DEUX MOI de Cédric Klapisch [Critique Ciné]

 

Deux Moi

 

Sorti des vignes de Ce Qui Nous Lie, le réalisateur Cédric Klapisch emmène François Civil et Ana Girardot a Paris pour la fausse comédie romantique Deux Moi.

 

 

SYNOPSIS : Souffrant tous les deux de la solitude des grandes villes, Rémy et Mélanie deux trentenaires parisiens vivent dans deux immeubles mitoyens sans jamais s’être prêté attention alors qu’ils se croisent quotidiennement. Tentant de retrouver confiance en eux en consultant chacun un psy, il suffirait cependant d’un regard pour qu’ils tombent amoureux l’un de l’autre.

 

Depuis ses débuts, Cédric Klapisch s’est toujours montré un fin observateur de la nature humaine avec ses films Le Péril Jeune, Chacun Cherche Son Chat et surtout la Trilogie de L’auberge Espagnole. Avec Deux Moi, il met a jour ses interrogations en s’inquiétant de la dégradation actuelle des rapports humains contradictoirement provoqués par ce qu’on appelle pourtant réseaux sociaux. Aujourd’hui tout le monde a la tête baissée et les yeux rivés sur son téléphone préférant les rapports virtuels aux véritables rencontres. Mais là où il avait toujours réussi a bien retranscrire les maux de notre société dans ses meilleurs films, cette nouvelle époque ne semble plus lui donner de réelle inspiration…

 

Deux Moi

 

Loin de la campagne de Ce Qui Nous Lie, Deux Moi nous replonge dans la grisaille parisienne avec un générique particulièrement oppressant principalement composé d’images de métros bondés et de bousculades dans les halls du RER . Un point de départ a vous coller le cafard pour un film qui n’a rien a voir avec le feel good movie ou la comédie romantique que l’on pouvait espérer.

Cédric Klapisch renoue ici avec François Civil et Ana Giradot pour en faire les deux héros de Deux Moi dont on suivra en parallèle leur vie quotidienne bien distinctes. Lui a échappé de peu au chômage après l’automatisation de l’entrepôt ou il travaillait, elle est une chercheuse stressée par la préparation d’une présentation sur ses progrès dans la lutte contre le cancer. Ils habitent le même quartier, prennent les mêmes métros, fréquentent les mêmes boutiques mais sans jamais se prêter attention l’un a l’autre. Deux vies qui donneront rapidement une impression de déjà vu a tous ceux qui mène une vie solitaire à Paris ou dans n’importe quelle grande ville.

 

Deux Moi

 

On s’ennuiera donc ferme devant cette succession de scènes sans grand intérêt et trop rarement amusantes faites de rencontres Tinder foireuses pour elle ou d’une évolution de carrière improbable pour lui en attendant qu’ils se rencontrent enfin pour de bon. On a l’impression que le long métrage a été écrit jour après jour sur le tournage rajoutant ici et là des rebondissement sans queue ni tête genre « tiens si Mélanie faisait une malaise » ou bien « tiens si on disait que Rémy était traumatisé par la mort de sa petite sœur ». Le film s’attarde aussi longuement sur leur rendez vous chez le psy comme un passage obligatoire pour tout le parisiens un brin dépressif. Cédric Klapisch y confronte deux façons d’exercer le métier tout en montrant bien la futilités de ces rendez vous tant il suffirait qu’il fassent eux-même le point sur leur vie pour évoluer.

Cédric Klapisch semble vouloir faire de François Civil son nouvel acteur fétiche à la place de Romain Duris mais n’en déplaise a la gent féminine en émoi devant lui, il n’a clairement pas le même charisme et ni le même talent pour porter cette histoire. On préférera clairement la fraîcheur d’Ana Girardot dans ce rôle sensible ou elle est toute en fragilité. François Berléand incarne le psychothérapeute désabusé de Rémy qui apportera un peu d’humour a l’histoire et Camille Cottin la psy de Mélanie plus impliquée et chaleureuse dans la relation avec ses patients. On y croisera aussi dans de petits rôles quelques acteurs fétiches du réalisateur comme Zinedine Soualem en pharmacien et  Renée Le Calm en clin d’œil à Chacun Cherche Son Chat.

 

Deux Moi

 

Deux Moi confirme le manque d’inspiration de Cédric Klapish après le décevant Ce Qui nous lie. Lui qui arrivait si bien auparavant à raconter de belles chroniques de vie qui reflétaient bien l’ère du temps semble maintenant dépassé par les changements de notre époque où toutes les relations semblent maintenant se dégrader. Dommage pour François Civil et Ana Girardot qui font ce qu’ils peuvent pour porter cette histoire peu inspirée.

 

MON AVIS : 1/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Cédric Klapisch
  • AVEC : Ana Girardot, François Civil, François Berléand, Camille Cottin, Rebecca Marder & Eye Haïdara
  • SCÉNARISTES : Cédric Klapisch & Santiagao Amigorena
  • COMPOSITEUR : Loïk Dury & Christophe Minck
  • GENRE : Comédie Dramatique
  • DURÉE : 1h50
  • NATIONALITÉ : Français
  • DISTRIBUTEUR : Studio Canal
  • DATE DE SORTIE : 11 septembre 2019