MEA CULPA de Fred Cavayé [Critique Ciné]

 

http://nsm08.casimages.com/img/2014/02/12/14021203032817207911976113.jpg

 

Avec Pour Elle et A Bout Portant, un nouveau réalisateur s’est imposé dans le polar français. Son succès, Fred Cavayé le doit certainement à Vincent Lindon et Gilles Lellouche qui tenaient les rôles principaux de ces deux long métrage. Pour son troisième film, le metteur en scène a choisi de frapper encore plus fort dans l’action et dans le suspens en réunissant les deux comédiens ensemble. Mea Culpa sera t’il le film de la consécration ?

 

 

Dans Mea Culpa, Vincent Lindon et Gilles Lellouche jouent respectivement Simon et Franck, deux amis autrefois co-équipiers dans la police. A la sortie d’un pot un peu trop arrosé pour fêter la fin d’une enquête, Ils provoquent un grave accident de la route qui coûte la vie à un couple et leur bébé. Simon qui était au volant est radié de la police et va passer par la case prison pendant six ans. A sa sortie, il n’assume plus de vivre avec sa femme et son fils. Devenu convoyeur de fonds, il fait semblant de vivre oubliant même les rendez vous avec son fils. Un jour  le petite garçon est le témoin par hasard d’un assassinat et il est désormais en danger de mort. Simon va retrouver la flamme qu’il avait lorsqu’il était encore flic et tout faire pour empêcher le pire d’arriver en compagnie de son ami Franck.

Le film commence fort par une bagarre à l’intérieur d’une voiture, c’est féroce et pour le moins inédit. Un début prometteur qui place immédiatement le caractère de Franck, le personnage interprété par Gilles Lellouche. Un flic qu’il ne faut pas faire chier et n’hésite pas à régler les problèmes à coup de tatanes. En passant à Simon (Vincent Lindon), on voit bien que ce personnage ne va pas bien. obsédé par la famille en face de chez lui, triste et vide de toute émotion comme un mort vivant. Il y a vraiment un contraste énorme entre les deux hommes pourtant lié l’un à l’autre par leur histoire.

 

http://nsm08.casimages.com/img/2014/02/12/14021203033517207911976114.jpg

 

Les choses vont cependant rapidement changer dans leur relation. Lorsque le fils de Simon devient la cible de mafieux russes, l’ancien flic va retrouver le feu qui l’animait et rattraper toutes ses années ratés pour sauver à tout prix son gamin. Il devient une boule de nerf incontrôlable mais à la fois sensible. Une belle prestation à la hauteur de celle qu’il avait déjà donné dans Pour Elle. A coté Gilles Lellouche paraît totalement dépassé par les événements. Peut être parce qu’on a plus l’habitude de le voir dans des rôles plus léger, on a plus du mal à croire à sa performance et à prendre son parti dans ce polar noir.

Le pauvre petit Théo est interprété par un tout jeune acteur qu’on a déjà pourtant vu plusieurs fois au cinéma. Tout mignon, il était le seul intérêt du film Versailles dans lequel il était recueilli par Guillaume Depardieu, on l’a revu ensuite dans Case Départ et dans Une Place Sur Terre, une futur megastar ! Fred Cavayé est allé chercher la réalisatrice libanaise Nadine Labaki pour jouer la mère. Un premier rôle français à la limite de la figuration comme un hommage à son talent très apprécié dans notre pays. Héros des Kaïra, Medi Sadoun est venu se ridiculiser dans un rôle quasi muet de flic idiot, ne méritait il pas mieux que cela ? Signalons aussi la surprenante participation de Sofia Essaïdi (ex-Star Academy et héroïne de la comédie musicale Cléopatre) dans un second rôle de prostituée.

 

http://nsm08.casimages.com/img/2014/02/12/14021203034417207911976116.jpg

 

On a vraiment pas le temps de s’ennuyer durant Mea Culpa, les scènes de poursuites et de combats s’enchaînent à vive allure dans des lieux esthétiquement très soigné. Mention spéciale au chantier de construction et son éclairage qui montre a quel point Fred Cavayé est un réalisateur sur qui il faut désormais compter. On aura rarement vu autant d’intensité dans ce polar français marqué par l’influence d’Olivier Marchal qui a su ouvrir la voix avec 36, Quai Des Orfèvres et MR73.

Mais si Fred Cavayé garde toujours le même talent dans sa direction artistique, on ne peut pas dire qu’il a été spécialement inspiré pour son scénario. Pourtant soufflé par Olivier Marchal, l’histoire du film perd rapidement toute crédibilité. Une fois que le jeune gamin leur a échappé et que ces mafieux se sont fait remarqué en pleine rue avec deux complices à l’hosto, on ne comprend pas pourquoi ils poursuivent leur acharnement à vouloir l’éliminer alors qu’il y a largement de quoi tous les identifier. Aucune lumière ne sera fait sur ce gang qui n’est au final qu’un prétexte pour Fred Cavayé pour enchaîner les moments de bravoures. On se demande même pourquoi nous avoir montrés certains crimes tant il ne servent à rien dans cette intrigue.

 

http://nsm08.casimages.com/img/2014/02/12/14021203034117207911976115.jpg

 

 

MON AVIS

2/5

Déjà courtisé par Hollywood depuis son premier film, Fred Cavayé tient bon pour imposer sa vision du cinéma en France. Si ce Mea Culpa déçoit par son scénario trop faiblard, il démontre le talent d’un spécialiste de l’action comme on en voit rarement par chez nous. Avec ce troisième film, le réalisateur conclu une trilogie et on a déjà hâte de voir ce qu’il pourrait bien nous proposer par la suite.

 

 

FICHE TECHNIQUE :

REALISATEUR : Fred Cavayé

AVEC : Vincent Lindon, Gilles Lellouche & Max Baissette de Malgaive

SCENARISTES : Fred Cavayé & Guillaume Lemans

GENRE : Thriller / Action

DUREE : 1h30

MUSIQUE : Cliff Martinez

SITE OFFICIELhttp://www.gaumont.fr/fr/film/mea-culpa.html

DATE DE SORTIE : 05 Février 2014