CARS 3 de Brian Fee [Critique Ciné]

 

Cars 3

 

Malgré l’échec de Cars 2 il y a six ans, Pixar tente de rattraper le coup avec un troisième épisode qui revient aux sources en se focalisant sur l’univers de la course automobile. Mais le studio n’aurait-il pas mieux fait de passer à autre chose ?

 

 

SYNOPSIS : Les années passent mais Flash McQueen reste invariablement le champion incontesté. Alors qu’il était loin de songer à prendre sa retraite, il va subitement se retrouver au milieu d’une nouvelle génération de voitures avec pour nouveau compétiteur Jackson Storm, un bolide avec lequel il aura bien du mal à rivaliser. Serait-il temps pour lui de raccrocher ?

 

Avant la projection de Cars 3, vous devriez pouvoir découvrir comme d’habitude un nouveau court métrage des Studios Pixar. Il s’agit cette fois ci de Lou, un dessin animé écrit et réalisé par Dave Mullins, un animateur qui travaille chez Pixar depuis Ratatouille. L’histoire d’une sorte de monstre qui ramasse tous les objets perdus dans la cours de récréation qui va donner une bonne leçon à la petite frappe qui vole les affaires de ses camarades. Une nouvelle pépite qui prouve encore le talent des employés du studio et qui nous fera vivre une poursuite mouvementéetrès amusante et finira presque par nous faire verser une larme dans sa jolie conclusion. N’arrivez donc pas en retard à la séance !

 

Lou

 

En 2006, Le studio Pixar connaissait le premier gros échec artistique et commercial de sa carrière. En transformant Flash McQueen en agent secret international, Cars 2 n’a réussi à convaincre ni les critiques ni le grand public alors que le film de John Lasseter et Brad Lewis ne manquait pourtant pas de qualités. Poussé par Disney à produire des suites à tous ses grands classiques, Pixar a décidé malgré tout de faire revenir Flash McQueen dans une nouvelle aventure car même si le film n’a pas marché au cinéma, le petit bolide rouge reste certainement l’un des personnages qui fait vendre le plus de produits dérivés. Le succès respectable des deux spin of Planes réalisé par Disney ont aussi prouvé que la franchise n’était peut être pas tout à fait morte. John Lasseter étant occupé sur la réalisation de Toy Story 4 prévu pour 2019, la réalisation de Cars 3 a été confié à Brian Fee qui officiait en temps que storyboardiste sur les deux premiers épisodes de la franchise.

Fini les histoires d’Agents secrets, Cars 3 est un véritable ressource aux sources qui commence par les mêmes images que le premier film alors que Flash McQueen se concentre avant de débuter sa course. Nous sommes ici clairement dans le scénario classique du film de sports inspiré un peu par la saga Rocky Balboa. Au cœur du film se pose la question d’à quel âge faut-il raccrocher. C’est la question que se pose Flash qui se voit pousser vers la sortie par de nouveaux venus comme avait pu le subir avant lui son mentor Hudson Hornet et qui sera victime comme lui d’un grave accident de la route. Après une grosse remise en question, il décidera malgré tout de reprendre la compétition avec une dernière course pour prouver à tout le monde qu’il est encore dans le coup.

 

Cars 3

 

Le film suivra alors son entrainement et sa rencontre avec Cruz Ramirez, une voiture de sports qui faute d’avoir fait carrière s’est reconverti en coach sportif. Cette nouvelle histoire qui se focalise vraiment sur Flash McQueen met un peu trop de coté les personnages secondaires que l’on aimait tant et surtout le pauvre Martin qui volait la vedette dans Cars 2 et se retrouve relégué ici à de trop brèves apparitions comme la majorité des habitants de Radiator Springs. Les personnages secondaires travaillés étaient pourtant la marque de fabrique de Pixar et la raison de la réussite de la majorité des longs métrages du studio.

On sent une réelle volonté de remonter le niveau de ce troisième opus avec un scénario vraiment poussé qui évite les facilités. Plutôt que de faire une suite bêtement adressée aux plus jeunes spectateurs, fans numéro un de Flash McQueen, on sent que John Lasseter a poussé les scénaristes a développer une véritable histoire capable de satisfaire les fans de la première heure qui ont maintenant bien grandi. Ce troisième volet censé être le dernier nous laissera cependant sur notre faim car il ne délivrera aucun des secrets de ce monde peuplé uniquement de voitures. On aimerait savoir comment « naissent » les voitures et pourquoi certaines peuvent mourir.

 

Cars 3

 

L’intrigue qui repose sur l’âge qui passe, le jeunisme mais aussi sur la place des femmes dans les compétitions sportives risque de laisser sur le carreau les plus jeunes spectateurs mais ceux-ci pourront toujours s’amuser des nombreuses scènes d’action et de courses vraiment rythmées et qui ne manque jamais d’humour. Mais surtout ce qui frappe c’est la beauté des décors de Cars 3 qui ont très souvent une allure quasi photo-réaliste. Si la saga a toujours été connue pour la beauté de ses graphismes, les équipes de Pixar se sont ici dépassé en terme de réalisme. La preuve en est l’incroyable accident de Flash au début du film qui dépasse largement en intensité les accidents du premier film et pourrait vraiment choquer les âmes les plus sensibles.

En revanche si on pouvait penser à la vue du premier teaser que les personnages de Cars 3 bénéficieraient eux aussi d’un relookage photo-réaliste, il n’en est malheureusement rien. Au fond le design des personnages est probablement le soucis majeur du film car on a bien du mal à voir en ces bolides des personnages aussi sympathiques que les héros des autres franchises de Pixar. A moins d’être passionné de mécanique, on aura un peu plus de mal à accrocher aux aventures de ces curieuses voitures qui ne dégage pas autant de sentiments et de charisme que les autres héros du studio.

 

Cars 3

 

Une fois de plus Pixar dépasse de la tête et des épaules tout concurrent au titre du film d’animation de l’année avec Cars 3. Visuellement, les graphismes photo-réalistes enterrent les Baby Boss et Moi, Moche et Méchant 3 qui squattent sans le mériter les premières places du box office. Même le scénario du film qui dénonce le jeunisme mais aussi le sexisme est bien plus travaillé que ce que propose la majorité des autres studios qui recherchent l’argent facile. Avec ses différents degrés de lecture, Cars 3 pourra aisément séduire petits et grands à condition de passer au dessus du problème du design des personnages qui reste le seul véritable point faible de la saga.

 

MON AVIS : 4/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Brian Fee
  • AVEC LES VOIX EN V.O. DE : Owen Wilson, Armie Hammer, Cristela Alonzo et Larry The Cable Guy
  • SCÉNARISTES : Bob Peterson, Mike Rich & Kiel Murray
  • COMPOSITEUR : Randy Newman
  • GENRE : Animation
  • DURÉE : 1h42
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : The Walt Disney Company France
  • SITE OFFICIELhttp://films.disney.fr/cars-3
  • DATE DE SORTIE : 02 août 2017