MAZINGER Z INFINITY de Junji Shimizu [Critique Ciné]

 

Mazinger Z Infinity

 

Pour les cinquante ans de carrière de son créateur Gō Nagai, le robot Mazinger Z fait son retour au cinéma dans un tout nouveau long métrage baptisé Mazinger Z Infinity qui devrait réveiller bien des souvenirs chez les nostalgiques de Récré A2.

 

 

SYNOPSIS : Dix ans après son combat contre le Dr Hell, Koji Kabuto a profité de cette paix bien méritée pour devenir scientifique comme son père et son grand père. Mais lorsqu’un immense robot va être découvert enfoui sous le Mont Fuji, le Dr Hell et son armée de robots va tout faire pour tenter de s’en emparer. À la demande de l’armée, Koji ne va pas avoir d’autres choix que de reprendre le combat à bord de Mazinger Z pour éviter que son ennemi juré ne s’empare de ce nouveau robot et provoque une catastrophe.

 

Du mangaka Gō Nagai, le grand public français connait surtout Goldorak grâce à sa diffusion dans Récré A2 en 1978. Mais saviez-vous que les aventures du robot géant ne sont que la troisième partie d’une grande histoire débutée en 1972 avec Mazinger Z et poursuivie  en 1974 avec Great Mazinger ? Les premiers mangas et dessins animés japonais  à mettre en scène un robot pilotable de l’intérieur. Avant que Mazinger Z ne soit enfin diffusé en France en 1988 sur M6, tout ce qu’on connaissait de cette saga était son héros Koji Kabuto, rebaptisé Alcor en France, qui ne tenait plus qu’un second rôle dans Goldorak. Le revoici au premier plan dans ce nouveau long métrage Mazinger Z Infinity quarante cinq ans plus tard pour les cinquante ans de carrière son créateur.

 

Mazinger Z Infinity

 

Si en France, il n’y a plus de grandes chaînes nationales pour voir encore des séries animées japonaises, Mazinger Z est revenu régulièrement à la télévision japonaise et en vidéo. Du coup le début de ce nouveau film donnera l’impression pour ceux qui n’ont pas suivi d’avoir raté une partie de l’histoire. Il commence par une grande scène de combat au Texas où Great Mazinger doit faire face à l’armée du Dr Hell. Puis vient un générique bien rétro interprété par le chanteur d’origine. Il faudra être très attentifs au début du film pour bien comprendre l’installation de l’histoire sous peine de se retrouver complètement largué. Ceux qui connaissent au moins Goldorak reconnaîtront rapidement certains personnages tandis que ceux qui ne connaissent rien de ce manga devront vite assimiler toutes les informations de cette introduction.

Mais ce qui frappe au premier abord c’est la beauté de ces nouvelles aventures de Mazinger Z. Un nouveau long métrage très coloré qui modernise les personnages créés par Go Nagai tout en gardant les traits un brin rétro probablement inspiré  à l’époque par les créations d’Osamu Tezuka, le père du manga et créateur d’Astro Le Petit Robot. en quarante cinq ans Mazinger Z ayant influencé tellement de mangas de ce qu’on appelle désormais les Mecha de Gundam à Evangelion pour les plus connus mais aussi au cinéma avec Avatar et Pacific Rim, il fallait bien cela pour faire face à la concurrence et séduire un public plus jeune. Ce sont sans aucun doute les scènes d’action qui bénéficieront le plus de ce lifting avec un  mélange très réussi  d’animation traditionnelle et d’images de synthèse. En revanche certaines scènes plus calmes semblent parfois moins réussies aussi bien dans le dessin que dans l’animation comme si elles étaient réalisées par une autre équipe. Une pratique régulière chez la Toei Animation mais généralement plutôt pour gagner du temps sur les séries produites à la chaîne et non pas pour les longs métrages.

 

Mazinger Z Infinity

 

Dans l’ensemble Mazinger Z Infinity est un film très sérieux avec un vrai message politique. L’infâme Dr Hell met l’humanité au pied du mur en proposant une trêve sur laquelle aucun pays n’arrive à se mettre d’accord. Koji Kabuto est lui même devenu très sérieux en scientifique sur lequel pèse le poids d’être à nouveau le dernier espoir pour sauver l’humanité. Il devra aussi prendre ses responsabilités face à sa petite amie lassé de le voir faire passer son travail en priorité. Mais le film est aussi souvent très amusant en reprenant le design fantaisiste de certains des robots ennemis imaginés par Gō Nagai  mais aussi avec l’amusant  Boss Borot piloté par Boss et ses acolytes. On retrouve aussi la touche sexy chère au mangaka apportée par le nouveau personnage de Lisa, mi humain mi robot, qui a de faux airs de Rei Ayanami d’Evangelion avec ses cheveux bleus mais aussi par les Mazin Girls aux tenues affriolantes.

Même si Mazinger Z Infinity a été produit pour les cinquante ans de carrière de Gō Nagai, le mangaka n’est pas impliqué directement dans la création du long métrage. Il est l’oeuvre de Junji Shimizu principalement connu pour avoir mis en scène plusieurs films des Magical Girls de Glitter Force diffusé en France sur Netflix. Le scénario a été imaginé par Takahiro Ozawa, créateur de la série Tokyo Toy Box. On reconnaîtra la patte de Hiroya Ijima connu pour son travail sur Afro Samourai pour le design des personnages parfois plus proche du comic book que du manga. Enfin c’est à Takayuki Yanase, déjà à l’oeuvre sur Gundam 00 et Eureka Seven Ao qu’est revenu de la tache de redessiner les robots. Au niveau des voix pour Koji Kabuto, vous aurez le choix entre Shôtaro Morikubo, le doubleur de Nara Shikamaru dans Naruto en VO ou l’humoriste Arnaud Ducret en V.F. autant dire que le choix sera vite fait pour les puristes.

 

Mazinger Z Infinity

 

C’est avant tout aux fans de la première heure et aux nostalgiques de Récré A2 que le distributeur Eurozoom fera plaisir en nous offrant la possibilité de découvrir Maziger Z Infinity avant même le public japonais. Ils seront probablement ravis de retrouver l’univers de Gō Nagai modernisé et enrichi par des combats encore plus spectaculaires grâce à l’appui des images de synthèse en complément de l’animation traditionnelle. Même ceux qui sont fans de japanimation sans jamais avoir pu découvrir Mazinger ou Goldorak devraient largement trouver leur compte devant ce long métrage à condition de fermer les yeux sur un scénario pas si évident à comprendre du premier coup et à quelques plans de moins bonne qualité. Rien tout du moins qui n’empêche vraiment le plaisir de ces retrouvailles à ne pas manquer.

 

MON AVIS : 4/5

 

 

FICHE TECHNIQUE :

  • TITRE ORIGINAL : Gekijōban Mazinger Z
  • RÉALISATEUR : Junji Shimizu
  • AVEC LES VOIX DE : Natsuki Hanae, Unshô Ishizuka, Sumire Uesaka, Ai Kayano & Masami Kikuchi
  • SCÉNARISTE : Takahiro Ozawa d’après l’oeuvre de Gô Nagai
  • COMPOSITEUR : Toshiyuki Watanabe
  • GENRE : Japanimation, Science Fiction, Action
  • DURÉE : 1h30
  • NATIONALITÉ : Japonais
  • DISTRIBUTEUR : Eurozoom
  • SITE OFFICIELhttp://mazingerz-world.com/
  • DATE DE SORTIE : 22 novembre 2017

 

 

Critique rédigée le 08 novembre 2017