GEOSTORM de Dean Devlin [Critique Ciné]

Geostorm

Dean Devlin prend le relais de Roland Emmerich pour détruire la planète dans Geostorm, un nouveau film catastrophe qui ne fait que recycler tout ce qui a déjà été fait dans le genre.

 

 

SYNOPSIS : Pour faire face à l’augmentation des catastrophes naturelles dans le monde, tous les états se sont mis d’accord pour développer un système de couverture satellite capable de contrôler le climat. Trois ans après sa mise en place, alors que les américains devaient céder le contrôle du système à une organisation internationale, une série de malfonctions est détectée dans le système pouvant conduire à la création d’une Geostorm mais est- ce vraiment un bug ou une tentative de sabotage ?

 

2012, Le Jour D’Après, San Andreas, Armageddon, Twister, Black Storm, Gravity… Le réalisateur Dean Devlin n’a pas du en rater un seul ! Pire que cela, il est même le scénariste de la saga Independence Day pour Roland Emmerich. Pas étonnant donc de ne trouver pas la moindre once d’originalité dans Geostorm. Un nouveau film catastrophe qui semble plus avoir été conçu comme une nouvelle attraction pour les séances de cinéma en 4DX que pour révolutionner le genre.

 

Geostorm

 

Parce que le problème de dérèglement climatique n’a pas encore été résolu et ne le saura probablement jamais, on trouve encore des scénaristes et des réalisateur comme Dean Devlin ou Roland Emmerich pour nous servir encore et encore les mêmes histoires. Même si il se déroule quelques années dans le futur, Geostorm nous renvoie directement à la fin des années 90 et début des années 2000 à l’époque où les premiers effets spéciaux numériques permettaient de rendre encore plus spectaculaires les films catastrophes. Mais à quoi bon vouloir refaire exactement la même chose quinze ans plus tard avec les mêmes dialogues insipides, les mêmes situations incohérentes et des effets spéciaux qui ne semblent pas avoir évoluer d’un iota ?

Il ne faudra que quelques minutes pour être déjà saoulé par Geostorm. Le film s’ouvre sur une succession d’images de catastrophes climatiques qui semblent avoir étés chopées sur YouTube parfois véritables, parfois inventées comme Paris noyé sous les eaux commentées par une voix d’enfant plein d’innocence. C’est la fille de l’inventeur du réseau satellite qui a sauvé la terre, un cowboy gonflé de devoir rendre compte à une commission de l’avancement de son projet et qui pour la peine va se faire virer par son propre frère. Mais forcement quand trois ans plus tard le système se met à déconner, c’est à lui qu’il faut aller demander de sauver la situation en partant dans l’espace. Tandis qu’il joue au héros tel Bruce Willis dans Armageddon ou Sandra Bullock dans Gravity, son petit frère resté sur terre doit trouver la source du problème quitte même à devoir pour cela enlever le Président Des Etats Unis.

 

Geostorm

 

Le gros problème est que Geostorm se prend vraiment très au sérieux même si certains personnages semblent être là pour la blague. Il faut voir cette garde du corps du président se prendre pour un Terminator en poursuivant à pied une voiture en fuite. Les scènes de catastrophes se font vraiment attendre et n’arriveront pas à nous impressionner tellement elles ressemblent exactement à ce qu’on a vu dans Le Jour D’Après ou 2016 avec le même lot d’incohérences comme ces personnes qui courent pour échapper à une vague de froid, des voitures qui explosent comme des bombes nucléaires et un avion qui s’écrase sans provoquer la moindre étincelle et que dire de l’explosion de ce centre de congrès directement inspiré de l’explosion de la Maison Blanche dans Indepedence Day. Le tout est proposé dans une 3D totalement inutile tant elle ne se remarque même pas.

Le casting de Geostorm se compose d’acteurs de secondes catégories proche de l’oubli qui en recevant le script du film dans leur boite aux lettres ont du sauter de joie de retrouver du boulot. Après L’Attaque de La Maison Blanche et de Londres, Gerard Butler poursuit sa carrière dans le nanard d’action en jouant l’inventeur de ce réseau satellite. John Sturgess joue son frère insipide et transparent qui porte la partie enquête du film. Abbie Cornish, l’une des héroïnes de Sucker Punch, est la pro de l’action en garde du corps aux allures de Terminator. C’est à Andy Garcia qu’est revenu la tâche ingrate de jouer le Président américain comme toujours débile tandis qu’Ed Harris joue son proche conseiller.

 

Geostorm

 

Il ne faudra que quelques minutes pour regretter d’avoir choisi d’aller voir Geostorm. Si on s’attendait à l’avance à un film idiot, on pouvait cependant avoir l’espoir de passer un moment distrayant devant des effets spéciaux spectaculaires. Mais le film écrit et réalisé par Dean Devlin est tellement affligent que l’envie de quitter la salle avant la fin ne tarde pas à nous titiller. Parce que depuis la sortie de Le Jour D’Après, une nouvelle génération de spectateurs pouvait découvrir le film catastrophe avec Geostorm, le réalisateur ne se gène pas pour simplement compiler tout ce qu’on a pu voir dans tous les films du genre sortis depuis les années 90. Peut être y trouveront ils leurs compte mais pour ceux qui ont déjà tout vu, ce nouveau long métrage risque de leur paraître vraiment inutile par son manque d’originalité.

 

MON AVIS : 0/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • RÉALISATEUR : Dean Devlin
  • AVEC : Gerard Butler, Jim Sturgess, Abbie Cornish, Alexandra Maria Lara & Andy Garcia
  • SCÉNARISTES : Dean Devlin & Paul Guyot
  • COMPOSITEUR : Lorne Balfe
  • GENRE : Film Catastrophe, Action, Science Fiction
  • DURÉE : 1h49
  • NATIONALITÉ : Américain
  • DISTRIBUTEUR : Warner Bros. France
  • SITE OFFICIELhttp://www.geostorm.movie/
  • DATE DE SORTIE : 1er novembre 2017