LE DAIM de Quentin Dupieux [Critique Ciné]

 

Le Daim

 

 

Avec Le Daim, Quentin Dupieux délaisse la comédie décalée pour un film d’horreur aussi drôle qu’inquiétant. Vous n’oserez certainement plus porter de blouson après l’avoir vu…

 

 

SYNOPSIS : A 44 ans, Georges a eu un véritable coup de foudre pour un blouson 100% en daim qu’il a acheté par petite annonce. En cadeau, l’ancien propriétaire du blouson lui a offert un caméscope numérique. Commençant à filmer un peu au hasard, Georges va rapidement s’imaginer être devenu un cinéaste et développer un véritable projet avec l’aide de Denise, une apprentie monteuse rencontrée dans un bar.

 

Alors que certains cinéastes galèrent pour faire financer leurs films, Quentin Dupieux a la chance de pouvoir faire ce qui lui chante même si cela ressemble souvent à n’importe quoi aux yeux de ceux qui ne sont pas familier de son cinéma. Un non sens qui était jusque la revendiqué comme sa marque de fabrique et dont les codes avaient très bien étés expliqués dans Rubber. Pour son second film tourné en France après Au Poste, le réalisateur a choisi pour une fois de ne plus utiliser ces codes auxquels il avait fini par nous habituer. Pour une fois ce n’est plus le monde qui ne tourne pas rond mais simplement un homme qui perd totalement pied avec la réalité.

 

Le Daim

 

Le Daim n’est plus non plus une véritable comédie. Le réalisateur nous avait prévenu, il voulait faire cette fois ci un film d’horreur. Si les occasions de rire seront cependant nombreuses, ce ne sont plus de francs éclats de rire mais quelques rires un peu gênés devant la progression de la folie de Georges. Un homme sur lequel on ne saura pas grand chose de son passé mais qui paraîtra rapidement assez stupide à le voir tenter de faire passer sa vieille veste en velours qu’il ne supporte plus par les toilettes en tirant en vain la chasse d’eau.

Progressivement l’humour fait place à l’angoisse et à la curiosité. Persuadé d’avoir un « style de malade » avec son nouveau blouson en daim, Georges va gagner progressivement en confiance mais en même temps perdre totalement pied au point d’imaginer des discussions entre son blouson et lui. Lorsqu’il mettra en place son grand projet, le film prendra alors vraiment des allures de slasher avec de véritables scènes gore. Nul doute que ceux qui avaient déjà du mal avec le cinéma de Quentin Dupieux risquent encore d’être bien surpris voir choqués par ce que les fans du réalisateur verront comme un nouveau trait de génie tant chacun des plans pourrait certainement être étudiés en école de cinéma.

 

Le Daim

 

On ne s’attendait certainement pas à voir un jour Jean Dujardin dans un film de Quentin Dupieux et pourtant il a suffit au réalisateur de lui pitcher le film pour que l’acteur accepte immédiatement sa proposition. Déjà personnage principal du I Feel Good du duo Delépine & Kervern, le comédien trouve à nouveau l’occasion de nous régaler  avec cet humour sur le fil entre quelque chose de sérieux voir dramatique et des situation totalement délirantes. Si Jean Dujardin s’est rarement pris au sérieux, il est encore plus étonnant de voir Adèle Haenel dans Le Daim. Pourtant l’actrice ne dénote pas non plus dans cet univers avec ce personnage ambigu qui semble carrément avoir été écrit pour elle.

Très intrigué par le scénario du film et la succession de scènes de plus en plus folles, on se demandera vers quoi Quentin Dupieux cherche à nous entraîner dans Le Daim. Cette spirale infernale qui pousse le personnage de Georges à faire n’importe quoi dans un but totalement irréalisable nous embarque totalement et c’est avec la plus grande curiosité que l’on regardera scènes après scènes sans voir venir le dénouement. Avec seulement 1h17 au compteur, on pourrait croire que Quentin Dupieux était moins inspiré sur cette histoire et cela se confirmera aussi par une fin aussi absurde qu’un peu trop expéditive tout à fait dans la lignée de ce que le réalisateur peut nous nous réserver habituellement mais qui nous laisser forcement sur notre faim.

 

Le Daim

 

Bien que très réussi, il manque cependant un petit quelque chose difficile à expliquer au nouveau film de Quentin Dupieux qui fait que Le Daim ne parait pas aussi réussi qu’à l’habitude. Pour autant, il reste l’un des réalisateur et scénariste les plus originaux que la France dont il est important d’aller soutenir le travail pour éviter de voir le cinéma française sombrer dans la facilité de comédies trop faciles.

 

MON AVIS : 4/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Quentin Dupieux
  • AVEC : Jean Dujardin, Adèle Haenel, Albert Delpy, Pierre Gommé
  • SCÉNARISTE : Quentin Dupieux
  • COMPOSITEUR : Martin Caraux
  • GENRE : Horreur, Thriler, Comédie Dramatique
  • DURÉE : 1h17
  • NATIONALITÉ : Française
  • DISTRIBUTEUR : Diaphana Distribution
  • SITE OFFICIEL : http://diaphana.fr/film/le-daim/
  • DATE DE SORTIE : 19 juin 2019