ROCKETMAN de Dexter Fletcher [Critique Ciné]

 

Rocketman

 

Véritable réalisateur derrière le succès de Bohemian Rhapsody, Dexter Fletcher s’attaque maintenant à la vie d’Elton John dans Rocketman, un biopic pas comme les autres à l’image du chanteur.

 

 

SYNOPSIS : Après des années d’excès, Elton John a du partir en cure de désintoxication. Là bas, il va se confier sur son parcours. Comment le jeune et timide Reginald Dwight que ses parent ont privé d’affection a fini par devenir la star excentrique Elton John aux 300 millions d’albums vendus dans le monde.

 

Si il fût une immense star de la musique pendant trente ans, il faut bien avouer que depuis les années 2000 Elton John fait désormais plus parler de lui dans les magazines People que pour ses nouvelles chansons. Tout du moins en France. Aujourd’hui, les moins de trente ans doivent certainement connaître certains de ses succès comme Can You Feel The Love Tonight extrait du Roi Lion ou Candle In The Wind sans pour autant connaître leur interprète. Au moment où il a choisi de définitivement prendre sa retraite sort dans les salles Rocketman. Un long métrage plus proche de la comédie musicale que du véritable biopic qu’il a mis près de dix ans à monter. Après avoir joué dans Kingsman 2, le projet s’est débloqué grâce à son réalisateur Matthew Vaughn. Producteur de ce biopic, il en a confié la réalisation à Dexter Fletcher avec qui il avait déjà fait Eddie The Eagle et a logiquement confié à nouveau le rôle principal du film  à Taron Egerton.

 

Rocketman

 

C’est dans un costume de Phénix aux cornes diaboliques comme si il venait de renaître de ses cendres qu’apparaît Elton John au début de Rocketman alors qu’il commence sa cure de désintoxication. Une image qui donne tout de suite le ton de ce long métrage qui se veut être plus une relecture fantasmagorique de la vie du chanteur plutôt qu’un véritable biopic. Sans donner la moindre date, le film va tout de même retracer prés de quarante ans de la vie du chanteur de sa jeunesse dans les années 50 jusqu’au début des années 90. Ne vous attendez cependant pas à devenir incollable après avoir vu le film car le scénario du film prend beaucoup de liberté avec la vérité. Plutôt que respecter la véritable chronologie des événements, le long métrage va utiliser les plus célèbres tubes d’Elton John pour illustrer sa vie dans différents tableaux façon comédie musicales.

A croire que la vie de tous les musiciens stars se ressemble, le scénario de Rocketman ne présente pas beaucoup de surprises. Sa jeunesse et ses débuts dans la musique représenteront la partie la plus intéressante de cette histoire. On découvrira que le jeune Reginald Dwight était un enfant en manque d’affection dont son père militaire n’avait strictement rien à faire. Parce qu’il lui a fallu visiblement du temps pour tourner le dos à ce passé et se transformer en la personne qu’il rêvait d’être, le film prend vraiment son temps avant d’arriver à la période de la gloire d‘Elton John. Comme toute rock star, le succès lui a monté à la tête, les managers aux dents longues remplacent ceux des débuts et puis c’est les mariages ratés, les disputes avec les amis de toujours et les pétages de plomb habituels.

 

Rocketman

 

Si au début, on est vraiment pris par les tableaux musicaux et la découverte de cette histoire. On pourra reprocher à Rocketman d’insiter un peu trop sur le coté dramatique. A la vue des costumes que portait Elton John sur scène, on était en droit de s’attendre à un film un peu plus fou. Le scénario écrit par Lee Hall, scénariste de Billy Elliot, cherche un peu trop à tirer sur le coté dramatique comme si le chanteur était vraiment à plaindre avec ses problème de millionnaire. On ne peut s’empêcher de penser que la vérité a été largement édulcoré pour s’adresser au grand public comme l’a pu l’être la vie de Freddie Mercury dans Bohemian Rhapsody. On pourra s’étonner de notamment de ne pas entendre parler de sida alors que le chanteur s’est engagé avec sa propre fondation contre cette maladie.

On pourra aussi s’étonner de ne pas voir d’autres célébrités croiser la route d’Elton John. Si curieusement le titre Pinball Wizard est bien mis en avant dans un numéro musical, on ne verra pas The Who ni même une scène sur le tournage du film Tommy. Il n’est pas plus question d’apercevoir la moindre pochette de disque du chanteur comme si la production n’avait pas voulu se battre pour obtenir le moindre droit auprès des autres artistes ou de la maison de disque du chanteur. Le seul passage réellement reproduit à l’identique de tout le film par rapport à la vérité est le clip de I’m Still Standing sauf qu’il est présenté comme le titre du come back après la cure de désintox du chanteur alors qu’il est en réalité sorti dix ans plus tôt.

 

Rocketman

 

C’est la direction artistique qui est le véritable point fort de Rocketman. Tout d’abord les magnifiques et délirants costumes directement inspirés par ceux que le chanteur a réellement porté tout le long de sa carrière mais présenté dans des versions encore plus sublimes ici. Ils ont vraiment permis à Taron Egerton de se transformer réellement en Elton John au point que l’on croit parfois voir le vrai. Le travail de réarrangement des chansons est aussi vraiment très réussi pour les faire coller à l’histoire dans ses tableaux parfaitement mis en scène.

Au coté de Taron Egerton parfait dans le rôle, le reste du casting de Rocketman est lui aussi particulièrement bien choisi. Bryce Dallas Howard joue le difficile rôle de la mère du chanteur, Jamie Bell joue le rôle de Bernie Taupin, le célèbre parolier complice de toujours d’Elton John. Richard Madden, l’ancien Roi Du Nord de Game Of Thrones, joue le manager John Reid avec un petit coté Hugh Jackman dans The Front Runner et Steven Mackintosh vu dans la série Luther et le film Kick-Ass 2 joue le détestable père du chanteur. Tous donne de leur talent d’acteurs mais aussi de chanteur avec beaucoup de brio.

 

Rocketman

 

Si Rocketman se veut différent de Bohemian Rhapsody par coté comédie musical, il y ressemble tout de même beaucoup tant Elton John et Freddie Mercury ont traversé les mêmes périodes de doutes et d’excès. Sur un scénario qui semble être toujours le même dans chacun de ces biopics musicaux, le réalisateur Dexter Fletcher s’en sort tout de même vraiment bien grâce aux différents tableaux musicaux et la richesse des costumes. Il ne faut pas non plus oublier la prestation flamboyante de Taron Egerton et de ses différents camarades de jeu. Si le film n’avait pas trop tiré sur la corde dramatique mais plus sur le coté excentrique du chanteur nous aurions pu avoir un très grand film mais ce Rocketman est tout de même une bonne réussite qui vous fera sans doute passer un très bon moment au rythme de chansons désormais cultes.

 

MON AVIS : 3/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Dexter Fletcher
  • AVEC : Taron Egerton, Jamie Bell, Richard Madden, Dallas Bryce Howard et Steven Mackintosh
  • SCÉNARISTE : Lee Hall
  • MUSIQUE : Matthew Margeson, Elton John & Bernie Taupin
  • GENRE : Biopic, Comédie Musicale, Film Musical, Drame
  • DURÉE : 2h01
  • NATIONALITÉ : Britannique
  • DISTRIBUTEUR : Paramount Pictures France
  • SITE OFFICIEL : https://www.paramountpictures.fr/film/rocketman/
  • DATE DE SORTIE : 29 mai 2019