LA NUIT A DÉVORÉ LE MONDE de Dominique Rocher [Critique Ciné]

 

La Nuit A Dévoré Le Monde

 

On ne compte clairement pas beaucoup de films de zombies français, alors lorsque un film comme La Nuit A Dévoré Le Monde sort dans les salles on a forcement envie de le découvrir mais il aurait mieux fallu s’abstenir.

 

 

SYNOPSIS : Venu chercher des affaires un soir chez son ex, Sam va se retrouver coincé dans la fête qu’elle a organisée. S’étant isolée dans un bureau, il va se réveiller le lendemain en découvrant que l’appartement est plein de sang et qu’il semble être seul à l’intérieur. Il découvrira rapidement que tout le monde s’est transformé en morts vivants. S’enfermant dans cette immeuble, Sam va alors commencer une longue préparation pour survivre en espérant qu’il ne soit pas le seul humain encore en vie.

 

L’accueil reçu par le film Grave de Julia Ducournau dans le monde entier a visiblement ouvert une brèche dans la réticence des producteurs français envers le film de genre. On ne compte en effet pas le nombre de films français qui vont se frotter à l’exercice cette année. Mais dans ce genre d’exercice, pour un film réussi il y en a toujours des dizaines de ratés. La Nuit A Dévoré Le Monde est malheureusement à ranger du coté des ratages. Adaptation d’un roman de Martin Page paru en 2012, il s’agit du premier film de Dominique Rocher, révélé en 2011 avec son court métrage La Vitesse Du Passé mais dont l’inexpérience et le manque d’ambition transpirent dans chaque minute de ce long métrage comme si il s’agissait d’un film de fin de stage à la FEMIS.

 

La Nuit A Dévoré Le Monde

 

Il suffira de voir le premier mort vivant du film pour voir que La Nuit A Dévoré Le Monde va être un long calvaire tant le maquillage est raté. On remarquera ensuite la maladresse des décorateurs qui ont voulu barbouiller de sang chaque mur de l’appartement sans que cela paraisse crédible. Se dire qu’en plus que l’on va passer tout le film avec un personnage principal qui manque tellement de charisme que personne ne l’a remarqué lors de la soirée endiablée de la veille est la promesse que l’on va bien s’ennuyer. En plus d’être totalement insipide, on le trouvera rapidement complètement stupide dans ses actions. Allez savoir pourquoi la première chose qu’il décide de faire en découvrant l’épidémie zombie, c’est de laver le sol de l’appartement à l’éponge alors que ce n’est même pas chez lui ! Tout cela pour nous offrir la première frayeur du film ridicule lorsqu’il manque de se faire sauter la tête par le voisin du dessous qui s’est tiré une balle dans le crane alors qu’il frottait le sol.

Tout fan de films de morts vivant c’est déjà probablement demandé ce qu’il ferait si cela arrivait pour de vrai, ou aura le temps de le faire en regardant le film, tant son personnage principal passe son temps à faire les mauvais choix. On ne comptera pas en effet les incohérences du genre les vieux d’en dessous qui n’auraient que des miettes de pain à manger où le fait qu’il ne saute même pas sur le frigo pour profiter des produits encore frais. Le gars prend aussi le temps de clouer chez lui les clés de chaque appartement récupérées chez le concierge en indiquant leur étage plutôt que d’y aller à l’arrache. Bien décidé à ne pas sortir de l’immeuble, on le suivra enchaîner d’innombrables journées à faire de la musique avec n’importe quoi ou à faire son jogging dans l’appartement ou bien encore tromper sa solitude en discutant avec un mort vivant coincé dans l’ascenseur. Est ce la pauvreté du roman où le manque de moyen du film qui fait que jamais Sam n’aura l’envie de sortir de l’immeuble ? Après des mois enfermés, sa seule tentative de sortie sera pour attirer un chat, histoire de se trouver un peu de compagnie. Coté action et frisson, c’est vraiment très maigre. On sent aussi le montage approximatif en voyant un moment Sam avec la main bandé le temps d’une scène sans que l’on sache ce qui lui est arrivé.

 

La Nuit A Dévoré Le Monde

 

On sent clairement l’influence de 28 Jours Plus Tard dans l’histoire de cet homme qui se retrouve seul dans une grande ville avec le même genre de zombies enragés capables de courir. Ce qui n’est pas crédible ici, c’est que les alentours de l’immeuble sont déjà aussi sales que si plusieurs jours étaient passés dès le lendemain. En  plus d’être très mal maquillés, les zombies sont aussi très mal dirigés par Dominique Rocher. Alors qu’ils sont censé être enragés, ils restent planté sans bouger en dehors de spasmes durant des semaines comme dans Je Suis Une Légende. On peut aussi voir l’influence de L’Armée Des Ténèbres de Zack Snyder dans une séance de tir au paint-ball. En revanche pour les messages politiques que George A. Romero a toujours mis dans ses films, on repassera tant le long métrage ne cherche pas ici à critiquer notre société. Le sujet est ici l’isolement et les conséquences sur l’état mental plutôt dans le genre de Seul Au Monde de Robert Zemeckis.

La grande question que l’on se pose devant ce film c’est pourquoi Dominique Rocher a porté son choix sur l’acteur norvégien Anders Danielsen Lie plutôt qu’un acteur français ? En plus d’un manque de charisme, il faudra supporter son accent qui ne sert à rien dans cette histoire. On se demande si il n’y a pas une sorte d’intention cachée de la part du réalisateur puisque la seule autre rescapée est jouée par l’actrice Franco-Iranienne Golshifteh Farahani vue récemment dans Santa & Cie qui s’exprime aussi avec un fort accent et qu’on ne verra malheureusement que trop peu de temps. La seule bonne idée du film est d’avoir fait jouer le mort vivant de l’ascenseur par Denis Lavant seul zombie presque crédible même si sa dernière scène rend le film encore plus débile qu’il ne l’était auparavant.

 

La Nuit A Dévoré Le Monde

 

Comme on pouvait le craindre, La Nuit A Dévoré Le Monde n’est clairement pas un film pour les amateurs d’horreur. L’épidémie zombie n’est ici qu’un prétexte pour une histoire d’isolement que trop rarement effrayante. C’est à se demander pourquoi piéger ainsi un public qui ne trouvera clairement pas la dose de frisson qu’il était venu chercher et prendre le risque au final de faire fuir les spectateurs amateurs de ce genre d’histoire qui pourront être rebutés à l’idée de voir des morts vivants. Parce qu’il ne soutient même pas la comparaison avec le pire film du genre sorti directement en DVD, le film de Dominique Rocher est une véritable honte qui risque de nuire encore plus aux films de genre français.

 

MON AVIS : 0/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Dominique Rocher
  • AVEC : Anders Danielsen Lie, Golshifteh Farahani, Denis Lavant, Sigrid Bouaziz et David Kammenos
  • SCÉNARISTES : Guillaume Lemans, Jérémie Guez et Dominique Rocher d’après l’oeuvre de Martin Page
  • COMPOSITEUR : David Gubitsch
  • GENRE : Drame
  • DURÉE : 1h34
  • NATIONALITÉ : Français
  • DISTRIBUTEUR : Haut et Court
  • SITE OFFICIELhttp://www.hautetcourt.com/film/fiche/287/la-nuit-a-devore-le-monde
  • DATE DE SORTIE : 7 mars 2018