LES ÉTERNELS de Chloé Zao [Critique Ciné]

LES ÉTERNELS de Chloé Zao [Critique Ciné]

Les Eternels

L’oscarisé Chloé Zao prend le contrôle de Les Eternels, le nouveau film du Marvel’s Cinematic Universe au cinéma ce mercredi.

Probablement vexé par les propos de Martin Scorsese envers les productions Marvel qu’il estime ne pas être du cinéma pour lui, le producteur Kevin Feige a choisi de faire appel à la réalisatrice Chloé Zao, tout fraichement oscarisée pour son dernier long métrage Nomadland pour écrire et mettre en scène Les Éternels, le vingt-sixième film du Marvel’s Cinematic Universe. Une tentative de réorientation de la franchise à l’orée de sa phase quatre qui risque de diviser les fans de la saga.

Si nous avions eu à tort quelques réticences à aller voir Shang-Chi Et La  Légende Des Dix Anneaux de par sa volonté flagrante de séduire avant tout le marché asiatique à des buts purement marketing, c’est avec encore moins de motivation que que nous avions envie de voir Les Eternels tant les bandes annonces et le casting ne fait vraiment pas envie. Et à la vue du résultat, toutes nos craintes ont malheureusement êtes confirmées. Il y a tellement de choses qui ne fonctionnent pas dans ce film que nous pourrions carrément écrire un livre entier sur le sujet.

Les Eternels

Tout d’abord, il y a l’histoire du film qui essaye de s’intégrer au forceps au reste du Marvel’s Cinematic Universe de manière totalement incohérente. Comment croire un seul instant qu’un groupe de super extra-terrestres aux pouvoirs quasi-divins censés avoir été envoyé sur Terre pour protéger les humains a pu vraiment ne pas intervenir contre Thanos qui a éradiqué les trois quart de la population d’un claquement de doigt ? La maigre scène censée répondre à cette question n’arrivera clairement pas à nous convaincre de la raison de leur absence alors que tous les super héros de l’univers semblaient avoir répondu présent dans l’affrontement final d’Infinity War. Il sera d’ailleurs tout aussi étonnant de ne voir aucun Avengers se montrer dans ce nouveau long métrage face à cette nouvelle menace de destruction de notre planète.

L’aspect très consensuel de ce film qui cherche clairement à ratisser large pour attirer le public sera le deuxième gros problème. Pour un groupe d’Extra-Terrestres créés de toute pièce par une entité lointaine, il y a de quoi s’étonner de voir qu’ils ressemblent au casting d’une pub United Colors Of Benetton.  Comment expliquer qu’ils puissent être caucasien, asiatique, latino, indien ou noir mais aussi en plus pour certains homosexuel, sourd et muet voir non genré si ce n’est pour tenter d’appâter toutes les communautés ? Si certains tomberont dans le panneau et s’imagineront que Disney se montre ouvert d’esprit, la vision avant tout mercantile du projet n’échappera pas aux plus malins.

Les fans du comic book auront bien du mal à reconnaitre Les Éternels tels que Jack Kirby a pu les imaginer en 1976. Visiblement plus fan de DC Comics que de  Marvel, elle a transformé Ikaris en un Superman à peine déguisé car ouvertement comparé au super héros et Makkari connu pour sa rapidité fait ici quand même beaucoup penser à The Flash. N’hésitant pas à changer le sexe des personnages par rapport au comic book, elle fait de Sprite une adolescente androgyne qui ressemble à la Fée Clochette alors que dans la BD il était l’inspiration de Peter Pan. Et parce Disney a décidé maintenant de mettre des  homosexuels dans tous ses films, c’est Phastos qui le devient ici en devenant même père avec son compagnon d’origine libanaise. Un pari risqué qui n’apporte rien au récit mais qui fera couler beaucoup d’encre voir susciter la polémique dans certains pays plus qu’il ne fera changer les mentalités.

Les Eternels

Il n’y a clairement pas la même motivation chez les acteurs choisis pour incarner Les Éternels. Plutôt rare ces derniers temps, Angelina Jolie semble clairement être venu pour le chèque après avoir déjà encaissé celui de Maléfique 2. On se demandera aussi ce que Salma Hayek vient faire là aussi d’autant plus que son personnage Ajak était un homme dans le comic book. Nous serons aussi étonné de voir Gemma Chan choisie comme héroïne du film alors qu’elle avait déjà tenu un tout autre rôle plus anecdotique dans Captain Marvel. Ce sont surtout l’acteur sud-coréen Ma Dong-Seok connu entre autre pour son rôle dans Dernier Train Pour Busan et Kumail Nanjiani issu de la série Silicon Valley qui se démarqueront le plus dans la bande. Les fans de Game Of Thrones seront ravis de revoir Richard Madden et Kit Harington se retrouver sur grand écran même si le dernier n’est pour le moment qu’un rôle secondaire juste là pour préparer la suite.

L’apport de Chloé Zao à la réalisation ne semble pas si flagrant tant Les Éternels ressemble à la majorité des films du Marvel Studios. Ce sont avant tout les équipes techniques qui font le plus gros travail pour rendre les scènes d’action les plus spectaculaires. On reconnait tout juste son amour pour les vastes étendues désertiques avec une majorité de scènes tournées en extérieur mais les nombreuses scènes plus calmes et intimistes n’ont jamais l’émotion de NomadLand. Si la réalisatrice avait déjà fait un clin d’œil aux Avengers dans Nomadland, la présence furtive d’un livre Star Wars dans le film laisse t-il présager que Chloé Zao s’attaquera prochainement à la saga imaginée à l’origine par George Lucas ?

Les Eternels

En soi-même Les Éternels n’est pas vraiment un mauvais film mais il arrive bien trop tard pour s’intégrer dans le Marvel’s Cinematic Universe. Disney aurait mieux fait d’en faire le début d’une saga indépendante pour que l’on adhère plus à cette intrigue. Le film est malgré tout gâché par une consensualité dégoulinante vraiment pesante à vouloir séduire le plus grand nombre avec des ficelles tellement grosses qu’il faudra vraiment être stupide pour se laisser berner. Ce n’est pas en tout cas avec ce long métrage que Martin Scorsese devrait changer d’avis sur les films de super-héros.

MON AVIS :
2/5

A Lire Aussi

Fumer Fait Tousser

FUMER FAIT TOUSSER de Quentin Dupieux [Critique Ciné]

Avec Fumer Fait Tousser, le réalisateur Quentin Dupieux signe le premier film de super sentai français encore plus fou que ses précédents films.

Bones And All

BONES AND ALL de Luca Guadagnino [Critique Ciné]

Loin des amours de vacances de Call Me By Your Name, le réalisateur Luca Guadagnino retrouve Thimothée Chalamet dans le drame horrifique Bones And All.

Le Menu

LE MENU de Mark Mylod [Critique Ciné]

Anya Taylor-Joy joue les trouble-fêtes dans le thriller culinaire Le Menu

Inu-Oh

INU-OH de Masaaki Yuasa [Critique Ciné]

Le réalisateur Masaaki Yuasa nous replonge dans le japon féodal avec son nouveau chef d’œuvre Inu-Oh.

La Maison

LA MAISON de Anissa Bonnefont [Critique Ciné]

Ana Girardot se dévoile comme jamais pour entrer dans la course aux César avec son rôle dans La Maison.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.