MORBIUS de Daniel Espinosa [Critique Ciné]

MORBIUS de Daniel Espinosa [Critique Ciné]

Morbius

Morbius est le nouvel ennemi de Spider-Man a avoir le droit a son origin story chez Sony Pictures.

Trois semaines après la sortie de The Batman, un autre film de super héros rempli de chauve-souris arrive sur grand écran. Issu cette fois de l’écurie Marvel, il s’agit de Morbius, l’un des célèbres rivaux de Spider-Man exploité par Sony Pictures pour profiter du succès du Marvel’s Cinematic Universe de Disney et des Marvel Studios. Repoussé depuis plus d’un an à cause de la pandémie, c’est finalement comme un poisson d’avril que le film de Daniel Spinosa sort ce vendredi 1er avril aux États Unis et un peu en avance dès ce mercredi 30 mars 2022 en France.

Il n’y aura pas de surprise dans le scénario de Morbius qui reprend exactement la trame de tous les Origin Story des ennemis de Spider-Man. Au début, Michael Morbius n’est qu’un brillant médecin souffrant d’une maladie génétique du sang qui le condamnait à court terme. Toute sa vie, il a travaillé sur un remède à sa maladie qu’il a fini par trouver en s’injectant l’ADN de chauve-souris vampires. Mais loin d’être sorti d’affaire, ce remède va le transformer en un homme chauve-souris assoiffé de sang. Luttant contre ses pulsions, il va chercher le moyen de se débarrasser des effets indésirables de ce remède miracle mais impatient d’en profiter également son meilleur ami Loxias Crown va lui aussi s’injecter la solution miracle et compte bien profiter de tous les pouvoirs qu’il lui confère.

Morbius

Pauvre Jared Leto ! À croire que le sabotage de sa prestation en Joker dans le premier Suicide Squad ne lui a pas servi de leçon, il a voulu prendre sa revanche en allant jouer un nouveau méchant de comic book chez le concurrent Marvel. Si une nouvelle fois il n’y a rien a reprocher a sa prestation, le voici a nouveau bien mal servi par un scenario indigent qui n’a strictement rien d’original et surtout par des effets spéciaux numériques catastrophiques. Le réalisateur Daniel Espinosa aurait dû ce contenter de bons vieux maquillages prosthétiques utilisé parfois plutôt que de faire appel à des images de synthèse de si faibles qualités pour les transformations en vampire. Les scènes d’action auraient aussi certainement gagné en qualité si elle n’était pas noyée dans  des effets de brume numérique atroce.

Difficile de comprendre ce qu’ont dans la tête les dirigeants de Sony Pictures avec ce Spiderverse où le super héros est encore une fois totalement absent comme dans les deux films Venom. Préférant se fier aux nombres d’entrées des deux navrants films du symbiote, au lieu d’écouter les critiques ils ne font que copier la même recette où au lieu de dresser le portrait d’un réel Super Villain comme l’a si bien Todd Philips avec son Joker, ils préfèrent le faire passer pour un gentil avec une part d’ombre incontrôlable tel le Dr Jekyll et Mr Hyde.

Morbius

Il y a un sentiment d’inabouti dans ce long métrage d’à peine 1h45 dont l’histoire s’arrête subitement sans développer tout son potentiel comme s’il était déjà certain qu’une suite verrait forcément le jour. Sans qu’on nous explique pourquoi Morbius devrait affronter Spider-Man, on nous tease  déjà une réunion de super-méchants via le multiverse dans deux scènes placées au milieu du générique. Mais pourquoi ne pas avoir fait durer le film une heure de plus pour développer cette intrigue pour en donner pour leur argent aux spectateurs plutôt que les décevoir avec un film qui n’a si peu d’enjeux ?

Jared Leto semble réellement s’être appliqué pour donner corp à Morbius et n’aura pas à rougir de sa prestation par rapport à un Tom Hardy bien en dessous de son talent dans Venom. Il est en plus bien épaulé en faisant face à Matt Smith, l’ancien Dr Who qui avec son visage particulier n’aura pas de mal à jouer les inquiétants vampires.  Adria Arjano assure aussi le job en tant qu’atout charme du long métrage mais il faudra attendre la potentielle suite pour savoir si elle était le bon choix pour incarner Martine Bancroft. Même s’il n’a qu’un petit rôle, Jared Harris est impeccable en mentor des deux anciens meilleurs amis Michael et Loxias. Les plus ridicules dans le film sont Al Madrigal et Tyrese Gibson en flics aux trousse de Michael Morbius qui semblent plus destinés à apporter un brin d’humour dont on se serait bien passé plutôt qu’à se montrer un danger pour le super-villain.

Morbius

Bien moins spectaculaire et impressionnant que Spider-Man : No Way Home et The Batman, Morbius n’est pas tout à fait la catastrophe annoncée. même s’il ne casse pas des briques, il reste bien mieux qu’un Venom en nous évitant l’humour lourdingue. Le réalisateur Daniel Espinosa signe une série B fantastique au scénario cousu de fil blanc qui ne réservera aucune surprise dans le genre. Très impliqué dans cette nouvelle transformation, Jared Leto fait tout ce qu’il peut pour donner de l’intérêt au long métrage. Espérons pour lui qu’il puisse cette fois ci à nouveau incarner le personnage dans un autre film Marvel plus à la hauteur de son talent.

MON AVIS :
2/5

A Lire Aussi

Coupez !

COUPEZ ! de Michel Hazanavicius [Critique Ciné]

Avec Coupez !, Michel Hazanavicius se lance un pari fou en signant le remake d’une célèbre série z japonaise.

The Northman

THE NORTHMAN de Robert Eggers [Critique Ciné]

Avec The Northman, Robert Eggers sera t-il capable de nous étonner autant qu’avec ses précédents films ?

Le Roi Cerf

LE ROI CERF de Masashi Ando & Masayuki Miyaji [Critique Ciné]

Ancien animateur du Studio Ghibli, Masashi Ando passe pour la première fois à la réalisation chez Production I.G. avec Le Roi Cerf.

Doctor Strange In The Multiverse Of Madness

DOCTOR STRANGE IN THE MULTIVERSE OF MADNESS de Sam Raimi [Critique Ciné]

Doctor Strange est de nouveau confronté au Multiverse dans sa seconde aventure solo Doctor Strange In The Multiverse Of Madness.

Vortex

VORTEX de Gaspar Noé [Critique Ciné]

Gaspar Noé va de nouveau vous nouer les tripes avec son nouveau film Vortex.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.