HELLBOY de Neil Marshall [Critique Ciné]

 

Hellboy

 

On y croyait plus mais Hellboy est bel et bien de retour au cinéma pour un troisième film sous forme d’un reboot complet de la saga réalisé par Neil Marshall.

 

 

SYNOPSIS : Tuée et découpée en plusieurs morceaux éparpillés dans toute l’Angleterre il y a plusieurs centaines d’année par le Roi Arthur avec son épée Excalibur, Nimue la Reine de Sang est sur le point d’être ressuscitée. Appelés à la rescousse, seuls Hellboy et les membres du B.P.R.D. pourront tenter d’empêcher l’apocalypse qu’elle pourrait déclencher. A condition qu’Hellboy ne se laisse pas séduire par elle et révèle son coté démoniaque.

 

Espéré de longue date par les fans des deux premiers films réalisés par Guillermo Del ToroHellboy est finalement bel et bien de retour au cinéma. Mais au lieu de nous offrir le troisième épisode que tout le monde attend depuis près de dix ans, le réalisateur s’est vu dépossédé du projet par les producteurs qui ont préféré miser sur un reboot complet de la saga. Confié à Neil Marshall, le réalisateur de The Descent et Doomsday, cette nouvelle version interdite aux moins de 17 ans aux Etats Unis se veut plus vulgaire et plus sanglante pour coller un peu plus à l’esprit de la bande dessinée créée par Mike Mignola. C’est porté par un bouche à oreille plus que négatif que cette nouvelle adaptation nous arrive enfin et il faut bien reconnaître que le résultat se montre clairement en dessous de nos attentes.

 

Hellboy

 

Alors oui ce Hellboy n’a effectivement aucun lien avec les films de Guillermo Del Toro mais ce n’est pourtant pas une nouvelle Origin Story que signe ici Neil Marshall. Pas question pour lui de reprendre l’histoire depuis le début car le scénario de ce  nouvel Hellboy s’inspire directement du tome 9 de la bande dessiné. Il suffit de voir la nouvelle version de la scène de la naissance de Hellboy pour se rendre compte que cette nouvelle version n’aurait vraiment pas fait le poids en jouant la carte de la relecture. On sent tout de suite que nous sommes plus dans la même cours en terme de budget et voir certains personnages qui avaient beaucoup d’importance être réduit à quasiment un simple caméo est particulièrement frustrant. Dès l’introduction, on comprends que Neil Marshall compte bien profiter de la liberté que lui offre le Rated-R  en balançant le premier « fuck »  dès le troisième mot dans l’introduction.

Si personne en France, ne sera choqué par la flopée d’injures que contient le film, il faut tout de même prévenir que le réalisateur s’est aussi bien lâché sur le gore. Une habitude pour celui que l’on a découvert avec l’excellent The Descent dont on reconnait aussi bien la patte sur les épisodes de la série Game Of Thrones qu’il a réalisé. C’est clairement l’un des aspects les plus plaisant du film tout comme l’utilisation au maximum d’effets spéciaux à l’ancienne dans les maquillages et créatures. Cela valait d’ailleurs mieux à la vue des quelques plans utilisant des effets spéciaux numériques qui se montrent tous vraiment ratés et simplement indigne d’un long métrage sorti en 2019. Le seul maquillage vraiment raté sera malheureusement celui de Hellboy en personne. Voulant faire de cet anti héros un personnage plus humain, il perd son aspect rouge vif et son visage brut des précédents film pour un aspect plus humain bien moins convaincant.

 

Hellboy

 

Pour continuer dans ce qui fâche, il faut parler du scénario. On aurait du se méfier en voyant que le synopsis officiel du film ne raconte strictement rien. Il sera en effet bien difficile de résumer l’histoire de Hellboy tant le film ressemble plus à une compilation  de scènes variées qu’un véritable long métrage : Hellboy au Mexique, Hellboy contre Baba Yaga, Hellboy et les Chasseurs de Géants… On perdra vite le compte du nombre d’incohérences dans ce scénario ou de passages carrément pas crédibles. Mais c’est surtout une indifférence général pour les événement qui se produisent devant nos yeux qui nous saisira rapidement avec un humour qui tombe à plat et une profusion de personnages tous plus inutiles les uns que les autres.

Il n’était pas question pour Ron Perlman de reprendre le rôle de Hellboy sans Guillermo Del Toro derrière la caméra. Il est donc remplacé ici par David Harbour, célèbre pour son rôle de shérif dans la série Stranger Things, qui du haut de ses 1m92 n’a aucun mal à jouer un impressionnant démon  efficace dans les scènes d’action  mais qui n’apportera rien de plus dans les scènes de dialogues. Le rôle de la grande méchante est joué par une Milla Jovovich carrément pas faite pour ce genre de prestation tant elle n’a rien d’une vraie actrice. La pauvre Sasha Lane révélée par American Honey n’aura guère plus d’intérêt tant tout est mal écrit. Dans le rôle du « père » de Hellboy, Ian McShane délivre la même prestation que dans tous ses rôles. Mais la palme du personnage le plus énervant et inutile revient à Daniel Dae Kim en Daimio.

 

Hellboy

 

Tout n’est pas à jeter dans ce reboot d’Hellboy mais une immense impression de gâchis prédomine. Neil Marshall prouve sans peine ses talents de réalisateur avec de très belles images et des effets spéciaux old school aussi sympathiques que dans les films de Guillermo Del Toro. En revanche les effets numériques sont véritablement catastrophiques.  Le plus gros problème du film restant tout de même son scénario sans intérêt qui n’aide pas les acteurs à briller. 

 

MON AVIS : 2/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Neil Marshall
  • AVEC : David Harbour, Milla Jovovich, Sasha Lane, Daniel Dae Kim & Ian McShane
  • SCÉNARISTES : Andrew Cosby
  • COMPOSITEUR : Benjamin Wallfisch
  • GENRE : Science Fiction, Action
  • DURÉE : 8 mai 2019
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Metropolitan Filmexport
  • SITE OFFICIEL : https://www.hellboy.movie/
  • DATE DE SORTIE : 8 mai 2019