EIFFEL de Martin Bourboulon [Critique Ciné]

EIFFEL de Martin Bourboulon [Critique Ciné]

Eiffel mélange biopic et romance fictionnelle pour nous raconter la création de la Tour Eiffel.

Aussi incroyable que cela puisse paraître Gustave Eiffel n’avait jamais eu le droit à un biopic. Là où le cinéma américain ou anglais n’hésite jamais a rendre hommage aux hommes et aux femmes qui ont fait leur histoire, la France semble avoir abandonné depuis longtemps ce genre de films. C’est grâce à la scénariste Caroline Bongrand qui traine ce projet depuis plus de dix ans que le créateur de la Tour Eiffel voit enfin une partie de sa vie retracée dans un long métrage.

Confié au réalisateur Martin Bourboulon, à qui l’on doit la comédie Papa Ou Maman et sa suite, Eiffel renoue avec le cinéma français épique et ambitieux qui se fait de plus en plus rare sur nos écrans. Il fallait bien cela pour un film qui est  assuré à l’avance de faire le tour du monde par son sujet. Il ne faudra cependant pas y chercher une réalité historique car ce long métrage a été imaginé avant tout comme une grande histoire d’amour impossible à la manière du Titanic de James Cameron.

On dit souvent que la Tour Eiffel a la forme d’un « A ». Dans le film, cela serait pour Adrienne le prénom d’une jeune femme avec qui Gustave Eiffel espérait se marier lors de ses années passées à Bordeaux il y a vingt ans avant que les parents de celle-ci ne s’opposent à cette union. Si en réalité, leurs chemins ne se seraient jamais recroisés par la suite, la scénariste d’Eiffel fait de leurs retrouvailles fictives l’origine de la création de la Tour. C’est par défi envers la jeune femme qu’il ne pensait ne jamais revoir et qui est aujourd’hui marié que l’ingénieur se serait lancé dans cet ambitieux projet auquel il était pourtant totalement récalcitrant au départ.

C’est avec un certain émerveillement que nous suivrons le véritable challenge d’ingénierie et d’architecture de la construction de la tour. L’enthousiasme et la passion du tourbillonnant Gustave Eiffel pour ce projet nous emportera complètement. La découverte des formidables inventions qu’il a fallu imaginer pour arriver à ce que la Tour Eiffel voit le jour nous offre un nouveau regard sur ce monument. Que ce soit ceux pour rendre la tour parfaitement stable et à l’abris de tous les risques météorologiques ou bien ceux qui ont permis de joindre les quatre pieds de la tour pour monter le premier étage.

Si nous aimerions en voir encore plus sur la conception de la Tour Eiffel, ce n’est pas ce qui semble intéresser le plus le réalisateur. La passion obnubilante de Gustave Eiffel pour la belle Adrienne est vraiment le cœur du long métrage. Nous n’apprendrons rien d’autre sur la vie de l’ingénieur qui a eu pourtant cinq enfants avec une autre femme qui est évoquée lors d’une scène mais que nous ne verrons jamais. Les nombreuses scènes de flashbacks seront uniquement consacrées à la rencontre vingt ans plus tôt entre Gustave et Adrienne laissant planer le suspense tout le long du film sur les raisons de leur séparation.

La réussite d’Eiffel repose beaucoup sur son casting impeccable. Romain Duris semble être vraiment l’acteur idéal pour incarner toute la vivacité et l’audace de Gustave Eiffel. L’idée la plus brillante est cependant d’avoir choisi l’actrice Emma Mackey pour incarner Adrienne. La comédienne qui avait déjà fait chavirer notre cœur dans la série Sex Education fait un début au cinéma remarquable par son charme et son talent. A l’aide d’un maquillage habile, ils ont pu jouer leur personnage jeune et avec vingt ans de plus et cela marche vraiment bien.

Paris ayant la réputation d’être l’une des villes les plus romantique au monde, quoi de plus normal de raconter la création de son monument le plus emblématique à l’intérieur d’une histoire d’amour ? Tous les ingrédients sont réunis pour faire d’Eiffel un immense succès dans le monde entier qui sera parfaitement mérité tant le long métrage est une véritable réussite qui renoue avec un genre trop délaissé ces dernières années. Les prestations impeccables de Romain Duris et Emma Mackey y sont pour beaucoup dans cette réussite. Nul doute qu’il devrait compter de nombreuses nominations lors de la prochaine cérémonie des César.

MON AVIS :
4/5

A Lire Aussi

Encanto La Fantastique Famille Madrigal

ENCANTO, LA FANTASTIQUE FAMILLE MADRIGAL de Byron Howard, Jared Bush & Charise Castro Smith [Critique Ciné]

Disney nous entraine en Colombie pour son soixantième film d’animation Encanto, La Fantastique Famille Madrigal.

Cry Macho

CRY MACHO de Clint Eastwood [Critique Ciné]

Clint Eastwood joue la carte de la nostalgie avec son nouveau film Cry Macho.

Aline de Valérie Lemercier

ALINE de Valérie Lemercier [Critique Ciné]

Valérie Lemercier retrace a sa façon l’histoire d’amour entre Céline Dion et son manager dans son nouveau film Aline.

Barbaque de Fabrice Eboué

BARBAQUE de Fabrice Éboué [Critique Ciné]

Fabrice Éboué s’attaque avec humour aux Vegans dans sa nouvelle comédie sanglante Barbaque.

Les Eternels

LES ÉTERNELS de Chloé Zao [Critique Ciné]

L’oscarisé Chloé Zao prend le contrôle de Les Eternels, le nouveau film du Marvel’s Cinematic Universe au cinéma ce mercredi.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.