CinémaCritique Ciné

HOPELESS de Kim Chang-Hoon [Critique Ciné]

Hopeless de Kim Chang-Hoon

Remarquable premier long métrage de Kim Chang-Hoo, Hopeless devrait séduire tous les fans de polars sombres et désespérés.

Il sera bon de commencer la critique de Hopeless par un avertissement. Le film de Kim Chang-Hoo est en effet clairement réservé à un public averti prêt à endurer une histoire sombre et très violente pendant près de deux heures. Comme son titre « sans espoir » l’indique, nous aurons en effet bien du mal à pouvoir imaginer qu’une telle histoire puisse se terminer en happy end et c’est la boule au ventre que nous attendrons de pouvoir reprendre notre souffle.

À des années lumières de tous les charmants drama romantico- comique à succès et de l’univers K-Pop qui sont en train de conquérir la planete, Hopeless raconte la lente descente en enfer du jeune Yeon-Gyu qui vit dans un monde d’ultra violence. Dès les premières minutes du film, nous le verrons fracasser le crane d’un camarade de lycée avec une pierre pour venger sa demi-sœur Ha-Yan. Un acte qui le contraindra à payer un fort dédommagement à la famille de l’élève et causera son renvoi  du lycée. Ce qui ne l’empêchera pas non plus de se faire molester par la bande d’amis de la victime.

Hopeless de Kim Chang-Hoon

Comme si cela ne suffisait pas, une fois rentré chez lui il doit encore faire face à un beau-père alcoolique qui le roue de coup quotidiennement. Leur dernier affrontement vaudra à Yeon-Gyu une large cicatrice à l’œil. Une blessure qui obligera son patron à le renvoyer du restaurant de nouilles dans lequel il travaillait. Sa situation touchera Chi-Gun, le chef d’un gang de voleurs de motos qui fait la loi dans le quartier en rackettant les commerçants, qui lui donnera l’argent nécessaire pour dédommager la famille. Mais en quête d’argent pour réaliser son rêve de partir vivre en Hollande, le garçon n’hésitera pas à faire du forcing pour entrer au service de cette bande.

Sur un rythme très lent qui prend littéralement aux tripes, nous suivrons alors son parcours dans la criminalité qui lui fera commettre des actes de plus en plus graves. Il faut dire que cet univers ne laisse le choix à personne comme une sorte d’engrenage infernal. Tous les protagonistes semblent être comme tenu par les couilles par un supérieur capable du pire en cas de faux pas. Incroyablement charismatique, ces mafieux arrivent à vous glacer le sang d’un seul regard sans avoir un mot à dire

Hopeless de Kim Chang-Hoon

Premier film écrit et réalisé par Kim Chang-Hoon qui a eu les honneurs d’une projection en sélection officielle au Festival de Cannes 2023 dans la catégorie Un Certain Regard, Hopeless subjugue par la beauté de sa direction photo. Un univers sombre mais à la fois souligné de très belles lumières. S’inspirant des maitres du genre, il signe une œuvre aussi violente physiquement que psychologiquement et bien souvent dramatique. Alors que nous penserons souvent que l’histoire ne pourrait pas devenir plus tragique, le réalisateur arrivera encore à trouver les ressources pour nous mettre un nouvel uppercut en pleine face.

Récompensé pour sa performance le jeune Hong Xa-Bin dont il s agit du premier rôle porte vraiment le film sur ses épaules. Nous ne pourrons avoir que de l’empathie pour lui en le voyant pris dans cette spirale de violence ou quand il tremble devant son beau-père. Sa demi-sœur est jouée par la chanteuse Bibi toute aussi brillante. Celui qui devrait attirer les foules est le célèbre Song Joong-Ki qui incarne le mafieux Chi-Gun Habitué à jouer les héros, il sait se montrer tout aussi terrifiant qu’émouvant quand son personnage évoque son passé.

Hopeless de Kim Chang-Hoon

Hopeless est un polar sud-coréen d’une intensité comme nous n’avions pas eu l’occasion d’expérimenter depuis longtemps au cinéma. une grande œuvre à classer au coté du Old Boy de Park Chan-Wook pour son mélange de violence et de drame qui fait de Kim Chang-Hoon, un nouveau réalisateur dont nous suivrons désormais de près la carrière.
MON AVIS :
5/5

A Lire Aussi

Furiosa : Une Saga Mad Max

FURIOSA : UNE SAGA MAD MAX de George Miller [Critique Ciné]

George Miller étend l’univers de Mad Max : Fury Road dans l’ambitieux prequel Furiosa : Une Saga Mad Max tout

Les Intrus

LES INTRUS de Renny Harlin [Critique Ciné]

Même si nous ne l’attendions pas, la saga The Stangers repart pour une nouvelle trilogie aux allures de mauvais remake sous le titre Les Intrus.

When Evil Lurks de Demián Rugna |Critique Ciné]

WHEN EVIL LURKS de Demián Rugna [Critique Ciné]

Récompensé au Festival Fantastique de Gérardmer, When Evil Lurks innove dans le film de possession.

Le Deuxième Acte de Quentin Dupieux [Critique Ciné]

LE DEUXIEME ACTE de Quentin Dupieux [Critique Ciné]

Quentin Dupieux est déjà de retour avec Le Deuxième Acte choisi  à juste titre comme film d’ouverture du Festival De Cannes 2024.

Blue & Compagnie

BLUE & COMPAGNIE de John Krasinski [Critique Ciné]

Après l’horreur, John Krasinski se lance dans le film pour enfants avec un Blue & Compagnie bien moins réussi que ses prestigieuses inspirations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.