GOLDEN GLOVE de Fatih Akin [Critique Ciné]

 

 

Changement de style pour le réalisateur Fatih Akin qui passe du « revenge movie » In The Fade au thriller gore avec Golden Glove basé sur la vie du sinistre tueur en série Fritz Honka.

 

INTERDIT AUX MOINS DE 16 ANS

 

SYNOPSIS : Porté sur la bouteille, Fritz Honka passe le plus clair de son temps dans le bar Der Goldene Handschuch à Hambourg. Avec son nez cassé et son visage atroce même les prostitués qui fréquentent aussi assidûment que lui ce bar ne veulent pas des verres qu’il est prêt à leur offrir. Comment leur donner tort alors que celles qui vont accepter de venir passer la soirée chez lui, n’en reviennent que très rarement…

 

Les histoires de faits divers morbides fascinent en général beaucoup de spectateurs, il suffit de voir le nombre d’émissions sur le sujet qui pullulent à la télévision. Tous ces fanatiques des histoires de tueurs en séries ont certainement déjà entendu parler de Fritz Honka qui défrayât la chronique en Allemagne dans les années 70. Alors qu’une pièce de théâtre se joue déjà en Allemagne sur le sujet, le réalisateur Fatih Akin s’est emparé des droits du bestseller Der Goldene Handschuh  de Heinz Struck pour raconter sa propre version de l’histoire. Âmes sensibles s’abstenir !

 

Golden Glove

 

Fatih Akin frappe fort dès les première minutes du film en filmant Fritz Honka en train de tenter de se débarrasser du corps de sa première victime en 1970. En le voyant descendre de sa mansarde, ce tueur en série ressemble à une sorte de Quasimodo tellement il est laid : nez cassé, les yeux de travers grossis par ses lunettes et prêtant aucun soin à sa tenue ni à son apparence. Craignant d’être rapidement appréhendé après ce premier crime, Honka resta tranquille pendant quatre ans mais en 1974, son alcoolisme le poussa à commettre d’autres meurtres. C’est sur ces quelques mois que s’attarde Golden Glove.

Il ne faut pas vraiment s’attendre à un véritable thriller avec ce film. Fetih Akin a visiblement plus envie de montrer l’aspect dramatique de la vie de Fritz Honka et des habitués du bar Der Goldene Handschuh. Un festival de tronches improbables qui souligne la misère des habitants de ce quartier d’Hambourg. On ne sait pas si l’on peut vraiment en rire car on aura plus souvent de la peine pour eux. On pourrait aussi presque compatir pour ce serial killer déconsidéré de tous qui noie sa solitude dans le schnap. Tellement bourré nuit et jour qu’il titube tout le temps et ne peux même plus assurer au lit lorsqu’une prostituée vient chez lui au point de devoir les pénétrer avec tout ce qui lui passe par la main de la cuillère en bois à la saucisse.

 

Golden Glove

 

Forcement on reste intrigué un moment par cette histoire, curieux de savoir de quelles genres d’atrocités, ce Fritz  Honka est capable. Mais le réalisateur ne fera jamais monté la tension. Il éliminera même de l’histoire les fois où le tueur avait été confronté à la police suite à la fuite d’une prostituée ou au dépôt de plainte à cause des odeurs des victimes cachées dans la mansarde. Les spectateurs qui ne sont pas habitués aux films d’horreur risquent bien d’avoir du mal à supporter la violence des meurtres mais si vous vous attendiez à un film bien glauque à la Human Centipede 2, nous en sommes bien loin. On ne comprendra pas trop pourquoi le réalisateur a rajouté des personnages secondaires à l’intrigue comme ce jeune lycéen fasciné par le bar ou cette jeune femme qui nourrit les fantasmes du tueur dont l’histoire reste sans conclusion.

Il faut absolument saluer l’incroyable prestation de Jonas Dassler vu auparavant dans La Révolution Silencieuse. L’acteur de 23 ans qui est plutôt beau gosse au naturel s’est littéralement métamorphosé pour jouer ce Fritz Honka encore plus laid que le vrai. Forcement le maquillage aide bien pour jouer cet être détraqué mais son travail sur la gestuelle, les grimaces et les attitudes le rendent vraiment effrayant et dégoûtant mais aussi parfois vraiment touchant. L’ensemble de la distribution s’est vraiment surpassée pour incarner tous ses êtres malheureux qui peuplent le bar. C’est dans cette distribution que repose réellement tout l’intérêt du film.

 

Golden Glove

 

Une fois plus le réalisateur Fatih Akin ne tient pas plus ses promesses avec Golden Glove qu’avec In The Fade. Là où on s’attendait un revenge movie a la Park Chan Wook nous avions déjà été bien déçu. C’est encore le cas avec ce nouveau film qui ressemblait fort à un film d’horreur mais qui prend bien trop son temps sans faire monter aucune tension pour pouvoir se prétendre être le thriller horrifique que l’on pensait voir. Reste la prestation irréprochable du jeune Jonas Dassler qui mériterait sincèrement d’être récompensé.

 

MON AVIS : 3/5

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Der Goldene Handschuh
  • RÉALISATEUR : Fatih Akin
  • AVEC : Jonas Dassler, Magarete Tiesel, Hark Bohm, Tristan Göbel et Greta Sophie Schmidt
  • SCÉNARIO : Fatih Akin d’après l’oeuvre de Heinz Strunk
  • COMPOSITEUR : FM Einheit
  • GENRE : Drame, Thriller
  • DURÉE : 1h50
  • NATIONALITÉ : Allemand
  • SITE OFFICIELhttp://www.goldener-handschuh.de/
  • DATE DE SORTIE : 26 juin 2019