Chronique Concert : GUNS N’ ROSES Paris Bercy 20 juin 2006

http://pix.nofrag.com/9e/65/4a18fd0a60c784cf5f79c9e8efa9.gif

 

BULLET FOR MY VALENTINE

19h30, Bullet For My Valentine investi la scène de  Bercy avec un light show minimal et sans décors de scène. Pas trés grave pour un groupe dont les musiciens restent la plupart du temps statiques derrière leurs pieds  de micros malgrés une musique énergique. Le groupe enchainera ses titres phares sans réussir à convaincre et à chauffer un public amorphe.

 

 

AVENGED SEVENFOLD

Puis c’est le tour d’Avenged Sevenfold qui nous honorait de leur premier concert parisien en huit ans d’existences. Contrairement à Bullet For My Valentine, le groupe est venu avec un petit décor de scène et à le droit à un light show un peu plus developpé. Musicalement on reste dans le même style que le précédentgroupe, sorte de heavy speed coupé à la flotte où l’on ressent ici les influences flagrantes de Pantera. D’ailleurs au moment ou la somnolence commence à se faire sentir le groupe entammera une reprise de Walk de Pantera joué de façon trés convaincante. Aprés cette reprise, les musiciens n’hésiteront pas à enchainer sur un plagiat éhonté du même groupe à faire retourner Dimebag dans sa tombe. Dans leur vantardise le groupe nous gratifiera d’un solo de guitares pas exceptionnel avant un dernier titre.

 

GUNS N ROSES

S’en suit une interminable attente de plus d’1h30 où l’on se demande si Axl montera bien sur scène ce soir où si il se livrera à l’un de ses caprices légendaires. L’occasion de scruter le public pour se rendre compte que Bercy est loin d’être complet et que les métalleux sont en minorité ce soir.

22h40, La lumière s’éteind enfin dans la salle et une musique d’intro bien angoissante commence tandis que des poursuites balaient le public. Le concert démarrera par un Welcome To The Jungle surpuissant qui confirme le retour très en forme d’un Axl Rose tout en voix et qui n’a rien perdu de ses déhanchements et ses courses effreinées d’un bout à l’autre de la scène. Le groupe enchainera trois autres titres avant que le leader prenne la parole pour nous dire que sa journée n’avait été qu’une succession d’emmerdements jusqu’au début du concert. Il faut dire que le groupe avait dû répéter en urgence avec un nouveau batteur car Brain risquait de s’envoler rejoindre sa femme sur le point d’accoucher, chose qui fera dès le lendemain causant l’annulation du concert de Zurich.

Ce début de concert vraiment magique, où le groupe enchaine tubes sur tubes, subit malheureusement un gros coup de mou avec une version de Knockin’ On Heaven’s Door dans un nouveau arrangement reggae bien moins réussi qu’à la période ou elle a été immortalisé au Freddy Mercury Tribute. S’en suit une succession de solos tout aussi chiants l’un que l’autre pour meubler les différents changements de chemises du chanteur et l’arrivée d’un piano sur le devant de la scène. On aura le droit à un solo de chacun des trois guitaristes avec une version instrumentale ratée de Don’t Cry et Beautiful de Christina Aguilera par les deux autres guitaristes. Quand à Dizzy Reed, il nous jouera en intégralité une reprise instrumentale du Ziggy Stardust de David Bowie. C’est finalement Axl qui se fera siffler copieusement pour son impro salsa avant une version magistrale de November Rain.

Le groupe se ressaisit enfin en reprenant les classiques et avec l’arrivée sur scène en guest star de l’ancien Gunner Izzy Stradlin pour quatres titres dont Paradise City qui servira de final au concert mais dont la fin est presque inaudible dû à la présence de quatres guitaristes sur scène.

Lors du concert, le groupe a interprété six extraits du futur nouvel album, le très attendu Chinese Democracy qui dénotaient un peu parmis les classiques de Guns N Roses par leur calme et l’utilisation de samples et d’éléments électro.

A 1h15 le concert s’achève laissant les 12 000 spectateurs de Bercy devant les grilles du métro avec le sentiment d’avoir assisté un concert en demi teinte dont on se souviendra tout de même avant tout des morceaux mythiques, de la présence d’Axl et d’un light show et un décor d’inspiration chinoise accompagné d’effets pyrotechnique impressionnant.

SETLIST :

  • 01. Welcome To The Jungle
  • 02. It’s So Easy
  • 03. Mr Brownstone
  • 04. Live And Let Die
  • 05. Robin Flick Solo
  • 06. Sweet Child O’ Mine
  • 07. Madagascar
  • 08. You Could Be Mine
  • 09. Knockin’ On Heaven’s Door
  • 10. Jam / Dizzy Reed Solo (Ziggy Stardut)
  • 11. The Blues
  • 12. Richard & Robin Solo (Beatiful)
  • 13. Out Ta Get Me
  • 14. Ron Solo (Don’t Cry)
  • 15. Better
  • 16. November Rain
  • 17. IRS
  • 18. My Michelle
  • 19. I Used To Love Her
  • 20. Patience
  • 21. Nightrain
  • 22. Chinese Democracy
  • 23. Robin Flick Solo
  • 24. Paradise City 

  • Mon article d’hier va dans la même direction que toi en un petit plus positif ! Biz.

  • J’ai ajouté un lien vers ton article sur le mien 😉