METALLICA – STADE DE FRANCE, PARIS – 12 mai 2019 [Chronique Concert]

 

METALLICA - STADE FRANCE, PARIS - 12 mai 2019

 

Metallica était de retour au Stade De France ce dimanche 12 mai 2019 pour un grand concert complet dans le cadre de leur tournée des stades européens.

 

 

Metallica prend de l’avance sur l’été en démarrant déjà sa nouvelle tournée estivale européenne qui les verra faire le tour des plus grands stades. Deux ans après leurs concerts en salles à l’AccorHotels Arena de Paris et à La Halle Tony Garnier de  Lyon, c’est donc le Stade De France que les Four Horsemen ont choisi pour faire leur retour dans notre pays ce dimanche 12 mai, sept ans après y avoir joué pour la première fois. Pour l’occasion, ils sont accompagnés par les norvégiens encore méconnus de Bokassa et par les suédois à la carrière fulgurante de Ghost qui ne sont clairement plus fait pour jouer aussi peu de temps.

 

 

 

Les prières des fans semblent avoir étés entendu en ce dimanche 12 mai car si Metallica a du affronter la pluie lors des premières dates de cette nouvelle manche du Worldwired Tour cette semaine, c’est sous un temps relativement beau mais glacial que le public français a pu profiter du retour des Four Horsemen au Stade De France. Démarrant avec un peu de retard peu après 21h, James Hetfield et sa bande sont apparus sur scène lors de l’introduction du titre Hardwired avant d’attaquer ce premier titre de leur dernier album. Les musiciens savent que lorsque l’on jouent dans de grandes salles comme le Stade De France, c’est souvent devant un public pas exclusivement constitué de fans hardcore mais aussi de nouveaux venus qu’il faut réussir à convaincre. C’est pourquoi ce début de concert se poursuit déjà avec la ballade  The Memory Remains avant de continuer dans le très accessible avec un enchaînement des titres Ride The Lightning suivi de Follow The God That Failed un titre rarement joué sur scène et par  The Unforgiven

 

METALLICA - STADE FRANCE, PARIS - 12 mai 2019

 

Une introduction un peu mou du genou pour les fans hardcore venus se prendre une déferlante de thrash metal. Heureusement, les choses sérieuses vont commencer avec l’enchaînement de deux titres du dernier album Here Comes Revenge qu’ils ne jouent en live que depuis le mois de mars 2019 et la déjà connue Moth Into Flames. Metallica se fait ensuite Heavy avec l’incontournable Sad But True accompagné d’un clip en animation vraiment magnifique. Il s’enchaîne avec le titre Welcome Home (Sanitarium) que l’on a plus l’occasion d’entendre si souvent dans leur concert. Il est l’heure ensuite de la surprise que réserve le guitariste Kirk Hammett et le bassiste Robert Trujillo à chaque date en reprenant une chanson du pays. Après Antisocial et Aux Champs Elysées il y a deux ans à l’AccorHotels Arena, c’est le titre Quoi Ma Gueule de Johnny Hallyday qu’ils ont adapté à leur sauces avec un public français visiblement ravi de reprendre en chœur cet hommage au plus célèbre des rockeurs français.

 

 

 

Souvent boudé lors des tournées, l’album St. Anger aura cette fois le droit à son représentant avec le titre Frantic. Alors que la nuit tombe  nous laissant enfin profiter pleinement du véritable spectacle sons et lumière que nous a préparé Metallica, ce sera le temps des grands classiques tous issus des quatre premiers albums du groupe avec un enchaînement incontournable composé de One, Master Of Puppets, For Whom The Bell Tolls, Creeping Death et pour finir Seek & Destroy. C’est comme souvent avec ce dernier titre que Metallica nous tire sa révérence en attendant les rappels. Et là c’est le choc car au lieu du titre Lords Of Summer joué partout ailleurs nous auront l’immense chance d’entendre le titre Spit Out The Bone, un morceau encore trop peu joué en concert alors qu’il est certainement l’un des meilleurs composés depuis près de vingt ans par Metallica. Le concert s’achèvera ensuite par le doublé habituel Nothing Else Matters et Enter Sandman.

 

METALLICA - STADE FRANCE, PARIS - 12 mai 2019

 

Il faut bien avouer que le Stade De France n’est pas la meilleure salle pour accueillir un concert. Outre les courants d’air, le son ne se montrera pas à la hauteur des prestations indoor de Metallica et les spectateurs au fond du stade devront encore subir un tout léger décalage entre ce qu’ils pourront voir et entendre. Toujours rivé aux habituels dix huit titres de leur setlist, les musiciens ne prennent toujours pas beaucoup de risques en jouant avant tout les classiques sans oser assez jouer de titres moins connus. On regrettera notamment l’absence totale de titres de Death Magnetic et le trop plein de titres du Black Album qu’ils avaient déjà interprété dans son intégralité lors de leur première venue au Stade De France il y a septe ans. Même si les titres sont connus et souvent joués à la perfection, on pourra encore s’étonner d’entendre le groupe faire régulièrement quelques pains sur ces morceaux. Leurs tentatives pour réarranger certaines fins de titres bien connus laissent aussi souvent à désirer car ils ne sont clairement pas assez travaillés.

 

 

 

Après un début de concert un peu trop mou, histoire de séduire les gens venus un peu par hasard, ce nouveau concert de Metallica au Stade De France prendra tout son intérêt grâce aux deux titres de Hardwired… To Self Destruct que l’on n’avait pas encore vu en France et par les trouvailles dans la mise en scène. On aurait cependant aimé une plus grande prise de risques avec plus de titres rares que cinq titres du black album que l’on connait déjà trop bien.

 

MON AVIS : 5/5

 

 

 

 

SETLIST :

  • 01. Hardwired
  • 02. The Memory Remains
  • 03. Ride The Lightning
  • 04. Follow The God That Failed
  • 05. The Unforgiven
  • 06. Here Comes Revenge
  • 07. Moth Into Flames
  • 08. Sad But True
  • 09. Welcome Home (Sanitarium)
  • 10. Frantic
  • 11. One
  • 12. Master Of Puppets
  • 13. For Whom The Bell Tolls
  • 14. Creeping Death
  • 15. Seek & Destroy
  • 16. Spit Out The Bone
  • 17. Nothing Else Matters
  • 18. Enter Sandman