PARASITE de Bong Joon-Ho [Critique Ciné]

 

Parasite

 

Après une escapade décriée sur Netflix pour son précédent film Okja, le réalisateur Bong  Joon Ho a bien fait de revenir sur grand écran avec son nouveau thriller Parasite puisqu’il a remporté la Palme d’Or. Une récompense justifiée ?

 

 

SYNOPSIS : Alors que toute sa famille est sans emploi, le jeune Ki-Woo va avoir l’opportunité par un ami de décrocher une place de prof d’anglais particulier pour la fille de la riche famille Park à la demeure somptueuse. Pour le jeune homme et sa famille qui vivent que de petits arrangements dans un entresol, cette magnifique maison et le train de vie de la famille Park va rapidement  devenir source de convoitise.

 

Dès son second film le thriller Memories Of Murder sorti en 2003, le réalisateur Bong Joon-Ho est devenu une figure marquante du cinéma coréen. Venu depuis cinq fois au Festival de Cannes, le cinéaste a fini par décrocher cette année l’ultime récompense la Palme d’or pour sa seconde sélection en compétition officielle pour son nouveau long métrage Parasite. Un an après avoir été pris dans une tourmente ridicule et totalement illégitime pour avoir préféré sortir son précédent film Okja directement sur Netflix, On peut donc se poser la question si cette récompense est vraiment décernée à son dernier film où si il c’est plutôt la consécration d’une carrière. Quoi qu’il en soit cette récompense n’a pas été volée tant Parasite est sans aucun doute le film le plus original que vous pourrez voir jusque là cette année.

 

Parasite

 

Grace au succès international de son film The Host, Bong Joon-Ho s’est vu offrir l’opportunité de tenter à son tour l’aventure hollywoodienne  avec Snowpiercer : Le Transperceneige et Okja. Une expérience visiblement pas tout à fait concluante puisque le réalisateur a choisi de revenir en Corée du sud pour ce nouveau long métrage Parasite. Une histoire originale écrite par le cinéaste en personne avec Won Han Jin, le réalisateur de seconde équipe de Okja et Kim Dae-hwan le réalisateur de Cho-haeng pour laquelle Bong Joon-Ho a demandé dans une lettre ouverte de ne rien dévoiler de plus que ce que l’on peut voir dans la bande annonce.

C’est une famille très amusante que nous présente Bong Joon-Ho dans les premières minutes du film. Un couple et leur deux grands enfants un frère et une sœur qui sont tous les quatre au chômage et qui vivent du coup de petites combines. Le fils Ki-Woo est un expert de l’entourloupe qui a le don d’embobiner les gens avec de beau discours. Heureusement qu’il est là car son père Ki-taek est plutôt du genre fainéant et pleutre. C’est en effet grâce à lui que la vie de cette famille va grandement s’améliorer pendant un temps avant que la situation ne dégénère.

 

Parasite

 

Sans trop en dire on peut tout de même révéler qu’avec Parasite, Bong Joon-Ho invente une sorte de variation au genre du Home Invasion. Sur un rythme lent mais loin d’être ennuyeux se met en place les engrenages d’une intrigue qui nous tiendra en haleine mais qu’on suivra tout de même bien souvent avec le sourire aux lèvres avec même parfois de francs éclats de rires. On sera aussi régulièrement surpris par les nombreux rebondissements de cette histoire qui tournera progressivement au cauchemar sans que l’on puisse deviner ce qui pourra se passer. Nous serons aussi totalement subjugué par la beauté des images et la sublime bande originale composée par Jaeil Jung.

La réussite de Parasite repose aussi sur l’excellence de ses acteurs. Il y a tout d’abord Song Kang-ho l’acteur fétiche de Bong Joon-Ho présent depuis Memories Of Murder dans le rôle du père mais aussi Choi Woo-Sik vu dans Dernier Train Pour Busan et Okja dans le rôle du fils auxquels le réalisateur avait pensé dès l’écriture du film. Vue sur Netflix dans le film Disparue, Park So-Dam est une vraie révélation ici dans le rôle de la sœur. Dans le rôle de madame Park, Jo Yeo-Jeong nous amusera par sa naïveté. 

 

Parasite

 

Bong Joon-Ho a largement mérité cette palme d’or pour Parasite. Il réinvente ici avec beaucoup d’imagination le genre du Home Invasion dans un thriller aussi tendu que drôle. Image, musique, mise en scène et interprétation nous sommes passés vraiment pas loin du chef d’oeuvre. Un film à voir et à revoir pour découvrir certainement à chaque fois de nouveau éléments tant il regorge de surprises et de symboliques à décoder.

 

MON AVIS : 4/5

 

 

FICHE TECHNIQUE

  • TITRE ORIGINAL : Gisaengchung
  • RÉALISATEUR : Bong Joon-Ho
  • AVEC : Choi Woo-Sik, Song Kang-ho, Park So-dam, Chang Hyae Jin & Cho Yeo-jeong
  • SCENARISTES : Bong Joon-Ho, Kim Dae-hwan & Han Jin Won
  • COMPOSITEUR : Jaeil Jung
  • GENRE : Thriller
  • DURÉE :  2h12
  • NATIONALITÉ : Sud-Coréen
  • DISTRIBUTEUR : The Jokers
  • DATE DE SORTIE : 5 juin 2019