Critique Ciné : BERBERIAN SOUND STUDIO de Peter Strickland

critiquecin-.jpg

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1365543549.jpg

 

FICHE TECHNIQUE :

 – REALISATEUR : Peter Strickland

 – AVEC : Toby Jones, Cosimo Fusco & Eugenia Caruso

 – GENRE : ???

 – DUREE : 1h32

 – SITE OFFICIELhttp://www.le-pacte.com/france/prochainement/detail/berberian-sound-studio/

 – DATE DE SORTIE : 03 Avril 2013

 

 

BANDE ANNONCE :

 

SYNOPSIS : Petit mixeur son de documentaire en Angleterre, Gilderoy est engagé par le maître de l’horreur italien Santini
pour s’occuper de la bande son de son prochain film. Pour cet anglais rarement sorti de chez lui l’expérience au Berberian Sound Studio va ressembler réellement à un film
d’horreur…

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1365553227.jpg

 

CRITIQUE : Attention OFNI ! Pour son second film le réalisateur Peter Strickland a choisi de rendre hommage au cinéma
horrifique italien des années 70  et au giallio, un style de cinéma italien similaire au slasher popularisé entre autre par Dario Argento.  Mais plutôt que d’en
réaliser une banale copie à la sauce 2013, le cinéaste anglais a choisi de s’intéresser à la conception d’un film du genre avec un long métrage ressemblant à un making of mais qui reprend tous
les codes du genre.

Qualifié de film d’horreur par ses distributeurs, Berberian Sound Studio est en réalité un film inclassifiable. Certes il joue sur certains codes du film d’horreur mais sans pour
autant devenir gore ou effrayant. Même si par son ambiance ce long métrage peut à la rigueur devenir par moment angoissant, aucune image horrifique ne sort de ce film. Il n’y a même pas d’extrait
du film d’horreur sur lequel travaille l’équipe de mixage son. La bande annonce du film est d’ailleurs un peu trompeuse car elle fait apparaître un film plus flippant qu’il ne l’est vraiment. En
revanche, il y a beaucoup de clin d’oeil au genre avec des mains gantés, des tenues qui semble être sortis de tous ces films.

Si Peter Strickland n’a pas voulu montrer d’images horrifiques c’est parce que son long métrage repose avant tout sur une expérience sonore. La très bonne bande originale semble
vraiment issue de ces films de sorcières sexy qui pullulait à l’époque et revienne actuellement à la mode dans de nombreux clips de groupe de métal très inspiré par ce mouvement tel que
Cathedral, Ghost ou Opeth. La bande sonore du film qu’il mixe fini par devenir celle de la vie de Gilderoy, le pauvre ingénieur
du son qui se demande ce qu’il est venu faire dans cette galère. Le film a un petit coté making of en dévoilant comment certains bruits gores sont réalisés. Il nous permet aussi de réaliser
l’importance du métier de bruiteur car sans eux tous les films seraient encore silencieux.

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1365553105.jpg

 

L’intégralité du film se déroule en huis clos dans les différentes salles du Berberian Sound Studio : la salle d’enregistrement, la cabine de mixage, le hall d’accueil et la
pièce dans laquelle est hébergée Gilderoy. Entre l’ambiance très tendue que fait planer le producteur du film sur l’ensemble de l’équipe et le fait que l’ingénieur du son anglais
n’a nul part d’autre à aller en dehors de ce studio italien pas étonnant qu’il ne sombre pas progressivement dans la folie. 

Film anglais censé se dérouler en Italie, Berberian Sound Studio propose une distribution internationale. Le pauvre Gilderoy est interprété par Toby
Jones
. Le comédien que l’on a pu voir dans des tas de seconds rôles (Hunger Games, Blanche Neige & Le Chasseur…) trouve ici un de ses premiers
grand rôles au cinéma. Avec sa tète bien ronde et dégarnie, l’acteur participe à l’ambiance glauque du long métrage et nous fait aussi penser à Alfred Hitchock qu’il a d’ailleurs
incarné dans une série TV. Pas mal d’acteurs italiens aussi forcement dont Cosimo Fusco vu dans Anges & Démons et une actrice Grec Tonia
Sotiropolou
vue dans le dernier James Bond et qui joue ici une féroce secrétaire.

On pourrait penser que ce Berberian Sound Studio n’a pas réellement d’histoire. Le long métrage de Peter Strickland promène le spectateur dans un film qui
pourrait ressembler à un making of sur la bande son d’un film mais en observant et en écoutant bien, on découvre que le réalisateur rend un hommage vraiment subtil au genre qu’il affectionne.
Cela n’empêche pas le film d’être particulièrement étrange et pour cela il ne plaira certainement pas au plus grand nombre. Un long métrage pour cinéphiles avertis et exigent.

 

http://www.images-host.fr/view.php?img=1365552708.jpg

 

MON AVIS : 2/5