GOODBYE de Atsuko Ishizuka [Critique Ciné]

GOODBYE de Atsuko Ishizuka [Critique Ciné]

Goodbye de Atsuko Ishizuka - Copyright Eurozoom

Attendu depuis un an le film d’animation japonais Goodbye est enfin sorti ce mercredi.

Cela faisait déjà un moment que nous avons vu passer les affiches et bandes annonces du dessin animé japonais Goodbye sur les réseaux sociaux. Il aura fallu attendre près d’un an pour enfin pouvoir découvrir cette nouvelle production du cultissime studio Mad House sorti sur les écrans japonais en février 2022. C’est encore grâce au distributeur français Eurozzom que nous pouvons a notre tour profiter d’une sortie sur grand écran de ce très joli film de la réalisatrice Atsuko Ishizuka depuis ce mercredi 18 janvier 2023,mais dépêchez-vous car il pourrait tres vite disparaître.

Goodbye raconte l’histoire des DonGlees, le surnom que ce sont donnés les deux collégiens Roma et Toto traités en marginal pat leur camarades. Un an après leur séparation lorsque Toto est parti au lycée à Tokyo, ils se retrouvent pour passer l’été ensemble. Souhaitant tirer leur propre feu d’artifice, ils se retrouveront accusé a tort d’être la cause d’un feu de foret. Avec Drop, le nouveau membre de la bande, ils vont partir à la recherche de leur drone parti au loin en espérant ramener les preuves de leur innocence.

Goodbye de Atsuko Ishizuka - Copyright Eurozoom

Goodbye est une histoire originale imaginée par la réalisatrice Atsuko Ishizuka qui avait fait ses debuts de realisatrice sur la serie Nana et à qui l’on doit aussi le film No Game No Life : Zero. Pour ce premier scenario, elle imagine une sorte de road trip initiatique et une histoire d’amitié de trois garçons qui arrive a l’âge charnière ou l’on quitte l’innocence de l’enfance pour devenir de jeunes adultes qui ouvrent les yeux sur la réalité du monde.

Il ne faudra pas s’attendre a une grande histoire trépidante en allant voir Goodbye. Si le film comporte bien quelques scènes mouvementées, nous ne saurons pas tout de suite ce que cherche à nous raconter Goodbye. Tout le film repose sur de grandes scènes de dialogues revenant sur le passé des deux héros qui semble être marqué de regrets. La recherche du drone ne sera qu’une sorte de grande scène d’introduction pour le tout dernier court chapitre de l’histoire qui entraînera les deux amis jusqu’en Islande.

Goodbye de Atsuko Ishizuka - Copyright Eurozoom

Bien que très joli, Goodbye n’arrivera pas à nous émerveiller autant qu’un film du Studio Ghibli ou de Makoto Shinkai, le réalisateur de Your Name. Le studio Mad House aurait pourtant clairement les capacités de nous offrir un spectacle du même niveau. Cela provient peut être du manque d’expérience de la réalisatrice Atsuko Ishizuka qui semble s’être plus focalisé sur ses dialogues que sur leur mise en images.

Nous ne pourrons que nous sentir frustré de constater que la réalisatrice et scénariste n’a même pas réussi à vraiment nous raconter toute l’histoire qu’elle a imaginée. En marge de l’histoire d’amitié des deux garçons, il y a aussi un début de romance raconté à coup de flashbacks dont nous ne verrons pas vraiment le rapport avec l’intrigue principal. Il est d’autant plus frustrant que ce sera aux spectateurs de s’imaginer le dénouement de cette sous intrigue a moins qu’une suite  ne voit le jour mais cela semble assez improbable.

Goodbye de Atsuko Ishizuka - Copyright Eurozoom

Histoire d’amitié avec une petite touche de fantastique, Goodbye n’est malheureusement pas aussi enchanteur que nous pouvions l’espérer. Il reste cependant un film très plaisant souvent drôle et parfois émouvant bien qu’un peu bavard. En laissant trop de place à notre imagination pour la conclusion, nous ne pourrons pas nous empêcher de se sentir frustré par la fin du film.

MON AVIS :
3/5

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.