Critique Ciné : STARBUCK de Ken Scott

critiquecin-.jpg

 

http://img706.imageshack.us/img706/5945/n3691327635391546.jpg

 

 

 

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1342564133.jpg

 

FICHE TECHNIQUE :

 – REALISATEUR : Ken Scott

 – AVEC : Patrick Huard, Julie Le Breton & Antoine Breton

 – GENRE : Comédie

 – DUREE : 1h49

 – SITE OFFICIEL : http://www.starbuck-lefilm.com/

 – FICHE ALLOCINE : http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=182935.html

 – DATE DE SORTIE : 27 juin 2012

 

 

BANDE ANNONCE :

 

 

SYNOPSIS : Afin d’arrondir son argent de poche, David allait régulièrement faire des dons à la banque du sperme. Quelle
surprise d’apprendre plusieurs dizaine d’années après qu’il est le père de 533 enfants dont une bonne partie souhaite le retrouver.

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1342564386.jpg

 

CRITIQUE : Rares sont les comédies canadiennes à sortir dans notre pays. Il fallait un scénario bien original pour que cela se produise et de
ce coté là on est servi avec Starbuck. Conte improbable et drolatique sur un sympathique looser dont la seule réussite est de produire un sperme d’excellente qualité.

L’histoire de Starbuck part d’un fait réel trouvé dans les journaux par le réalisateur. Le film n’est en aucun cas l’adaptation de ce fait divers qui a uniquement servi de point
de départ. Cependant on est tellement rapidement pris par cette histoire farfelue qu’on fini par y croire totalement et presque voir un documentaire plein d’humour. Starbuck, le
surnom donné au procréateur anonyme s’inspire d’un célèbre taureau lui même très productif. Désolé pour ceux qui pensait voir un film sur une chaîne bien connue de cafés.

Avant d’apprendre qu’il est le géniteur de 533 enfants, David Solznic etait plutôt du genre je m’en foutiste. Impossible en effet de faire confiance à cet homme qui fuit les
responsabilités et pense souvent bien qu’à lui. Il apprend cette nouvelle alors que sa copine lui annonce qu’elle est aussi enceinte de lui mais qu’elle ne veut pas élever son enfant avec lui.
Pour montrer qu’il est capable de s’occuper d’un enfant, David va prendre sous son aile quelques uns des enfants qu’il a permi de faire naitre. Sans leur dire son identité, il va
les aider et les côtoyer au quotidien.

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1342564438.jpg

 

Sans être une franche comédie, le film garde continuellement un ton léger, Malgré ses indéniables défauts le personnage de David est immédiatement attachant. C’est
Patrick Huard qui lui prête corps, l’acteur Quebecois est un grand inconnu en France comme tout le reste du casting. Le duo qu’il forme avec son ami avocat (Antoine
Bertrand
) donne lieu aux scènes les plus drôles du film. Sa copine est interprétée par Julie Le Breton avec qui l’acteur avait déja partagé l’affiche de leur précédent
film Cadavres inédit en France.

Le réalisateur de Starbuck n’est pas plus connu que ses acteurs, Ken Scott est en effet à son second long métrage et le premier n’est jamais sorti chez
nous.  En plus de la réalisation c’est aussi à lui que l’on doit le scénario de cette histoire originale. Il réussit a composer une histoire sachant mêler humour et bon sentiment sans jamais
tombé dans le pathos. On est bien curieux de voir ce que pourra donner le réalisateur par la suite.

Après C.R.A..Z.Y. il y a sept ans, Starbuck est un nouvel exemple de film quebecois réussi. Le scénario et l’interprétation des acteurs font de cette histoire
une belle fable qui donne du baume au coeur. L’accent quebecois nous fait voyager et ajoute une dose d’humour supplémentaire pour les français que nous sommes.

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1342564534.jpg

 

  MON AVIS :  3/5