CASSE-NOISETTE ET LES QUATRE ROYAUMES de Lasse Hallström & Joe Johnston [Critique Ciné]

 

Casse-Noisette Et Les Quatre Royaumes

 

Pour Noël, Disney ressort les princesses avec Casse Noisette Et Les Quatre Royaumes, une libre adaptation des célèbres conte et ballet du même nom qui semble être réservée aux fillettes.

 

 

SYNOPSIS : Pour Noël, Clara va recevoir un étrange présent de la part de sa défunte mère. Un œuf en métal qui semble pouvoir s’ouvrir mais dont la clé est manquante. En allant demander l’aide de son parrain Drosselmeyer, la jeune fille va se retrouver entraînée dans le monde étrange des quatre royaumes sur lequel régnait autrefois sa mère.

 

Si l’année prochaine, Disney devrait se gaver avec plusieurs films certains de dépasser le milliard de dollars de recettes, l’année 2018 semble être une succession de ratage. Après un Raccourci Dans Le Temps et Jean Christophe & Winnie sortis tous les deux dans l’indifférence générale, le film Casse-Noisette Et Les Quatre Royaumes semble être un nouvel embarras pour la maison de Mickey. Prévu initialement pour les vacances de Toussaint, c’est finalement en guise de grand film de Noël, en attendant Le Retour de Mary Poppins, qu’il arrive dans les salles obscures françaises depuis le 28 novembre face au Grinch d’Illumination Entertainment qui semble déjà bien parti pour lui voler la vedette.

 

Casse-Noisette Et Les Quatre Royaumes

 

Casse-Noisette Et Les Quatre Royaumes fait parti de ces films ratés que les studios veulent malgré tout sortir au cinéma après une tentative de rafistolage maladroite. D’abord confié au réalisateur Lasse Hallström, connu pour Gilbert Grape et Mes Vies De Chien, la première mouture du film n’avait pas convaincu les pontes de Disney qui ont demandé  à Joe Johnston, le réalisateur de Jumanji, de retourner de nouvelles scènes afin de tenter de réparer les dégâts. Autant le dire tout de suite, cela n’a servi strictement à rien et Casse-Noisette et Les Quatres Royaumes en ressort comme un film particulièrement foutraque et complètement creux qui ne présente que très peu de similitudes avec l’histoire dont il est censé être pourtant plus ou moins l’adaptation.

Question scénario tout d’abord, Casse-Noisette Et Les Quatre Royaumes montre très rapidement ses limites. Sur un rythme particulièrement lent on suivra l’histoire de Clara, une brillante jeune fille capable de créer et réparer des machines complexes sans qu’on nous explique d’où lui vient ce talent. Tout le film raconte sa quête pour la recherche d’une clé. Elle n’aura même pas l’air surprise d’apprendre que sa mère aujourd’hui disparue était devenue, on ne sait comment, la reine d’un monde parallèle ce qui fait d’elle une princesse en ce royaume. Le Casse-Noisette du titre est un soldat chargé de garder un pont que la jeune fille obligera à la suivre dans sa quête sans qu’il ne se montre autre chose qu’un second rôle très dispensable voir ridicule dans son amitié avec une souris en image de synthèse. Cette histoire est tellement cousue de fil blanc que l’on sait à l’avance quels pourront être les retournements de situation. Quand à la fin, elle est tellement vite expédiée qu’elle finira par prouver le manque d’inspiration de la scénariste Ashleigh Powell ou le bâclage du montage.

 

Casse-Noisette Et Les Quatre Royaumes

 

L’autre point affligeant de Casse-Noisette Et Les Quatre Royaumes, c’est la prestation des acteurs. En dehors de la jeune Mackenzie Foy découverte dans Twilight et revue dans Interstellar qui tient ici son premier rôle en tête d’affiche et se montre vraiment impliquée et talentueuse, le reste du casting semble être là pour payer ses impôts ou capitaliser pour sa retraite. La plus navrante est sans aucun doute Keira Knightley que l’on avait jamais vue autant à coté de la plaque. Elle est totalement ridicule avec ses mimiques et sa voix insupportable en Fée Dragée qui donne l’impression qu’elle ne s’adresse qu’aux tout petits enfants au lieu d’un public familial. En pré-retraite, Morgan Freeman joue la parrain sage et avisé fidèle à lui même tandis qu’Ellen Mirren n’apparaîtra que très peu dans le rôle supposée de la grande méchante du film. Le choix de l’acteur Jayden Fowora-Knight apparu dans Ready Player One semble être une volonté d’imposer un acteur noir dans le rôle titre pour se donner une bonne image alors que cela relève de la fausse bonne idée tant le personnage est inutile.

Au fond, le seul point véritablement positif est la beauté des images. Visiblement Disney a utilisé encore ici les mêmes routines informatiques qui leur servent depuis la version live d’Alice Au Pays Des Merveilles et que l’on a déjà revu dans Le Monde Fantastique d’Oz ou La Belle Et La Bête. Même si cela sent le réchauffé, il faut reconnaître que cela reste vraiment très joli et assure l’enchantement. En revanche, on ne pourra s’empêcher d’être déçu de ne pas entendre plus de titres du célèbre ballet de Tchaïkovski. N’arrivant pas à l’intégrer au film c’est dans une scène de ballet cassant le rythme que ces très célèbres morceaux seront principalement entendus. Le reste de la bande originale étant composée par un James Newton Howard très inspirée par John Williams. La scène de danse dans le générique final, montre qu’il y aurait eu un film bien plus audacieux à faire de cette histoire en mêlant danse classique et contemporaine plutôt qu’avec ce conte complètement creux.

 

Casse-Noisette Et Les Quatre Royaumes

A délaisser de plus en plus l’animation au profit de films avec de véritables acteurs, n’est on pas sur le point de perdre Disney ? Après les échecs en salles de un Raccourci Dans Le Temps et Jean Christophe & Winnie, il y a fort à parier que Casse-Noisette et Les Quatre Royaumes suive le même chemin tant le film est raté. Il n’y aura vraiment que les plus jeunes pour ne pas remarquer la pauvreté du scénario totalement téléphoné et très éloigné du conte et du ballet dont il est censé être l’adaptation mais aussi les gros problèmes de montage et le jeu catastrophique des grands noms du casting qui viennent gâcher la performance réussie de Mackenzie Foy. Même avec deux talentueux Heureusement que l’année 2019 devrait permettre à Mickey de renflouer ses caisses bien mis à mal par cette série de films ratés.
MON AVIS : 1/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : The Nutcracker & The Four Realms
  • RÉALISATEURS : Lasse Hallström et Joe Johnston
  • AVEC : Mackenzie Foy, Jayden Fowora-Knigth, Keira Knightley, Helen Mirren & Morgan Freeman
  • SCÉNARISTE : Ashleigh Powell
  • COMPOSITEURS : James Newton Howard et  Piotr Ilitch Tchaïkovski
  • GENRE : Fantastique, Aventure
  • DURÉE : 1h39
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : The Walt Disney Company France
  • SITE OFFICIELhttps://disney.fr/films/casse-noisette-et-les-quatre-royaumes
  • DATE DE SORTIE : 28 novembre 2019