale qu’il faut vraiment écouter au minimum sur un système 5.1 pour profiter de l’incroyable effet de spatialisation.

Même si ce n ‘est pas la première fois, cela fait toujours bizarre de voir Natalie Portman dans un film sortant ailleurs qu’au cinéma. Elle délivre ici une nouvelle prestation impeccable aussi bien dans le coté dramatique que dans le coté un peu plus action. L’équipe qui l’accompagne est aussi prestigieuse puisqu’elle se compose de Jennifer Jason Leigh en psychologue chef d’équipe, la valeur montante Tessa Thompson vue en Valkyrie dans Thor : Ragnarok ici sur le corde sensible, Gina Rodriguez star de la série Jane The Virgin en guerrière et la moins internationalement connue Tuva Novotny vue dans A War. Déjà présent dans Ex-Machina, Oscar Isaac joue ici le mari de Natalie Portman que l’on verra principalement dans des scènes de  flashbacks.

 

Annihilation

 

On sentait déjà dans les difficultés de la Paramount à vendre le film que Annihilation ne serait pas un long métrage évident. Comme toutes véritables œuvres de science fiction, le nouveau film d’Alex Garland demandera une bonne dose de réflexion ne serait ce même pour savoir si on l’a aimé ou pas mais surtout pour tenter de comprendre cette histoire. Pas la peine cependant de complexer si vous n’y arrivez pas car c’est totalement  fait pour ! Libre à chacun d’imaginer sa propre interprétation de ce qu’il a vu en attendant éventuellement que Netflix donne le feu vert pour adapter la suite de cette trilogie pour avoir de vraies explications. Visuellement souvent spectaculaire et incroyable dans son mixage sonore, Annihilation était vraiment taillé pour le cinéma. On ne peut que regretter d’être privé de cette possibilité qui aurait donné au film sa vraie valeur.

 

MON AVIS : 3/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Alex Garland
  • AVEC : Natalie Portman, Oscar Isaac, Jennifer Jason Leigh, Tessa Thompson, Gina Rodriguez & Tuva Novotny
  • SCÉNARISTE : Alex Garland d’après le roman de Jeff VanderMeer
  • COMPOSITEUR : Geoff Barrow et Ben Salisbury
  • GENRE : Science Fiction
  • DURÉE : 1h55
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Netflix
  • SITE OFFICIELhttps://www.netflix.com/title/80206300
  • DATE DE SORTIE : 12 mars 2018