SEXE, MENSONGES & VIDÉO de Steven Soderbergh [Critique Blu-Ray]

SEXE, MENSONGES & VIDEO de Steven Soderbergh [Critique Blu-Ray]

Sexe, Mensonges & Vidéo

Palme d’or en 1989, Sexe, Mensonges & Vidéo le premier film de Steven Soderbergh ressort en édition 4K + Blu-Ray remasterisée le 16 février 2022.

Il n’aura pas fallu longtemps à Steven Soderbergh pour se faire connaître ! Dès son tout premier long métrage Sexe, Mensonges & Vidéo, le cinéaste alors âgé de seulement 26 ans fût en effet immédiatement récompensé du Prix du Public au Festival de Sundance avant de remporter La Palme d’Or au Festival de Cannes en 1989. Un plébiscite qui a permis au cinéma indépendant américain d’exploser avec l’émergence d’autres grands réalisateurs dans la foulée. A l’occasion de la ressortie du film chez l’éditeur L’Atelier d’Images dans une riche édition remasterisée 4K + Blu-Ray, il est temps de découvrir ou de revoir ce film culte dans les meilleures conditions.

Dans Sexe Mensonges & Vidéo, Ann et John Millaney forment un couple qui bat de l’aile. Cela fait un moment qu’ils ne font plus l’amour, ce qui ne dérange pas vraiment John qui entretient en secret une affaire avec la belle Cynthia. En plus de cela, il mène une brillante carrière d’avocat qui lui offre la belle vie. Mais en accueillant chez lui son ami d’enfance Graham de retour en ville après des années d’absence, sa petite vie parfaite va traverser de sérieuses turbulences.

Sexe, Mensonges & Vidéo

Une petite mise au point s’impose d’abord si vous n’avez jamais vu Sexe, Mensonges & Vidéo. Si d’après son titre vous vous attendez à une œuvre sulfureuse emplie de scènes de sexe torride, vous allez être déçu ! C’est en fait là le véritable mensonge de ce film. Comme on l’entend souvent en matière de sexe, c’est ceux qui en parlent le plus qui en font souvent le moins. Cette sentence s’applique parfaitement à cette histoire très bavarde où les scènes de sexe finiront toujours par couper court. Steven Soderbergh a lui même expliqué que ce qui l’intéressait était en fait ce qui se passe avant et après l’amour et n’avait pas envie d’embarrasser les spectateurs avec des scènes trop explicites qui n’auraient pas servi son récit. Et tant pis pour ceux qui espéraient se rincer l’œil car le film ne contient quasiment aucune nudité.

Il n’y a aucun doute sur l’année où a pu être tourné Sexe, Mensonges & Vidéo, il porte indéniablement le style des films indépendants d’auteurs des années 90 dans son sa réalisation et sa qualité d’image un brin granuleuse. Dans une introduction d’une dizaine de minutes, Steven Soderbergh installe l’histoire en nous faisant découvrir ses quatre personnages. On ne sera pas étonné de voir que l’héroïne Ann commence le film par une discussion avec son psychiatre tellement cela parait commun pour l’époque. Ses confessions placeront les bases de l’histoire. Une femme au foyer de bonne famille pour qui le sexe semble assez tabou et qui ne semble pas spécialement dérangée de ne plus faire l’amour avec son mari. Tout le contraire de sa sœur bien plus exubérante. Une fille qui semble beaucoup libre dans son corps et son esprit qui cache un terrible secret à sa sœur dont le spectateur sera mis au courant bien avant Ann. La fameuse « vidéo » du titre n’arrivera dans le long métrage qu’au bout d’une demi heure. C’est l’intrigant Graham qui a pour passion de filmer les confessions de jeunes femmes sur leur vies sexuelles. En se prêtant au jeu de l’interview pour tenter de séduire Graham, Cynthia va mettre le feu au poudre provoquant la jalousie de John et feront apparaître une Ann pas si naïve et prude qu’elle le laissait paraître. 

Sexe, Mensonges & Vidéo

Dès son premier film,  Steven Soderbergh démontre une véritable maîtrise dans la mise en scène et la direction d’acteur. Le montage du film est cependant assez particulier car les scènes s’enchaînent sans vraiment nous donner d’indication du temps qui passe. Pour coller à la vie réelle, il a choisi aussi de ne pas encombrer son long métrage d’une musique envahissante. Notre vie n’étant pas ponctuée de musique, il a demandé à Cliff Martinez de ne composer que des nappes sonores qui se feront entendre dans les moments clés de l’intrigue.

Encore inconnu, Steven Soderbergh avait misé sur des acteurs pas très connu pour le casting de film. En dehors de James Spader que les fans de la série Blacklist auront peut être du mal à reconnaitre tellement il a changé en trente ans qui était déjà connu à l’époque et qui a remporté le prix d’interprétation à Cannes pour son rôle de Graham, nous y trouvons aussi Andie McDowell au sommet de sa beauté dans le grand rôle d’Ann qui a fait décoller sa carrière. Le mari est joué par Peter Gallagher qui venait alors du théâtre et qui a su donner une dimension inattendue à ce personnage de « méchant ». Enfin il y a la fascinante Laura San Giacomo remarquable dans le rôle de Cynthia. Revue peu de temps après dans Pretty Woman, on se dit que c’est vraiment dommage qu’elle n’ait pas eu l’occasion de faire une plus grande carrière.

Sexe, Mensonges & Vidéo

Si vous êtes fans de films indépendants américains et que vous n’avez jamais vu Sexe, Mensonges & Vidéo, il sera indispensable de le regarder au moins une fois dans sa vie pour voir à quel point il a influencé encore aujourd’hui grand nombre de jeunes auteurs. Indéniablement culte, le film ne parlera cependant pas à tout le monde par son sujet autour de la déliquescence du couple. Il y aura aussi de quoi être un peu frustré de ne pas avoir pu profiter un peu plus des charmes d’Andie McDowell et Laura San Giacomo en plus d’avoir découvert ici leurs véritables talents d’actrices.
MON AVIS :
3/5

Sexe, Mensonges & Vidéo

LE BLU-RAY :  Parfaitement restauré, l’image du Blu-Ray de Sexe, Mensonges & Vidéo est absolument magnifique. Le grain caractéristique des années 90 a été parfaitement préservé sans jamais causer de problèmes d’encodage. Vous n’aurez peut être jamais vu ce long métrage avec une telle qualité d’image. Véritable édition collector, le blu-ray est riche en bonus avec des documents d’époques et de nombreux éclairages apportés sur le film par le journaliste Philippe Rouyer. Enfin, le long métrage n’aura plus de secrets pour vous une fois que vous aurez écouté le commentaire audio de Steven Soderbergh

A Lire Aussi

Les Chasseurs De Scalps

LES CHASSEURS DE SCALPS de Sydney Pollack [Critique Blu-Ray]

Le western Les Chasseurs de Scalps de Sydney Pollack vient de sortir pour le première fois en haute définition dans un combo Blu-Ray + DVD disponible depuis le 7 avril 2022.

Rock O Rico

ROCK-O-RICO de Don Bluth [Critique Blu-Ray]

Moins connu que ses plus grandes oeuvres, le long métrage animé Rock-O-Rico de Don Bluth s’offre une nouvelle chance avec sa sortie en combo Blu-Ray + DVD remasterisé.

L'Autouroute De L'Enfer

L’AUTOROUTE DE L’ENFER de Ate de Jong [Critique Blu-Ray]

La collection horrifique de l’éditeur Rimini Edition se poursuit avec le film d’aventure horrifique L’Autoroute De L’Enfer.

Terreur Sur La Ville

TERREUR SUR LA VILLE de Charles B. Pierce [Critique Blu-Ray]

TERREUR SUR LA VILLE de Charles B. Pierce [Critique Blu-Ray] Figurant parmi les tous premiers slashers de l’histoire du cinéma,

Le Cid

LE CID de Anthony Mann [Critique Blu-Ray]

Le Cid, grand classique d’Anthony Mann, est ressorti cette semaine dans un magnifique Digibook Blu-Ray + DVD chez Rimini Editions.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.