BURNING de Lee Chang-Dong [Critique Ciné]

 

Burning

 

Lauréat du prix de la critique internationale  à l’unanimité lors de la dernière édition du Festival De Cannes, Burning le nouveau film de Lee Chang-Dong entre Drame et Thriller arrive maintenant dans les salles obscures françaises.

 

 

SYNOPSIS : Lors d’une livraison, Lee Jong-su retrouve par hasard Hae-mi, une ancienne voisine de son enfance. Désormais très belle, il ne tardera pas à se laisser séduire mais la jeune femme lui annonce qu’elle va partir en Afrique pour un moment. À son retour, elle lui présentera Ben, un jeune homme riche et mystérieux qu’elle a rencontré là bas. Une sorte de triangle amoureux va se créer entre eux jusqu’au jour où  Hae-mi va subitement disparaître sans laisser de traces juste après que Ben révèle son curieux secret à Jong-su.

 

Beaucoup de festivaliers auraient bien décerné la Palme d’Or cette année à Cannes à Burning mais c’est Une Affaire De Famille, le nouveau Kore-eda qui a finalement reçu la faveur du jury présidé par Cate Blanchett. Si il faudra encore attendre le mois de décembre pour voir la Palme d’Or, c’est dès ce mercredi 29 août 2018 que l’on peut découvrir le nouveau film de Lee Chang-Dong, huit ans après Poetry. Avec cette adaptation du roman Les Granges Brûlées, le réalisateur se frotte pour la première fois au thriller d’une manière vraiment originale qui méritait bien le Prix de la Critique Internationale qu’il a finalement obtenu.

 

Burning

 

Comme la plupart des films coréens, Burning prend tout son temps pour dérouler son histoire. Il est clair qu’il ne faut pas s’attendre tout de suite à découvrir un thriller intense car le film commence plutôt comme une comédie dramatique. On suivra principalement le jeune Lee Jong-su qui aimerait devenir écrivain après ses études littéraires mais qui manque d’inspiration pour son premier livre. En attendant il se laisse porter par la vie sans visiblement savoir bien ce qu’il veut. Même le retour dans sa vie de son ancienne voisine d’enfance la jolie Hae-mi ne semble rien vouloir changer même si elle s’offre à lui. Si les relations entre les hommes et les femmes sont toujours complexes, avec les asiatiques cela semble l’être encore plus. Même si Hae-Mi n’est pas du genre timide, Lee Jong-su n’est lui pas du genre très bavard et à plutôt du mal à avouer ses sentiments.

Les choses vont encore plus se compliquer pour lui dans la seconde partie, lorsque Hae-Mi de retour d’Afrique débarque avec Ben. Notre pauvre Lee Jong-su déjà bien handicapé socialement va alors devoir faire face à ce rival dans une sorte de triangle amoureux où il pense ne pas faire le poids.  Il restera alors bien souvent muet devant la jeune fille ou incapable de sortir autres choses que des banalités, devenant parfois exaspérant à ne pas savoir simplement avouer ses sentiments. On se demande bien aussi à quoi joue Hae-mi et de qui elle est vraiment la plus proche en étant toujours fourré avec Ben mais en ayant aussi envie de voir Jong-su tout le temps. Nul doute que cette situation  parlera à beaucoup de spectateurs qui aimeraient encourager Lee Jong-su à se battre pour elle.

 

Burning

 

Les choses sérieuses commencent enfin au bout de plus d’une heure et demi lorsque Hae-mi va malheureusement disparaître. Burning devient alors vraiment le thriller que l’on attendait et le titre du film va alors prendre tout son sens. L’ambiance se fait plus tendue alors que Jong-su qui soupçonne Ben d’être responsable de cette disparition, va commencer à jouer les détectives et à le prendre en filature. Impossible de ne pas se faire de soucis pour la jeune femme qu’on espère retrouver vivante tellement son charme ne nous a pas laissé nous aussi insensible. Souvent dans le film, elle s’inquiétait de disparaître ainsi et de mourir de manière horrible comme si elle était capable de prévoir son avenir.

Yoo Ah-In a beau avoir déjà une longue filmographie, il reste encore très peu connu par chez nous en dehors peut être des plus gros fans de films coréen. Il se montre particulièrement convaincant dans ce rôle de garçon handicapé social qu’on aimerait secouer pour le faire réagir. Pour Jeon Jong-seo qui tient ici son premier rôle au cinéma c’est une véritable révélation, en plus d’être jolie et de ne pas être avare de ses charmes, elle se montre pleine de grâce dans des scènes de pantomime et de danse qui nous feront craquer pour elle. Steven Yeun que l’on connait surtout pour son rôle dans la série The Walking Dead étonne vraiment dans ce rôle radicalement différent d »une sorte de « Gatsby » coréen qu’on aura un malin plaisir à détester et qui nous fera frémir par son coté inquiétant. L’acteur a visiblement de beaux jours devant lui si il persiste dans cette voie.

 

Burning

 

C’est un film presque inclassable que nous propose de découvrir le réalisateur Lee Chang-Dong avec Burning. Loin du thriller conventionnel, le film commence comme une tranche de vie qui résonnera probablement chez beaucoup de spectateurs qui auront vécu un peu la même situation. Alors qu’on aimerait pousser le héros à agir dans le bon sens, on sera surpris par la tournure que prend le film dans sa dernière partie qui nous tiendra en haleine jusqu’à son dénouement. Formidablement réalisé, le long métrage mériterait d’être décortiqué dans les écoles de cinéma tant il semble être truffé d’images remplies de symboliques. Et que dire de ce formidable trio d’acteurs que l’on a hâte de retrouver dans leur prochains films respectifs.

 

MON AVIS : 4/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Buh-Ning
  • RÉALISATEUR : Lee Chang-Dong
  • AVEC : Yoo Ah-In, Jeon Jong-seo et Steven Yeun
  • SCÉNARISTES : Lee Chang-Dong & Oh Jung-mi d’après l’oeuvre de Haruki Murakami
  • GENRE : Drame, Thriller
  • DURÉE : 2h28
  • NATIONALITÉ : Sud-Coréen
  • DISTRIBUTEUR : Diaphana Distribution
  • SITE OFFICIELhttps://www.burning-movie.com/
  • DATE DE SORTIE : 29 août 2018